La Nike Vaporfly Next%, c’est la chaussure ultime pour courir très vite. C’est ce qu’on nous vend partout et c’est ce que les pro démontrent. Et oui à mon avis vrai on a une des chaussures les plus performantes actuellement. Mais attention car elle est sans compromis ! C’est une chaussure qui ne conviendra pas à tous les coureurs… Loin de là, je vous explique pourquoi !

Au final, j’ai déjà parlé des Nike Vaporfly Next%, c’était dans la vidéo que je vous ai mis ici. Alors pourquoi en reparler me direz-vous ? Et bien par ce que dans cette première vidéo j’avais volontairement démonté les arguments que Nike met en avant pour vendre cette chaussure au décrié prix de 275€ (actuellement à 235€ sur une des rares promos de ce modèle !).

Du coup, le négatif a principalement été retenu de ma vidéo. Mais je n’ai jamais dit que c’était une mauvaise chaussure pour autant, bien au contraire ! Le prix n’enlève rien aux qualités de ces chaussures, je voulais me recentrer sur le test à proprement parlé, en mettant de côté l’aspect « prix ». On va donc parler de la plaque carbone, de la mousse Zoom X et surtout pour qui et quand utiliser cette chaussure très spéciale !

EDIT : La Nike Vaporfly Next % 2 vient de sortir ICI (avec très peu de modifications au final, simplement un chaussant plus agréable mais la semelle est identique !)

Record au semi en 1h15 avec les Nike Vaporfly Next% !

La Vaporfly Next % c’est l’évolution directe de l’originelle 4% utilisée pour la tentative initiale de marathon en moins de 2h. Pourtant, elle est bien différentes sur plusieurs aspects. Sur le demi-marathon de Vancouver j’avais couru 1h15 alors que j’étais en pleine préparation triathlon et que j’avais eu une semaine à plus de 12h d’entraînement.

Et pourtant j’avais été très à l’aise sur ce semi en battant mon record de plus de 1’30. Ce jour là, j’avais trouvé leur forme parfaitement adaptée à ma foulée medio-pied. Pourquoi adaptée ? Parce que la forme de la semelle ainsi que le placement de la plaque carbone crée une bascule qui nous fait aller vers l’avant. Moi qui est tendance à courir « assis » avec la fatigue, cette chaussure permet vraiment de contrer cet effet.

Semi-marathon de Vancouver en 1h15 avec les Vaporfly Next %

Mousse Zoom X = une vraie économie musculaire !

Et le point le plus important selon moi dans cette chaussure c’est l’utilisation de la mousse Zoom X. Cette mousse est tout bonnement exceptionnelle car elle est à la fois légère / amortissante / rebondissante. Personnellement je n’ai jamais vu ça avant. Le Boost d’Adidas peut se rhabiller ! 🙂

Le principal gain de cette chaussure que je vois n’est pas en terme de vitesse directe comme on peut le voir. J’ai fait de nombreux tests, de mon côté je ne cours pas significativement plus vite sur mes fractionnés avec cette chaussure. Par contre l’économie musculaire qu’elle permettent d’avoir est incomparable. Après une course ou une séance de fractionné on se sent beaucoup moins explosé musculairement. Sur mon semi malgré la fatigue j’ai réussi à tenir le rythme jusqu’à la ligne alors que je pense que j’aurai pu explosé en vol avec une chaussure moins « douce » sur le corps.

Nike Vaporfly Next% : la même chaussure que les pro !

Ce que je veux faire, c’est vraiment mettre l’accent sur la radicalité du choix que Nike a fait ici. Cette Nike Vaporfly Next% est en effet aussi efficace qu’exigeante. La 4% était une version assez édulcorée de ce que les athlètes élites utilisaient (on en voyait d’ailleurs bien les différences à l’oeil nu). Cette fois avec la Next %, Nike a mis le paquet avec une version similaire à celle que Kipchoge ou Mo Farah utilisent !

Bonne nouvelle, on peut courir avec une chaussure identique à celle des pro ! Mauvaise nouvelle, leurs chaussures sont faites pour courir vite, très vite même, sans aucune concession !

>> À voir aussi : Philosophie similaire en beaucoup moins cher avec la Nike Zoom Fly, un choix plus adapté pour els amateurs ?

Test Nike Vaporfly Next% : pour courir très vite uniquement

Les Vaporfly ne sont pas faites pour courir à 5’/km

Voilà, c’est dit. Sur mon semi j’étais extrêmement à l’aise à courir avec ces chaussures. Mais je courais entre 3’30 et 3’40/km ! Et j’ai remarqué que si je descendais le rythme, ça devenait moins intéressant. En fait la limite que j’estime, pour moi avec ma foulée, infranchissable avec les Next%, c’est 4’15/km, 4’30/km max. Dès que je cours moins vite que ça avec les Next%, j’ai des sensations beaucoup moins bonnes. On a vraiment affaire à une chaussure taillée pour la vitesse et uniquement la vitesse !

D’ailleurs c’est pour ça qu’aux championnats du Monde à Nice, j’avais couru avec mes vieilles 4% ! J’avais peur de coincer sur la course à pied et de ne pas réussir à emmener les Next à la vitesse nécessaire pour bénéficier de leur qualités.

Championnats du monde Ironman 70.3 2019 avec les Vaporfly 4%

Au final, ça se voit rien qu’avec leur forme ! Car moins on court vite, plus on a un temps de contact au sol qui s’agrandit et plus on va dérouler la foulée et utiliser le talon de la chaussure. Et ce talon n’est absolument pas fait pour amortir. Il est fait pour emmagasiner l’énergie via la mousse ZoomX et la plaque carbone afin de la restituer au moment de la poussée. Utiliser ce talon à vitesse lente c’est avoir une sensation d’instabilité et de courir sur des oeufs !

Test Nike Vaporfly Next% : chaussant minimaliste

Test Nike Vaporfly Next% : une semelle originale

Et autant vous dire que pour Nice, avec une course à pied qui arrive après un 90km de vélo très difficile, les risques d’avoir une foulée qui s’affaisse et qui est beaucoup moins efficace en fin de course sont énormes… donc j’ai préféré jouer la sécurité des Vaporfly 4% qui, même si elles ne sont pas faites pour courir lentement non plus, sont beaucoup moins agressive et ne vont pas se transformer en sabot à vitesse plus réduite !

>> Revoir le VLOG de ma course aux championnats du monde

Conclusion de ce test Nike Vaporfly Next % : Parfaite sur semi… attention sur marathon !

Et si je prend l’exemple du marathon… ça serait sûrement la même chose. Je n’irai faire un marathon avec les Nike Vaporfly Next% que si j’étais extrêmement bien préparé ! Car en début de course, elles seraient sûrement un atout ! Mais passé le 30ème kilomètre, c’est moins sûr ! Pour celui qui a bien travaillé renforcement, ses qualités de pied et qui garde une foulée efficace, pas de soucis. Mais si jamais ça faiblit musculairement et que l’on se met à s’affaisser un peu plus, à avoir un temps de contact au sol plus long, avoir un pas plus lourd… Tout l’aspect dynamique de la chaussure va se dissiper… Et on en arrive à mon histoire de sabot que j’expliquais un peu plus haut ! 🙂

Test Nike Vaporfly Next% : pour courir très vite uniquement

Bref, si vous courez vite et que vous êtes solide, vous pouvez aller acheter cette Nike Vaporfly Next%, il y a un vrai gain dans l’efficacité de la foulée ! Même si ça ne se matérialiser pas forcément au chrono… en fin de course j’ai l’impression qu’on peut être plus efficace car l’accompagnement de la foulée par la chaussure permet de s’économiser un peu. Gain marginal ? Sûrement… mais arrivé à un certain niveau… Et pour les autres, je vous conseille plutôt d’aller vers la Zoom Fly ou une React, beaucoup moins chère. Mais aussi moins agressives, moins dynamiques donc moins performantes. Mais elles sont aussi beaucoup plus durables. Donc peut-être sont-elles plus adaptées à la majorité des coureurs amateurs que nous sommes ? (autre choix possible : mon coup de coeur 2021 et avec plaque carbone : la Saucony Endorphin Pro testée ici)

>> Vous pouvez acheter la Vaporfly Next % ici dans des coloris désormais beaucoup moins trash sur ce vert fluo ! 😀

1 COMMENT

  1. Lors de sa sortie j’ai acheté une paire de Next (rose). Je me suis offert une seconde paire il y a 15 jours avec le dernier coloris (couleurs différentes pour les deux chaussures) et j’ai le sentiment que la structure de la semelle a changé.
    La Next (rose) est plus moelleuse et offre un rebond supérieur.
    La nouvelle est plus ferme et se rapproche plus du ressenti que j’ai avec mes Fly3.
    Je m’interroge donc et aimerais savoir si mon ressenti correspond à la réalité et si d’autres coureurs ont rencontré ce « problème ».

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.