Nike Zoom Vaporfly 4% : Chaussure de tous les records ?

8
4118
Nike Zoom Vaporfly 4% : Chaussure de tous les records ?
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.
Salut les Addicts ! Aujourd’hui je voudrais revenir sur la Nike Zoom Vaporfly 4%. La chaussure qui a tant fait parler lors des derniers mois avec le temps de 2h00’25 au marathon pour sa première sortie officielle. Elle est désormais disponible à l’achat (cliquez ici pour la trouver) et je voudrais vous donner tous les arguments pour l’acheter… ou pas ! Car difficile de vraiment se faire un avis sur cette Nike Zoom Vaporfly 4%… Le projet Breaking2 et tout le marketing que Nike a mis autour de cette chaussure donne un caractère très subjectif à l’avis qu’on peut s’en faire. J’ai fait mes recherches et après avoir lu cet article vous aurez toutes les cartes en main pour décider de vous offrir « la chaussure la plus rapide du monde ». 4% d’économie d’énergie ? Ça permettrait d’aller chercher de nombreuses minutes sur un marathon ou la gestion de son énergie est le facteur clé de la réussite… Quand on sait à quel point on est sur le fil pendant la fin de course… Ça risque d’intéresser plus d’un coureur !

Objectif 2h au marathon pour la Nike Zoom Vaporfly 4%

la nouvelle Nike zoom vaporflly 4% record au marathon avec 2h00'25

Rapide retour sur l’histoire de cette Nike Zoom Vaporfly 4%. Depuis plusieurs années, les ingénieurs de Nike travaillent en secret pour créer la chaussure du futur. Une chaussure qui permettrait de gagner 4% de performance et donc de mathématiquement passer cette barre mythique des 2h avec un athlète de top niveau mondial. Cet athlète ce n’est nul autre que le champion olympique en titre Elyud Kipchoge qui a tenté ce record une première fois.
En terminant en 2h00’25, il a montré qu’il ne manquait pas grand chose… Preuve que ce sera fait dans un futur proche. Est-ce grâce à la Nike Zoom Vaporfly 4% ? De nombreux facteurs ont été poussés à leur maximum pour cette tentative (course non officielle dans des conditions parfaites, lièvres omniprésents et qui se relaient, voiture proche devant le coureur qui protège du vent…). Mais la chaussure a sûrement une belle part dans ce résultat si on en croit les professionnels du secteur.

La plaque de carbone de la Nike Zoom Vaporfly 4%

Nike Zoom Vaporfly 4% : Chaussure de tous les records ?

Pour commencer, les 4% d’économie d’énergie avancé par Nike ont été validés par plusieurs laboratoires indépendants et n’étonnent pas les nombreux scientifiques interrogés à ce sujet. Les comparaisons ont été faites avec des chaussure déjà ultra-rapides dans leur genre mais très classique dans leur conception : la Nike Flyknit Racer et la Nike Zoom Streak 6 celle que les marathoniens pro de Nike utilisaient tous jusqu’à cette Nike Zoom Vaporfly 4%. Si l’aérodynamique de la chaussure a été optimisée, la raison principale de ce gain réside dans une plaque de carbone que Nike a inséré dans la semelle de cette Vaporfly 4%. Car avec son look de Hoka One One, un drop 10mm (pour une hauteur de 31mm au talon !) et un poids de 185g en taille 42… le profil de cette Nike Vaporfly 4% n’a pourtant rien de supersonique sur le papier.
Mizuno utilise une plaque depuis toujours mais en plastique, voilà toute la différence… La fibre de carbone, ce matériau qui révolutionne un par un tous les sports… Léger et ultra-résistant, c’est la Formule 1 qui comme souvent a été à la pointe de la technologie, mais le vélo a vite suivi et c’est presque étonnant que ce ne soit qu’en 2017 que le running s’y mette. La plaque de carbone a un design étudié, testé et analysé sous toutes les coutures pour être le plus performant possible. On a donc une chaussure qui renvoie beaucoup plus d’énergie à chaque foulée, et qui surtout l’envoie horizontalement grâce à sa forme spécifique… Forme qui rappelle d’ailleurs les prothèses d’un certain Oscar Pistorius a qui on a refusé de courir avec les valides pour cause de « gain évident » des plaques de carbone qu’elles contenaient…

Qu’en disent les professionnels et les instances ?

 la nike zoom vapor fly 4% lors de la tentative du projet breaking 2 marathon en 2h
Ross Tucker, un scientifique (Ph.D) sud-africain ayant étudié le sujet annonce que si on veut comprendre ce que ce gain de 4% d’énergie représente, il faut imaginer courir sur une descente entre 1 et 1,5%. Pour rappel, un championnat de France de 10km avait été organisé en Bretagne à Morlaix il y a quelques années. Les résultats n’avaient pas été validés comme records personnels car à cause d’une pente moyenne descendante de 1%, énormément de coureurs avaient battu leur record d’une trentaine de seconde en moyenne… Sous cet angle on se rend mieux compte de la nature du gain. Pour autant, est-ce que cette technologie est bonne ? Devrait-elle être interdite comme on a pu le lire ?
Côté règlement, la fédération internationale d’athlétisme (IAAF) dit que la chaussure “must not be constructed so as to give an athlete any unfair additional assistance, including by the incorporation of any technology which will give the wearer any unfair advantage.” Faudrait-il encore définir de manière plus précise ce qu’est un « avantage injuste ». La Nike Zoom Vaporfly 4% n’a en tous cas pas été interdite par l’IAAF. Le fait que la question se pose est pour moi un signe flagrant que cette chaussure n’est pas juste un produit marketing. Elle dérange car elle est permet de vrais gains de performance…

Le gain en vaut-il la chandelle… à 250€ ?

Le prix de cette chaussure est de 250€, soit une des chaussures les plus chères de l’histoire du running. Si le prix des chaussures ne fait qu’augmenter d’années en années, on atteint là un chiffre qui donne le tournis ! La faute à la plaque de carbone ? Sûrement en partie. Dès que le carbone est de la partie, le prix des composants double dans le vélo, pourquoi cela serait différent en course ? Le prix au marketing et aux profits de Nike ? Assurément ! La chaussure est l’un des secteurs le plus rentable au monde de base donc à 250€ le profit que fait Nike doit tout de même être royal. Mais cette Nike Vaporfly 4% semble en même temps démontrer par les chiffres son efficacité. Donc si les premiers coureurs amateurs à l’acquérir confirment celà, le bouche à oreille va rapidement créer son succès j’en suis convaincu.
Et pour ceux qui veulent une chaussure au budget plus “classique” de 150€, Nike a évidemment pensé à vous avec la Nike Zoom Fly. Sa construction est proche mais avec une plaque en plastique plutôt qu’en carbone.  A 120€, la célèbre Pegasus a elle aussi été revue pour profiter de cette évolution.

 

la gamme nike Fly avec la Nike zoom VaporFly 4% et l Nike Pegasus 34

Nike roi du marketing mais Nike roi de la rechercher et de l’innovation. C’est d’ailleurs ce qui me fait publier cet article. Oui je participe indirectement à leur marketing. Mais qu’on soit pour ou contre, les avancées technologiques que propose Nike sont passionnantes à étudier, vous ne trouvez pas ?

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

8 COMMENTS

  1. Je suppose que Nike a visé juste avec toute cette campagne autour du breaking2, en tout cas à mon niveau. Je m’étais reveillé au milieu de la nuit pour suivre en direct la tentative à Monza, en étant de suite curieux pour ces chaussures étranges aux pieds des coureurs. La magie du marketing à fait le reste, j’ai suivi de près la sortie des différents modèles, resisté un peu en tiquant sur le prix des vaporfly… M’enfin, c’était vain puisque j’en attends une paire dans la semaine ! Si j’en juge par la vitesse à laquelle les paires se retrouvent out of stock sur le site de Nike, je pense que le coup est réussi. Presque autant (si ce n’est plus) que les athlètes élites, je pense qu’elle attisent aussi l’envie de coureurs bien plus modestes mais un poil technophiles/sneakers addict, dans mon genre. Le prix est clairement trop élevé, l’histoire des 4% un argument commercial vieux comme le monde, mais la curiosité était trop forte me concernant
    • Je partage vraiment ton avis !
      Je suis aussi technophile et intéressé par ce genre d’avancées technologiques. Si je n’ai pas succombé à l’achat de cette Nike Zoom Vaporfly 4%, ça aurait clairement pu être le cas ! Pas spécialement pour aller plus vite en compétition mais pour avoir les sensations d’une chaussure qui fait tant parler. Je pense vraiment qu’il y a un avantage certain à cette nouvelle technologie, que Nike a dû mettre pas mal d’argent en développement, encore plus en marketing et que maintenant ces dépenses sont largement rentabilisées vu le succès naissant de ce modèle !
  2. Je ne m’inquiète pas vraiment pour les sommes que Nike a englouti en marketing, ils le feraient à perte que ça ne changerai pas grand chose pour eux.
    Et puis ce n’est pas tant avec la Vaporfly qu’ils vont rentrer dans leurs frais (je pense que la paire est plus une sorte de protoype et/ou de vitrine pour le R&D running chez Nike). Par contre, la Zoomfly a je pense de beaux jours devant elle. Même code couleur, même silouette à 95%, l’aura de la grande soeur (et pour ce que j’en sais des sensations bien sympa), pour 100 Euros de moins.

    Reste qu’en dehors de ce côté “Nike du futur”, la Zoomfly me semble clairement de bonnes chaussures. De ma première sortie, j’en retiens un amorti dingue pour une paire qui vise la vitesse (sur marathon hein, pour un 5km ça n’est pas une racer non plus!), un rebond loin d’être en reste (merci la plaque carbonne) etc. A voir à l’usage, mais je pense que c’est un petit craquage que je ne vais pas regretter…

    Bon courage si tu dois resister

    • Haha tu ne m’aides pas ! 😉
      Sérieusement je suis encore une fois d’accord avec toi sur toute la ligne et je dis tant mieux à ce type de produit (si les marges dans le secteur de la chaussure n’étaient pas ce qu’elles sont ce serait encore mieux mais comme on y peut rien, réjouissons- nous de l’aspect innovation technologique !)
      Je continuerai de courir avec mes Nike Racer classiques sur les courtes distances et… pour le marathon je déciderais de ma prochaine paire cet hiver avant Boston 2018… On verra à ce moment l’évolution des avis et commentaires sur cette Nike Zoom Vaporfly 4% et consoeurs !… 😉
  3. honnêtement, pour avoir fait deux sorties avec les zoom fly – version ”low cost” de la vaporfly – la plaque carbone fait un job extraordinaire, yen a sous le capot et le tout dans un confort royal
    tout ça donne bien évidemment envie de tester les vaporfly 4%, qui semblent alléchantes sur le papier, mais la zoom fly peut faire l’affaire pour bon nombre d’entre nous je pense !
    • Intéressant ton retour ! Car un point important qui définira si cette Nike Zoom Fly et sa soeur Vaporfly 4% ont un avenir est la sensation que l’on a en courant dedans. Avoir l’impression de vitesse dans les pieds, même si c’est en partie psychologique, ça pousse à aller vite ! 🙂
  4. Hello,
    J’ai testé ce WE les Vaporfly 4%. et bien que je ne sois pas un coureur d’un niveau de dingue, j’ai bien ressenti le Dynamisme.

    Il m’aura fallut facilement deux Km avant de m’y faire. Alors que je m’échauffais, j’avais même des petites douleurs aux chevilles. Après un certain temps c’est passé et je sentais bien le dynamisme de la semelle. Mais c’est sur la piste et avec les accélérations que j’ai bien sentis que ces chaussures ont quelque chose de différent ! La semelle pousse à accélérer. Ce n’est pas pour autant de la magie : on ne cours pas plus vite mais la sensation d’aller plus vite pousse à accélérer. Elles s’accomodent plus facilement aux allures de course qu’à une sortie en EF

    C’est clairement une chaussure taillé pour la Course à ne pas utiliser sur toutes les sorties. Mais il faut avouer que 250€ c’est un peut trop. Ce sont clairement des chaussures pour coureurs assez confirmés, voir expérimentés. Je me dis même que c’est un peu trop pour un coureur de mon faible niveau. Après … maintenant que je les ai, je ne vais pas les balancer

    Après, j’ai l’impression qu’elles ne sont pas faites pour durer, et ça … ça fait mal, à ce prix. J’ai lu beaucoup de commentaires sur le site de Nike, disant que la semelle s’use dès les 10 premiers KM (photos à l’appuis) . Moi, même j’ai l’impression que j’ai une usure apparente dès les 10 premiers KM. mais je dois encore le confirmer en les nettoyant (je n’ai pas identifier si c’est une saleté venant de la piste ou si la surface de la semelle s’est craqué) @Léo K as tu constaté cela aussi ?

    • Intéressant, merci de ton retour !
      Ces avis me donnent de plus en plus envie de voir ce qu’elle vaut vraiment une fois au pied mais… Je vais résister ! 😉
      Une usure au bout de 10km serait très dommage vu le prix de la chaussure en tous cas…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here