Stryd, c’est un capteur de puissance pour la course à pied. Un outil encore peu connu mais qui je suis sûr, sera utilisé par une majorité de coureurs d’ici quelques temps tellement c’est efficace ! Ça fait maintenant 3 ans que je m’entraîne avec ce capteur Stryd donc niveau test ça a été fait de fond en comble vous n’allez rien louper !

La technologie évolue, certains y voient du positif, d’autre du négatif. Mais si on regarde un peu l’histoire des méthodes de mesure de l’entraînement en course à pied, on peut facilement dire que l’évolution de la technologie aide vraiment à s’entraîner efficacement et donc à être plus performant ! Quand j’ai commencé à courir on entraînait avec un chronomètre. Lorsque le parcours était mesuré comme sur piste ok… mais le reste du temps c’était « aux sensations ».

Sans mesure précise, l’entraînement est rarement efficace…

Les sensations, c’est vraiment imprécis. Ça peut être suffisant pour ceux qui se connaissent parfaitement avec l’expérience. Mais pour la majorité, ça donne du grand n’importe quoi, moi compris ! Trop vite en footing, pas assez vite en fractionné. Bref le classique rythme « confortablement difficile » auquel on aimerait toujours courir pour flatter son ego. Malheureusement, il est loin d’être idéal pour progresser.

Le Stryd remplace le GPS et la Fréquence Cardiaque ?

Et puis on nous a apporté les cardio-fréquencemètre et les montres GPS. Deux outils intéressants mais qui génèrent de belles approximations malheureusement. Je ne vais pas aller dans le détail du pourquoi, je l’ai déjà fait ailleurs. Ce que je voudrais faire c’est vous parler d’un outil de mesure que j’utilise désormais et dont je ne me séparerai plus. Cet outil, c’est le capteur de puissance Stryd. Stryd n’est pas la seule compagnie à faire ce genre d’outil. Garmin et Polar ont même intégré ces notions de puissance directement dans certaines montres haut de gamme.

Mais pour avoir testé différents outils de calcul de la puissance en course à pied, je suis toujours revenu à ce petit footpod Stryd. Car il offre, à mon avis, les données les plus fiables grâce à un algorithme vraiment au point. Pour les puristes on ne parle pas d’un vrai capteur de puissance en running comme on pourrait le faire en vélo. C’est une puissance artificielle. Elle est reconstituée par un algorithme qui utilise les données de l’accéléromètre présent dans le footpod.

Comment ce petit footpod Stryd permet d’améliorer la qualité de votre entraînement et de vos compétitions ?

Grâce à la précision des données qu’il fournit ! On a là pour moi LE gros avantage d’un capteur de puissance. Le calcul de la puissance est précis et les chiffres ne laissent pas de place à l’interprétation. On est dans la zone qu’on veut travailler ou on y est pas, point. Et je ne dis pas ça en l’air, je le dis car j’ai pu l’observer à l’entraînement depuis 3 ans. En regardant mes données sur piste, là où la distance est 100% contrôlée, je suis capable de dire quasiment au watt près, la vitesse à laquelle ça correspond.

Extrêmement intéressant en extérieur où la seule mesure que l’on a est notre GPS. GPS dont on connaît les limites, j’en avais parlé ici. Si on s’entraine en ligne droite, sans nuages et sans arbres tout va à peu près bien. Mais il ne faut pas le contrarier ! Souvent, je sais que le kilomètre que ma Garmin vient de valider… ne fait pas exactement 1km. En footing ça n’est pas très grave. Mais quand on vise de travailler sur une allure précise, s’il y a 5 secondes d’écart sur un kilomètre, ça fausse un peu l’entraînement que l’on fait.

Capteur de puissance running Stryd : l'avenir de l'entraînement ?
Chaussure Nike Zoom Elite 9

Nouveauté : Gestion du dénivelé et du vent

Et je ne vous parle même pas de quand ça monte, que ça descend, qu’il y a du vent, ou qu’on est sur un terrain inégal. L’évaluation de l’effort avec le GPS si les conditions ne sont pas parfaites est vraiment compliqué. On s’en remet donc à ses sensations… retour à la case départ. Les sensations c’est bien, mais imprécis !

La puissance, elle, est un indicateur qui ne se fie pas aux données du GPS mais aux données de l’accéléromètre. Cet outil est directement dans le capteur de puissance Stryd. L’algorithme analyse ses données en temps réel pour les transformer en un seul indicateur facile à utiliser.

Le petit défaut du capteur de puissance Stryd

Un seul défaut que je vois sur ce capteur de puissance Stryd : la latence. Le temps que le calcul se fasse il y a un léger décalage de 3 à 4 secondes dans les données à prendre en compte. Ce qui n’empêche rien au final. Car de toute manière, on ne regarde pas si on est à la bonne allure 3 secondes après avoir démarré un intervalle !

Seulement, dans l’analyse des données à posteriori il faut faire attention à cela. En particulier sur les intervalles courts. Quand on regarde la moyenne de ses intervalles, ça joue, ça peut fausser un peu l’affichage dans le PowerCenter de Stryd. Une fois qu’on le sait on y fait attention.

Pourquoi pas courir à la fréquence cardiaque alors ?

Certains diront que vu le décalage de 3/4 secondes dans l’affichage, la fréquence cardiaque est tout aussi intéressante que la puissance. Car on le sait, le problème numéro un du cardio c’est le lag qu’il y a entre un effort et l’augmentation de la fréquence cardiaque. Sauf que ce lag n’est pas de 3/4 secondes sur le cardio.

On parle plus de 15/20 secondes ce qui est plus embêtant pour gérer son effort. Et surtout, le cardio est influencé par bien d’autre choses que l’effort en cours. La température, votre niveau de stress et pleins d’autres facteurs qui peuvent faire varier votre fréquence cardiaque et empêcher de vous entraîner sur une base constante.

La précision du Stryd analysée par le site Fellnr

Je pourrais vous montrer la preuve de tout ça mais le site Fellnr a déjà fait un comparatif très poussé des différentes méthodes de calculs de la distance de nos entraînements. Et comme vous pouvez le voir ci-dessous, c’est indéniable, le Stryd est tout en haut de la liste en terme de précision… même sans calibration ! Bref c’est précis, je l’ai testé et je ne suis pas le seul à le dire.

Courir avec un capteur de puissance Stryd est plus efficace que de regarder sa fréquence cardiaque ou sa vitesse ?
Source : https://fellrnr.com/wiki/File:GPS_Accuracy.png

Bref, pour revenir au Stryd, je connais mes watts exact pour les différentes allures.. Je suis en endurance fondamentale jusqu’à 250w, à 280w je suis allure marathon. Et puis à 305w c’est mon allure semi, à 325 mon allure 10km… etc. À force j’ai appris à connaître mes valeurs et l’entraînement devient vraiment plus simple !

Affichage sur la montre avec le capteur de puissance Stryd

En fait je n’affiche même plus la vitesse sur ma montre. J’ai juste le temps écoulé dans mon intervalle et le champ de puissance moyenne sur 10 secondes. Comme à vélo, j’aime bien afficher une moyenne assez longue pour ajuster subtilement mon allure. Si on affiche la puissance instantanée… on a tendance à trop ralentir ou trop accélérer quand on voit une valeur qui n’est pas celle recherchée. Mais ça c’est personnel, on y reviendra dans un article sur « Comment bien s’entraîner avec un capteur de puissance Stryd » si ça vous intéresse.

Le vent n’est plus un problème pendant les séances de fractionné !

Bref, avec les watts je sais précisément si je suis à la bonne intensité d’entraînement, quel que soit le terrain… et la météo ! La grosse mise à jour de Stryd en 2019 a été d’ajouter le facteur vent. Clairement je les en remercie car le cauchemar de la gestion d’intensité quand il y a du vent n’existe plus désormais. Regardez cette sortie un jour de vent extrêmement fort.

le stryd air power pour mieux gérer le vent pendant l'entrainement de course à pied

Et bien si vous regardez le graphique, la partie blanche, sous la courbe orange correspond à l’impact du vent. Parfois j’étais vent de face avec un vent qui prenait 10 à 15% de mon énergie. Est-ce que vous faites le calcul du vent en live pendant vos intervalles pour déterminer le pourcentage de réduction de votre vitesse quand il y a un fort vent de face ?

Évidemment que non et c’est pour ça que c’était compliqué de s’entraîner avant les jours de vent. Là… je ne dis pas que c’est simple, le vent de face fait toujours mal ! Mais au moins on peut suivre un indicateur d’intensité de l’effort constant malgré le vent. La puissance à suivre reste la même et sur mes intervalles, la vitesse est inconstante (15 à 20sec/km d’écart) mais mon niveau d’effort lui est le bon grâce à la puissance.

Mesure de l’efficacité de la foulée

Chaussures Hoka Carbon X

Ensuite, on entre dans l’aspect efficacité de la foulée. Mais je trouve que c’est aussi ce qui rend ce capteur de puissance Stryd encore plus intéressant ! Il permet en effet de mesurer des valeurs que l’on ne retrouve nulle part ailleurs. Des valeurs qui peuvent montrer l’efficacité ou la non-efficacité d’une foulée. J’ai pu tester au fur et à mesure du temps et un indicateur en particulier ressort. C’est celui qui s’appelle Leg Spring Stiffness.

Leg spring stiffness

C’est à mon avis le meilleur indicateur de l’efficacité de la foulée existant aujourd’hui. Il exprime la raideur musculo-tendineuse à l’impact. Cette tension, c’est l’effet de ressort de notre foulée. Les muscles et tendons emmagasinent l’énergie de l’impact au sol et la restituent dans la phase de poussée. Quand on dit qu’il faut faire des étirements pour avoir des muscles souples, c’est vrai. Mais il ne faut pas que cette souplesse aille au détriment de la raideur. Celle-ci étant un facteur important de la performance pour utiliser l’énergie libérée lors de l’impact au sol pour avancer. Plus cet indicateur est haut, mieux c’est. (si on ne se blesse pas à cause de ça évidemment, comme toujours… il y a un juste milieu).

Une manière d’analyser ce chiffre, c’est de regarder son évolution avec le temps. Sur mon dernier marathon, j’avais observé une baisse de mon LSS avant même que mon allure se dégrade. C’est un signe que je n’étais pas suffisamment « fort » pour encaisser les 42,195km du marathon. Signe aussi que d’observer ce chiffre à l’entraînement permet de faire un diagnostic. S’il a tendance à baisser avec la fatigue, en fin de fractionné ou en fin de sortie longue, du travail de renforcement est à privilégier. Et ensuite on peut regarder l’évolution avec le temps.

Et ça marche aussi sur les distances courtes. Avoir une foulée solide pendant 10km c’est aussi important pour tenir son allure jusqu’au bout.

Capteur de puissance running Stryd : l'avenir de l'entraînement ?
Chaussures Adidas Adios 5

Conclusion : Je suis un adepte, c’est le futur de l’entraînement

Je pourrais vous parler des autres indicateurs mais je ne veux pas faire un article trop technique. Ça n’est pas mon truc et je pense que pour vous qui me lisez, l’important était surtout dans la première partie de l’article.

Le stryd, c’est un outil qui donne un indicateur simple qui permet de gérer son entrainement et qui gomme les défauts de la fréquence cardiaque et du GPS.

>> Acheter le capteur Stryd

7 COMMENTS

  1. Bonjour Nico, j’ai commencé à utiliser le Stryd depuis quelques jours avec une Polar M430, dans les données de S. je n’ai pas la fréquence cardiaque et je ne vois pas la cartographie. Je sais que cette montre ne gère pas la puissance mais j’ai l’impression de rater quelques manipulation. Le site du fabricant est uniquement en anglais et je ne metrise pas la lingue. Merci pour ton travail.
    Pierluigi

  2. Salut Niko. Super article qui m’a poussé à en commander un. J’attends avec impatience ton futur article « Comment bien s’entraîner avec un capteur de puissance Stryd »
    Good job

  3. Salut les addicts,
    Petite précision pour les inconditionnels de Strava: les données de puissance du Stryd ne sont pas colligées par votre site préféré.
    Final Surge et Training Peaks pour ne citer qu’eux, délivrent des rapports très précis avec les infos du Stryd.
    Autre précision: le capteur Stryd n’est pas étanche mais seulement « splash proof ». Courir avec sous la pluie est possible, mais traverser des ruisseaux et autres trous d’eau lui fera rendre l’âme… trailers d’automne et swimrunners s’abstenir !
    En revanche, aucun problème dans la neige et à -30 ℃︎.
    Strydemment vôtre.

    • @Patch | Merci pour les précisions, ça correspond exactement au questionnement que j’avais, à savoir si ça demeure fonctionnel en hiver à -30 degrés. Et pour revenir à ton premier point, comme je fais partie des inconditionnels Strava, j’imagine qu’une fois le capteur Stryd couplé avec ma montre, ce seront toujours les données Garmin qui seront poussées vers Strava ?

  4. Bonjour Niko,
    convaincu par ton article, je suis passé par ton lien pour acheter le Stryd (reçu hier). Maintenant je t’avoue que cela devient complexe entre l’utilisation de Strava, de Zwift et l’intégration du STRYD et d’un cardio. En plus, jusqu’à présent je n’utilisais que des applis sur Iphone pour courir mais je commence sérieusement à envisager l’achat d’une montre (Coros ?) . Je serai vivement intéressé si tu nous faisais une vidéo sur l’intégration de tous ces outils (avec quels outils courir, quel affichage sur la montre ou sur l’appli(et quelle appli en live), et l’après course, sur quelle appli il faut réunir toutes les données)… Merci par avance. Jean-Michel

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.