La périostite tibiale, premier article d’une nouvelle série de conseils running sur le blog. J’ai eu l’occasion de “tester” (si on peut dire…) les principales blessures du coureur pendant mes 10 ans de running. J’ai pas mal côtoyé les médecins, les kinés, les podologues et j’en passe… Je vais essayer de vous faire profiter de tout ce qu’ils m’ont appris pour vous éviter d’y gouter!
La périostite tibiale est une blessure très fréquente chez le coureur. Elle touche environ 20% des coureurs et peut vous pourrir une saison complète. Voyons donc les bases concernant cette blessure afin de tout faire pour la combatte ou l’éviter si vous ne l’avez pas encore connue!

La périostite tibiale, une douleur diffuse

La périostite tibiale est comme son nom l’indique située sur le tibia. C’est une douleur diffuse que l’on ressent généralement sur plusieurs centimètres du bas du tibia, sur sa face interne. Le tibia est très sensible à la palpation. Les chocs liés à chaque foulée deviennent très douloureux une fois la périostite tibiale installée, rendant la poursuite du running compliquée. Inutile d’essayer de continuer à vous entraîner comme si de rien était, cela ne ferait qu’aggraver le mal.

La periostite tibiale, blessure courante du coureur running

Les causes de la périostite tibiale

Comme toute blessure, il est important de connaître la source du problème pour s’assurer que le mal ne reviendra pas. Les chocs liés à la course stressent le tibia. En conditions d’entrainement normales, la périostite ne se déclenche pas. Les causes d’un stress excessif du tibia peuvent être multiples.
– le surentrainement (s’entraîner plus pour progresser en course à pied c’est bien, mais progressivement surtout si on est débutant!)
– une hyperpronation (à corriger chez un podologue et pas avec des chaussures génériques censées corriger la pronation!)
– des chaussures trop usées ou inadéquates
– une surface de course inadaptée (exemple : beaucoup de bitume pour un trailer peu habitué au bitume)
– un changement dans la foulée (volontaire ou involontaire pour compenser une autre douleur par exemple)

Les traitements de la périostite tibiale

La périostite tibiale est une inflammation des périostes, le seul vrai traitement est donc le repos jusqu’à disparition totale des douleurs, en respectant une reprise progressive. Pour autant vous pouvez accélérer la guérison par quelques actions simples :
– Appliquez de la glace 2 à 3 fois par jour pendant 10 à 15mn
– Appliquez un anti inflammatoire local
– faîtes du sport! Pas de course mais un sport porté comme le vélo ou la natation participera à un prompt rétablissement.

Pas de fatalité avec la périostite tibiale!

La périostite tibiale est une des blessures du coureur qui peut dans la majorité des cas s’éviter (certaines formes complexes étant encore malheureusement mal connues des medecins, ce n’est pas Charlotte qui me contredira…si on fait attention aux différents points évoqués dans cet article. En tous cas depuis que j’en ai eu une il y a 8 ans, je l’ai bien soignée et plus aucun problème depuis! La suite c’est dans d’autres conseils running!

Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

5 COMMENTS

  1. Petit commentaire sur la periostite. J’en avais une récurente (aux 2 tibias) et qqchose qui a bien marché pour l’eviter après la récup c’est les étirement du molet.
    Pour mon cas il s’avere que je n’avais pas assez d’amplitude au niveau de la cheville et l’angle entre mon pied et le tibia n’etait pas le meme (ou tres différent) entre jambe tendue et jambe pliée. Il en resultait une sur-solicitation justement des muscles attachés au tibia. le probleme venait d’un muscle des molets trop “court”. Solution: etirement long tous les soirs (deux pieds sur le bord d’une marche et on laisse faire la pesanteur pendant 2min ou 1minx2… pendant plusieurs mois). En tirant regulierement on allonge le molet qui permet de gagner en amplitude mais c’est long…. ca m’a permis de limiter (en plus de tous les autres conseils) l’apparition de cette fameuse periostite.
    Sportivement

  2. Salut Nico.
    Et pour les tendinites tu recommandes quoi au niveau de la reprise de l’entraînement? Footing lents bien-sûr j’imagine mais aussi étirements? Musculation?……

    • Salut @xavier !
      Les tendinites, c’est un mystère que je n’ose pas traiter tellement c’est complexe et tellement la réponse doit être individualisé ! J’ai eu beaucoup de tendinites par le passé et je pense que regarder du côté d’un déséquilibre postural / musculaire avec un physiothérapeute ou un osthéopathe est une piste à privilégier ! Je le fais régulièrement en préventif désormais et plus de tendinites !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.