Oui on peut s’entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux ! C’est ma philosophie et celle que j’essaye de partager sur Running Addict !

Cet article m’est venu de mon dernier live Twitch. On y discutait d’une notion qui m’intéresse beaucoup : le plaisir de courir. Je le dis souvent et je vais encore le répéter aujourd’hui : nous sommes des amateurs donc parler de performance c’est bien. Mais on devrait toujours s’assurer de garder le plaisir comme élément central de notre pratique avant même de penser performance.

Le plaisir de courir est toujours l’objectif n°1 !

Pour ceux qui me connaissent depuis un moment, cous connaissez ce mantra : « S’entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux ». Je le mets en avant depuis le début de Running Addict. Et c’est cette notion de plaisir qui est au coeur de la signification de ce mantra. Le but est de toujours se rappeler de pourquoi on fait les choses.

De toujours se poser les bonnes questions quand on décide de se lancer dans un objectif de performance. En fait il faut réussir constamment à se remettre en question. Se demander si oui ou non on aime ce que l’on est en train de faire ? Si ça n’est pas 100% le cas, il faut alors se demander pourquoi on fait ça. Car le sport, pour nous amateurs est avant tout un loisir ! Un loisir, ça doit être là pour nous distraire, nous faire plaisir et rendre la vie plus agréable !

>> Essayez Campus : Un plan d’entraînement qui mêle plaisir et performance !

La progression est une conséquence du plaisir de courir ?

Ce qui est marrant, c’est qu’on me demande souvent pourquoi je ne fais pas plus de compétitions ou encore si je ne m’ennuie pas à l’entrainement à toujours tourner aux mêmes endroits.

Pour ces deux questions, ma réponse est invariablement la même : la base de mon entraînement est le plaisir. Je m’entraîne avant tout pour le plaisir que j’y prends et la performance est une conséquence de ce plaisir. J’en suis totalement convaincu. Si je ne prenais pas de plaisir à m’entraîner de la sorte, j’aurai beaucoup de mal à être performant, car je n’y mettrai clairement pas la même intensité.

plaisir de courir et de s'entraîner sérieusement
Chaussures : Saucony Kinvara 11, veste : Cimalp

S’entraîner sérieusement n’est possible que si on aime ça

On le sait aujourd’hui, l’intensité qu’on va être capable de mettre dans un effort dépend au moins autant du mental que du physique. On a une capacité à faire telle performance sur un temps donné. Mais au final, on atteint jamais 100% de cette capacité. Car le cerveau agit comme un frein. Le cerveau est notre gouverneur central comme l’appelle à juste titre Tim Noakes. C’est lui qui contrôle tout ce que l’on fait, en tout temps. Et seule notre volonté peut outrepasser ce que notre cerveau décide qui est bon pour nous. C’est pour cela qu’on parle de dépassement de soi pour décrire un effort intense.

Pour être capable de pousser la machine, d’aller chercher de la progression il faut avoir la volonté de sortir de cette zone de confort. Ça veut dire accepter la difficulté, la douleur qui va avec. Et plus on l’accepte, plus on la normalise, plus on peut aller loin dans l’effort. Mais clairement pour accepter ces états comme normaux, il faut y prendre un certain plaisir sinon c’est impossible. Un plaisir maso, certes, mais une forme de plaisir quand même. C’est en tous cas sûr que l’on va céder beaucoup plus rapidement si on y prend pas un minimum de plaisir.

s'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux pour progresser


Donner le maximum sur les entraînements qui le demandent !

Je ne me verrai pas me mettre dans des états où les muscles brûlent littéralement, où la respiration est maximale, où le coeur semble vouloir exploser. Non, je ne me verrais vraiment pas me mettre dans des états pareil si je n’avais pas une sorte de plaisir maso à ce moment de sentir que c’est moi qui suis en contrôle de la situation. Et ce que je préfère là-dedans, c’est le moment où un léger ralentissement commence à opérer, et que je gagne la bataille avec mon cerveau en disant fermement non, et en relançant l’allure. C’est jouissif ce genre de moment.

Un plaisir de courir plus « direct » sur l’endurance fondamentale !

Et puis l’endurance est un beau sport puisque 70 à 80% du temps on est totalement en contrôle et on est dans le plaisir direct ! En endurance on est à l’aise, on peut profiter du moment. Aucune stress ! On peut observer son environnement, écouter de la musique, discuter. Bref, retrouver une forme de liberté totale !

Et quand le plaisir de courir n’est pas là ?

Je ne dis pas que le plaisir est là à 100% du temps évidemment. Mais les quelques sorties où l’on a pas envie, ou typiquement les quelques entraînements sur le tapis de course en hiver pour moi. Ces quelques sacrifices de temps en temps sont bien maigres par rapport au plaisir que je vais trouver au global dans l’entrainement.

Définitivement, je n’ai pas l’impression de m’ennuyer à l’entrainement. Et oui, les compétitions sont un vrai plus pour pouvoir juger réellement de son évolution. Mais en soi l’entraînement suffit à me donner une grande partie de ce que je recherche dans le sport !

>> À LIRE : Le grand paradoxe de l’endurance fondamentale

La condition INDISPENSABLE pour progresser !

Et la performance dans tout ça ?

Et bien c’est la cerise sur le gâteau ! Personnellement ce que je recherche c’est le dépassement de soi, la recherche de cet état où l’on doit contrôler ses pensées pour ne pas lâcher et forcer le corps à s’améliorer en conséquence. Comme vous pouvez le voir dans cette vidéo spéciale motivation pour les jours ou vous avez juste envie de rester dans le canapé ! 😉

La performance, les records, les watts, la VMA… ce sont des indicateurs qui montrent si oui ou non j’aurai pu aller plus loin dans l’effort. Rien de plus. D’ailleurs je me donne rarement des objectifs chiffrés. Quand j’en mets, c’est plus pour vous car de mon côté l’objectif est d’aller toujours un peu plus loin. Fixer un objectif c’est toujours un peu arbitraire. Je préfère bien souvent me dire que l’objectif est « de donner le maximum de ce que je peux donner ».

Et si j’atteins ce stade, je suis content, quel que soit la performance ! Surtout que je suis souvent trop conservateur dans mes pronostics, on l’avait vu avec le 10km en 34’14 où j’ai fait 45 sec de moins que ma prévision. Donc heureusement que je ne porte pas trop d’attention à mes pronostics ! 🙂

>> À LIRE : Le corps fonctionne comme une voiture

Conclusion : Faite tout pour maximiser votre plaisir de courir

Bref on diverge un peu ici ! Mais je pense qu’avec cet article, vous avez une bonne idée de ce que veux dire ce mantra. « S’entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux » ça n’est pas juste des mots en l’air. Pour moi, le vrai plaisir doit se trouver dans l’entrainement. Car c’est la qu’on passe 95% de notre temps sportif. Ce plaisir peut prendre différente forme. Dans mon cas, plaisir et performance sont liés. Je prends du plaisir dans la performance et je suis performant grâce au plaisir que je prends à m’entraîner.

En conclusion je vous dirais de tout faire pour trouver votre plaisir ! Voyez l’entrainement et la performance comme un jeu. Rappelez-vous qu’on est des amateurs pour qui c’est un loisir est à mon avis la plus saine des attitudes à avoir !

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.