J’ai mis le temps mais je me suis décidé à faire ce test Nike Zoom Fly. On m’a tellement demandé en message privé si cette chaussure faisait courir plus vite… que j’ai été frustré de ne pas pouvoir répondre au bout d’un moment ! Alors je l’ai commandée et j’ai pas mal couru avec. Plus que lors d’autres tests parce que cette Nike Zoom Fly est tellement différente que ma reflexion a pris du temps à se mettre en place.

La vraie question à laquelle je veux répondre avec ce test Nike Zoom Fly est : est-ce que la version grand public de la Vaporfly 4%, « chaussure la plus rapide du monde » grâce à la star kenyane Eliud Kipchoge, vaut mieux que les innombrables autres modèles « rapides » de la marque à la virgule ? Vendue pour 100€ de moins que la Vaporfly, elle a au moins l’avantage d’être dans un tarif plus classique (ce qui avec les soldes donne un tarif autour de 100€ ici)

Anatomie de cette Nike Zoom Fly

Commençons par le commencement. Il faut être aveugle pour ne pas remarquer que cette Nike Zoom Fly a une forme assez spéciale. Certains disent qu’on dirait des Hoka… C’est vrai que la hauteur de semelle interpelle. 33mm au talon c’est même plus qu’une Hoka Clifton 5 !

Avec 23mm à l’avant pied, on a donc 10mm de drop… On est extrêmement loin du minimalisme en effet ! Surtout qu’en terme de flexibilité de la semelle, on est proche du zéro pointé !

Test Nike Zoom Fly : chaussure pour courir plus vite ?

Non le concept de cette Nike Zoom Fly, c’est tout l’inverse du minimalisme ! Pas pour le plaisir mais pour la performance selon les scientifiques de chez Nike. Car cette hauteur de semelle et cette flexibilité nulle auraient un rôle fondamental. C’est ce qui leur permet d’insérer une plaque en plastique (en carbone sur la Vaporfly) au coeur de la semelle pour créer un effet de rebond au sol.

Et pour ça, plus la chaussure est raide, plus l’effet de rebond pourra être important. C’est un peu comme les prothèses d’Oscar Pistorius qui avaient pas mal fait parler d’elles… Elles auraient été analysées comme plus efficaces que des jambes humaines… Bref, sur le papier le potentiel de vitesse est là.

>> À LIRE : L’histoire de la création de  la Nike Vaporfly / Zoom Fly

Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance

Quelles sensations dans ces Nike Zoom Fly ?

Avant même de courir, on ressent l’effet de bascule sur l’avant pied que cette Nike Zoom Fly amène. C’est assez perturbant d’ailleurs. La majeure partie des chaussures ont une conception plutôt plate. Ici on ressent vraiment l’effet au niveau des métatarses. J’ai d’ailleurs mis plusieurs entraînements à m’habituer à cette sensation. On ressent une vraie pression sur cette structure de l’avant pied au moment de la bascule vers l’avant.

Sachant que je cours souvent en Altra Escalante (zero drop et un avant pied très flexible et large) le choc est d’autant plus grand. Mais plus les entraînements passent et plus cette sensation s’atténue. Il faut un temps d’adaptation pour courir avec cette Nike Zoom Fly. Et c’est comme tout, une fois que le corps a intégré ce qui change, on peut s’adapter à plus ou moins n’importe quelle chaussure !

Test Nike Zoom Fly : chaussure pour courir plus vite ?

Un gros amorti = une chaussure molle ?

Si c’est ce que vous pensez, détrompez-vous ! Cette Nike Zoom Fly n’est pas raide comme du bois mais elle est loin d’avoir un amorti « pantoufle ». Pour ceux qui attaquent talon, pas trop de soucis, l’arrière amorti bien le choc (même si j’ai tendance à penser qu’elle va vite s’user avec une attaque talon prononcée…). C’est à l’avant que l’amorti apparaît le plus raide avec la plaque qui permet l’effet de rebond. Mais je vais y revenir plus bas.

En terme de chaussant, c’est parfait. Le Flywire permet de serrer les lacets de manière très précise pour s’adapter aux pieds de chacun. Pour le reste c’est assez classique avec un renfort pour envelopper le talon et ajouter de la stabilité. Et pour ceux qui aiment le Flyknit et son chaussant encore plus fin, elle existe aussi dans cette version ici !

Oui mais est ce que cette Nike Zoom Fly fait courir plus vite ?

Ok pour les sensations dans la chaussure… on passe au test terrain. Elle aura été testé majoritairement sur le tapis au final (6 séances). J’ai pu faire 4 séances dehors quand les trottoirs étaient encore sans neige / sans verglas… Mais en conditions glissantes je vous déconseille cette Nike Zoom Fly. Sa semelle est visuellement plutôt lisse… et son adhérence est bien en rapport avec ce qu’on voit ! Si le sol est humide, attention aux virages !

Parenthèse refermée, sur tapis j’ai fait pas mal de séances… Des côtes (oui oui on peut faire des côtes sur un tapis, ça marche !), de l’allure marathon jusqu’à de l’allure 10km et même 5km. Et autant vous le dire tout de suite : oui on a vraiment une impression de rebond quand on court à ces allures. La compression au niveau des métatarses que j’évoquais plus haut donne vraiment l’impression d’un gros retour d’énergie ! Et une chose est sûre, les temps que je réalise à l’entraînement en ce moment sont très bons. Ça reste subjectif car je suis sur une belle phase de progression, autant en nage, qu’à vélo, qu’en course…

Je n’ai pas de chiffres à vous donner pour valider cette sensation… mais j’y travaille ! Restez connecté à la chaîne Youtube, je vous prépare quelque chose prochainement ! Le protocole ne sera pas valide scientifiquement mais il sera pourtant très proche de la réalité vous verrez, je vais travailler avec mon capteur de puissance Stryd pour comparer les données des Nike Zoom Fly avec les Nike Vaporfly 4% et un autre modèle de référence… sûrement la Zoom Elite. bref abonnez-vous ici si ça vous intéresse de connaître les résultats !

EDIT : D’ailleurs d’ici une semaine je publie aussi une vidéo où vous pourrez voir les Zoom Fly à mes pieds dans une séance de fractionné sur tapis… Avec un gros ralenti qui montre l’effet de rebond ! Bref abonnez-vous si vous voulez voir tout ça ! 🙂

Conclusion de ce test Nike Zoom Fly ?

En premier lieu je dois dire que cette Nike Zoom Fly n’a rien d’élitiste. Dérivée de la Vaporfly 4% que l’on voit battre des records à tout va… ayant un profil très atypique, qu’on pourrait finalement trouver agressif malgré cette impression de gros amorti ! Agressive car sa semelle est raide comme du bois avec la plaque insérée dans l’amorti et qui permet d’avoir un vrai effet de rebond… qui donne une belle impression de vitesse !

Pas élitiste donc, car pas besoin d’avoir la foulée d’Eliud Kipchoge pour courir dans une telle chaussure à mon avis. Il faut avoir une technique correcte quand même car son talon biseauté n’est pas adapté à une attaque talon très prononcée… mais pour tous les autres pas de souci !

>> Acheter la Zoom Fly homme ou femme ici

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.