Nous sommes en hiver ou presque et se motiver pour courir est parfois plus difficile. Les baisses de motivation nous arrivent à tous, c’est tout à fait normal. Toutefois ça fait plusieurs années que je ne me pose plus cette question : Comment se motiver pour courir lorsqu’il fait froid, qu’il pleut, que j’ai envie de m’étendre dans mon canapé… ! Pourquoi ? Parce que j’ai changé ma façon de m’entraîner à l’année. Tout est basé sur ma mon plan d’entraînement annuel et sur ma devise S’entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux ! Du coup, aujourd’hui, je vous donne mes 5 meilleurs conseils (+ un bonus à la fin) pour se motiver pour courir et garder cette motivation au top toute l’année !

1. Fonctionner à l’envie !

Avoir une motivation pour courir au top, c’est d’abord faire ce qu’on a envie, ce qui nous motive. Se garder des périodes d’entraînement où l’on s’entraîne à l’envie, sans contrainte de plan d’entraînement, est top pour rester motivé. En reprise je fais en général au moins 2 mois d’entraînement au feeling, sans m’occuper du chrono, juste à profiter. À chaque fois, je repars gonflé à bloc pour une nouvelle saison !

2. Ne pas trop se poser de question !

C’est une des règles d’or quand on veut savoir comment se motiver pour courir. Laisser le choix à son cerveau entre un run après le travail sous la pluie et le canapé n’est pas une bonne option. Se dire qu’on va se poser 5′ dans le canapé avant d’y aller non plus… C’est ouvrir la porte à ne pas y aller. J’aime partir directement, sans me laisser le choix, sans jamais me demander si j’y vais ou pas. Car c’est pendant la course que l’on est motivé à courir, pas avant. C’est un peu comme face à un bon plat au restaurant, quand on a plus faim, on sait qu’il faudrait arrêter sinon on va être mal, mais… est-ce qu’on écoute pour autant la raison ? 😀

Allez courir, sans vous poser la question, non seulement vous serez fier d’y être allé et je vous garantie que c’est souvent les séances où l’on a le moins envie qui se révèlent les meilleures et celles d’où l’on tire le plus de plaisir !

3. Varier son entraînement !

Le meilleur moyen de ne pas être blasé, c’est de varier ! Dans une saison, il peut y avoir plusieurs blocs d’entraînement très différents. L’année dernière j’ai fait une première partie de saison 100% entraînement/préparation pour enchaîner sur 2 mois de course sur route. Et puis je suis passé au trail. Aucune lassitude possible puisque ce mode de fonctionnement fait varier naturellement les entraînements. Vous êtes 100% route ? Pas grave, mettez l’accent sur le 10km en début de saison, préparez un semi-marathon en milieu de saison pour finir sur marathon à l’automne.

Au sein même de l’entraînement, on peut varier pour éviter de s’ennuyer. Finie l’époque où je faisais mes fractionnés sur piste, souvent les mêmes séances, et mes footings toujours au même endroit. Tout en ayant un entraînement structuré, il est facile de modifier celui-ci pour avoir une impression de nouveauté. Changement de lieu, de terrain, faire des fractions basées sur la distance ou sur le temps, sur le plat ou en côte, en fartlek ou en pyramide… Soyez inventif, en partant d’une même séance, on peut en construire un nombre illimité de variantes ! 🙂

wings-for-life-niagara

Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance

4. Courez avec des amis !

Courir seul, c’est parfois rébarbatif et la motivation pour courir peut faiblir. Vous avez des amis coureurs ? Appelez-les et organisez une sortie. Vous n’en avez pas ? Vous pouvez essayer de motiver un de vos amis à débuter la course à pied (je lui offre son guide ici !) pour le faire ensemble ! Quand on court en groupe, c’est toujours plus facile d’être motivé pour courir. On se motive pour courir mutuellement, et les jours où l’on a moins envie, on se réconforte en pensant au plaisir qu’on va partager avec les copains ! Clique ici pour un article dédié à la course en groupe.

5. Se motiver pour courir, un état d’esprit ?

Et oui… Pour finir je vous dirai que se motiver pour courir c’est beaucoup une histoire d’état d’esprit. Je suis convaincu que ma devise “S’entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux” est pour beaucoup dans le maintien d’une motivation constante. Que je sois dans une période sans entraînement précis ou au milieu d’un plan d’entraînement très difficile, je pense toujours à ce que je pourrais changer pour rendre mon entraînement encore plus ludique, encore plus fun, pour prendre encore plus de plaisir ! Pourquoi s’en priver si ça fait progresser ! 🙂

Conseil bonus en vidéo !

Pas encore rassasié ? J’ai une astuce bonus que je vous donne en vidéo ! Je ne vous en dis pas plus mais pour moi c’est une astuce qui me permet de trouver la motivation pour aller courir instantanément ! Si vous l’aimez, mettez un like et abonnez-vous à la chaîne YouTube pour la faire grandir ! 😉

Et en lien avec ce conseil bonus, je vous conseille de cliquer ici pour lire un article qui va dans la continuité ! 😉

Comment se motiver pour courir ? Vous avez la réponse ?

Si vous voulez un petit boost de motivation pour courir au quotidien, j’en ai à revendre donc n’hésitez pas à me suivre sur Instagram ou Facebook pour prendre votre dose ! Et puis porter un t-shirt Running Addict, ca marche aussi non ?

Si vous avez des idées, des méthodes pour vous motiver à courir dont je n’ai pas parlé ici, n’hésitez pas à les partager dans les commentaires, ça pourra sûrement aider du monde !

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

17 COMMENTS

    • Salut @edith !
      Ca c’est au goût de chacun mais oui c’est quelque chose que je trouve aussi agréable pour démarrer une journée du bon pied, en pleine forme ! Se motiver pour courir le matin, c’est se motiver pour le reste de sa journée! 🙂

    • Salut @thomas !
      Ça plus tu cours, plus tu vois que ça marche ! Je ne me rappelle pas une fois ou j’étais pue motivé avoir finalement été déçu de m’être bougé ! Une fois que tu es parti courir tu comprends vite pourquoi tu as bien fait d’y aller ! En tous cas quand tu es Running Addict ! 😀

  1. Courir l’hiver quel plaisir. Je suis du Québec donc un habitué a de grand écarts de température.
    En février 2015 des records de froids extrêmes ont été battus au Québec. Je me rappelle avoir couru au mont-royal par une température de moins 28 degré Celsius et un vent de 40 km heure donc froid ressentis de -45 . J’étais habillé comme un cosmonaute incluant des lunette de ski alpin. J’étais seul , Il ventait . c’était lunaire comme paysage( hmmm il ne vente pas sur la lune mais vous voyez certainement le portrait). Moi ce que je déteste c’est courir + 30 degré. En mars 2015 je suis allé à Torrémolinos en Espagne. Première fois que je courais au bord de la Méditerranée. J’ai quasiment fait un choc thermique . J’ai du assumer une différence de 75 degré Celsius( écart froid chaud) en une semaine. Bref quand il fait froid je me motive en me disant que je pourrais suer à grosse gouttes (rires) oui je sais je suis un ours polaire. Quand il fait froid je me dis que ca pourrait être pire, il pourrait faire chaud. Ca me motive. Allez habillez vous et aller courir(jouer) dans la neige par moins 15 c’est un début

    • @errol Wouh j’ai du mal à imaginer à quel point l’écart de température a dû être compliqué à gérer… J’ai déjà du mal à me motiver pour courir par 30 degrés quand c’est l’été depuis un bout (je ne supporte pas trop la chaleur !) alors quand en plus c’est en plein milieu de l’hiver québécois particulièrement froid qu’on a eu l’an dernier…
      Cette année c’est plus le verglas qui refroidit ma motivation pour courir que le froid en lui-même… 😉

  2. lundi le 29 février

    il est 6h30 ce lundi matin et je piaffe d’impatience, c’est ma journée Mont-Royal…
    je me prépare et quitte la maison pour découvrir que ma ville est une patinoire il y a 5-8 millimêtres de glace partout, trottoir, rue, escalier, voiture tout est recouvert de glace jusqu’à 1 cm d’épaisseur parfois.
    Cauchemar givré du coureur. Je me recouche auprès de ma blonde et m’endors, j’irai courir demain.
    je hais courir sur la glace.

    À + Errol

    • Oui clairement @errol ce lundi 29 Février c’était la journée frustrante a souhait… Qu ce soit pour courir ou aller travailler, quand je vois une patinoire comme on avait, ma seule envie c’est de retourner me coucher ! 😉

  3. Difficile de se motiver… il faut se préparer après une journée de travail, mais tellement épanouie après et tellement bien ! QUE DU BONHEUR !

    • Tout est résumé @florence ! Une fois qu’on a pas cédé à la tentation du canapé, on ne regrette pas mais c’est sûr qu’au début il faut réussir à se motiver… 🙂

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.