Entre chaussures minimalistes et maximalistes, la guerre fait rage ! En tous cas entre les intéressés car si on y réfléchit un peu… Il y a du bon et du moins bon des deux côtés !

Il y a les pro de la chaussure minimaliste qui pointent du doigt les chaussures traditionnelles. Ils crachent même parfois allègrement sur leurs démons comme les Hoka et leur profil hyper maximalistes. Et à l’inverse, il y a ceux qui vouent un culte à Hoka, comme si porter des Hoka permettait d’entrer dans un club VIP. La vie devient-elle instantanément plus belle en Hoka ? Je ne sais pas vous mais je suis rarement du côté des extrêmes ! Et bien ça vaut aussi pour les chaussures et je vais vous expliquer pourquoi !

Chaussure minimaliste ou maximaliste, ça change quelque chose ?

Ok, alors pour commencer, je voudrais replacer les choses. Donnez n’importe quelle chaussures à Kipchoge et il courra toujours le marathon sous les 2h10 ! Si vous lui donner des chaussures lourdes et peu dynamiques, ça va évidemment impacter sa foulée et le ralentir. Mais je vous garantie que la différence sera difficilement perfectible. Ce qui fait bien courir ou mal courir, ça n’est clairement pas la chaussure, c’est la technique du coureur que vous mettez dedans !

>> À LIRE : 10 conseils pour améliorer sa technique de course

Le débat sur les chaussures prend trop de place

On devrait beaucoup plus s’intéresser à travailler sa technique de course, à répéter les séries d’éducatifs, à rendre son pied plus efficace… On devrait aussi parler plus de l’importance du renforcement musculaire, des entraînements en côte, des séances d’escaliers pour rendre sa musculature, ces tendons plus solides, plus efficaces…

C’est peut-être moins facile que de chercher la facilité en pointant telle ou telle chaussure comme réponses à nos maux… Mais si on fait tout ce que j’ai cité au-dessus, peut importe la chaussure avec laquelle on courra… on pourra rester éloigné des blessures et progresser !

Je cours en chaussures minimalistes… et maximalistes !

Je vous dis tout ça… je ne l’invente pas ! Les professionnels sont sponsorisés par différentes marques aux philosophies différentes. Mais ils se tiennent tous dans un mouchoir en terme de performances. Et personnellement pour courir avec tout type de chaussures pour le bien des tests que je fais sur le site… je le vois.

Je cours avec des chaussures minimalistes comme des Altra Escalante. Mais je teste aussi des Hoka ou ces Nike Vaporfly et leur grosse semelle. Bref des chaussures très différentes… Sans que ça n’ai d’impact réel sur ma manière de courir.

Alterner les types de chaussures peut être une bonne chose

Par contre, on touche ici un point que je voudrais préciser car il me semble important. En fait, grâce à tous ces tests justement, j’alterne beaucoup plus les types de chaussures qu’avant ou je courais toujours avec la même paire… Et je trouve qu’il y a un vrai intérêt à ça !

chaussures minimalistes sont parfaites pour renforcer son pied

Pour faire des séries d’éducatifs, des lignes droites, ou simplement se promener, il n’y a pas mieux ! Je vous ai parlé de mes Altra Escalante, mais ça marche aussi avec des Five Fingers si on va à l’extrême… Et pour la vie quotidienne, une simple paire de Converse vous aidera à travailler vos qualités de pied sans vous en rendre compte… en marchant !

Pour les entraînements rapides, les séances de fractionné, j’aime avoir une paire de chaussure réactive, plutôt légère, qui va bien rebondir au sol et m’aider à travailler en cadence avec une belle foulée bien dynamique…

Une paire maximaliste pour les entraînements plus longs et lents

Et pour les entraînements plus faciles, en endurance fondamentale, les séances de récupération, ou celle qui inclue juste un peu de tempo. Dans ce cas je suis plutôt favorable à des chaussures comme les Hoka traditionnelles à grosse semelle. Bref des chaussures qui vont vraiment amortir l’impact au sol quand on a une foulée plus passive, ou l’impact au sol est loin dynamique et pourrait faire plus mal à la longue.

Et c’est là où je pense que courir en Hoka à 100% du temps est une erreur (sauf si vous alternez avec un modèle plus dynamique évidemment comme la Tracer 2… et c’est la même chose pour le fait de courir tout le temps en minimaliste évidemment).

Vous avez saisi ou je voulais en venir avec tout ça ?

Je serais curieux de savoir ce que vous en pensez car comme d’habitude. Car ce n’est que mon avis, ça ne veut pas dire qu’il représente la vérité de chacun des coureurs ! Mais j’ai observé de mon côté que cette manière de faire m’aidait à éviter les blessures et en même temps à progresser donc… je vous la partage ! 😉

2 COMMENTS

  1. Ce que l’on fait avec ses pieds hors séance de running (marche pour aller travailler, promenade, chez soi, ou quand on essaie de maintenir son équilibre dans le métro ou le bus…) a des répercutions lors de l’effort. Oui, alterner les types de chaussures pour solliciter/reposer tous leurs petits muscles et ligaments. Marcher pieds nus chez soi aussi.
    Mon rhumato m’a bien conseillé de « faire » les chaussures de running progressivement quand elles sont neuves, pas plus de 20 minutes de course avec lors des premières utilisations.

    Et quelles marques pour les pieds fins ? Je suis une dame, mais je déteste faire du shopping, donc quelques conseils me permettraient de raccourcir considérablement mon temps de « chasse à la godasse »… Merci d’avance !

  2. Tout d’abord, je suis d’accord à 100 % avec toi sur un point: ce n’est pas la chaussure (maximaliste, minimaliste, ou bourré des derniers gadgets à la mode) qui font la performance. Tout au plus faut – il veiller à ce que le type de la chaussure corresponde à ses adaptations (son entrainement quoi).

    Je ne suis pas vraiment d’accord avec l’idée que des chaussures « maximaliste » soient plus adaptés que des chaussures « minimalistes » sur des sorties longues ou plus lentes dans l’absolu. Moins on court avec des chaussures avec de gros amorti, moins notre foulée est passive, et on fini par pouvoir faire des sorties de plusieurs heures en VFF en gardant une foulée souple du début à la fin.

    C’est une idée reçue vraiment répandu, mais je comprends pourquoi : l’immense majorité des coureurs étant habitué à courir avec des chaussures à amorti, il est devenu difficilement concevable de pouvoir courir normalement sans pendant des heures… Parfois moins concevable que de pouvoir boucler une course de 170 km ! Je vais me répéter en disant que je pense que les chaussures ne jouent pas un grand rôle dans la performance au final.

    Cela étant dit, si on souhaite courir « plus naturel », il est vrai qu’avant d’avoir son pied pleinement ré-adapté, il peut couler de l’eau sous les ponts, et c’est dans ce contexte qu’une alternance peut trouver pleinement son sens.

    Dans les autres cas, je reste dubitatif.

    Si on souhaite garder des chaussures à amorti en compétition, je pense qu’il mieux vaut continuer à s’entrainer avec des chaussures proche à l’entrainement. En effet, les adaptations biomécaniques seront très différentes entre des HOKKA et des VFF (sans jugement aucun sur l’efficacité respective de celles-ci), et mieux vaut garder le plus de cohérence entre l’entrainement et la compétition. Il n’est pas besoin de courir en minimaliste pour travailler sa cheville ou sa proprioception. A la rigueur courir pied nu lors d’une récup peut être intéressant, mais ça doit rester à la marge je pense.

    Le raisonnement est le même pour un coureur voulant utiliser des Merrel trail glove en compétition. Aucun intérêt à courir avec des grosses Adidas ! Si on commence à avoir des douleurs, mieux vaut chercher du coté de la charge d’entrainement (surtout lors d’une « transition »), de la récup voir de l’hygiène de vie plutôt que d’incriminer le type de chaussure utilisé (ça vaut pour tous les types de chaussures).

    Je crains malheureusement que pour des raison mercantiles, on n’en ait pas fini avec ce genre de débats. « La technologie xxx permet de battre des records… Cette chaussure préviendra vos blessures … »

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.