J’ai fait un test d’effort avec Mon Stade !

17
4197
J'ai fait un test d'effort avec Mon Stade !
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ma saison de course est terminée, j’ai couru 6km en 3 semaines. Pas idéal pour aborder un test d’effort. En fait je n’y allais pas pour avoir mes zones d’entraînement de mes futurs plans (quoi que ça sera bien utile pour ma reprise). J’y allais plutôt pour comprendre ce qu’il y a derrière un test d’effort. Intéressé par le concept de l’entreprise Mon Stade, je les avais contacté pour savoir si la publication d’un article sur mon blog les intéressait. Cet article n’est pas sponsorisé pour autant, comme d’habitude, c’est un choix de ma part d’en parler, pas l’inverse ! Retour sur ce test d’effort qui fut très enrichissant.

Pourquoi Mon Stade ?

Le concept qui m’a attiré, c’est le juste mélange entre l’aspect médical et sportif. Souvent les tests d’effort se font avec un suivi médical mais l’aspect sportif est minimisé. Ici le test se fait avec un cardiologue et un préparateur physique. Ça permet d’avoir des informations pertinentes sur le fonctionnement de son coeur, de son appareil respiratoire mais aussi la manière dont on réagit aux différentes allures d’entraînement (notamment en terme d’efficacité du geste). De ce côté j’ai eu ce que je recherchais, des discussions très intéressantes à la fois avec le cardiologue et le préparateur physique. Quand on est passionné comme moi, trouver des gens vraiment intéressés par ce qu’ils font et qui aiment échanger à ce sujet est top !

J'ai fait un test d'effort avec Mon Stade !

Le principe du test d’effort cardio-respiratoire


Une prise d’information, à la fois par questionnaire, prise de poids, mesure, et test du coeur et de l’appareil respiratoire se fait avant d’attaquer les choses sérieuses. De quoi voir pour moi que ma capacité pulmonaire est dans la moyenne, sans plus. En tant qu’ancien asthmatique (quand j’étais ado) je ne m’attendais pas à être hyper performant de ce côté ! Mais le plus important n’est pas forcément la capacité mais comment on l’utilise.

Et pour ça, on se transforme en souris de laboratoire. Des électrodes partout sur le torse et un “tuba” dans la bouche pour analyser la composition de l’air expiré. Difficile de s’imaginer courir vite avec tout ça sur soi. Ça donne rapidement une impression de manque d’oxygène, mais c’est seulement une impression j’imagine. Bref, la suite c’est un test VMA de type VAMEVAL sur tapis roulant. On court en augmentant la vitesse de 0,5km/h toutes les minutes jusqu’à épuisement.

Pas d’entraînement = Pas de forme !

Et là et bien, ce que je redoutais arriva. À ma dernière compétition il y a 3 semaines j’étais au top de ma forme en course, bouclant un 10km en 36’40 avant d’enchaîner 40km de vélo et 5km de course. Cela faisait longtemps que je n’avais pas coupé durant 3 semaines. Ça s’est senti… dès les 13km/h qui représentent mon allure de footing quand je suis en forme, je ventilais déjà bien plus qu’à l’habitude… (D’ailleurs j’ai recouru depuis ce test et en footing je le sens bien je suis un bon km/h en-dessous de ce que je faisais début septembre)

Pas d’entraînement, mais si vous ajoutez le fait que mon horloge biologique était perturbée (j’ai fait mon test à un équivalent 3h du matin à Montréal) et j’avais accumulé de la fatigue et mal mangé en prime. La suite est donc un bon exemple de pourquoi pour être performant en course à pied, tous les détails comptent. Pour être au top de sa forme, il faut bien gérer tous les aspects et pas juste l’entraînement !

Bref les minutes tournent… 13,5… 14… 14,5km/h… On est à peine à l’allure de mon marathon de Paris mais moi je souffle comme si je courais un semi ! À partir de là, chaque palier va nécessiter une dose de mental supplémentaire. Je n’ai aucune sensation ! Les images montreront que ma foulée est plus lourde que d’habitude, tout se perd quand on ne court pas !

J'ai fait un test d'effort avec Mon Stade !

VMA et FCM à la baisse !

À 16,5km/h, l’allure où j’étais à l’aise au duathlon de Montréal, c’est la cata, je sais que je n’irai pas très haut sur ce test ! Je ne pensais pas avoir perdu autant (j’ai quand même nagé 3 fois par semaine depuis 3 semaines). À 18km/h je sais que je suis déjà à la limite. Je vais passer le palier 18,5km/h, mais je suis déjà largement sur mes qualités anaérobie d’ancien pistard. Ma VMA du moment n’est pas plus haute que 18km/h ! Pas inquiétant pour autant à la vue de ma forme du moment. Intéressant tout de même, ça confirme une idée que je me faisais. Lors d’un test VMA, il faut que je considère de retirer au moins 0,5km/h au palier que j’atteins. Je sais gérer la douleur liée au taux de lactate mais en conclure une VMA plus haute serait une erreur !

Mon cardio ne dépassera pas non plus les 185bpm. Ça fait un moment que je remets en cause mon max. Si j’ai déjà atteint les 187/188 dans les derniers mois, je n’ai pas dépassé les 190 depuis plus d’un an, il semblerait que mon entraînement marathon ait fait baisser mon coeur de partout ! Si j’ai perdu 10bpm sur mes allures de footing, j’ai perdu pas loin de 10bpm aussi sur mon max !

graphique du test d'effort avec mon stade

Du data en masse !

Le rapport que remet Mon Stade et l’analyse qui va avec sont vraiment super intéressants pour l’ingénieur que je suis qui aime les chiffres. Entre la VO2 à chaque palier, les seuils ventilatoires (SV1 et SV2), la VO2max pour ne citer que les plus connus, il y a de quoi se faire plaisir. Je vous ai mis la belle courbe qui correspond à mon test au-dessus si ça vous intéresse et le résumé juste en-dessous ! 😉

résumé test d’effort avec mon stade vo2max et seuils

Si mon VO2max en a logiquement pris un coup avec mon non-entraînement des semaines passées (quand je vois que la prédiction de temps qu’on m’a donné est de 1h24 au semi au max alors que mon record est de 1h17 il y a de la marge !)… Il y a un point que j’ai beaucoup aimé : le SV1 est à 80% VO2max et le SV2 à 95% VO2max… C’est sûrement du charabia pour vous mais ce sont des pourcentages très hauts, preuve que si la VO2max baisse rapidement avec le manque d’entraînement, les seuils ventilatoires se sont eux bien maintenus. Quand on sait que rebooster sa VO2max / VMA ne prend que quelques semaines d’entraînement… Tout va bien !

Bref, je vais m’arrêter car je pourrais encore écrire longtemps à ce sujet car je trouve ça vraiment intéressant… Peut-être l’object d’un autre article ! Pour ce qui est de ce test, il coûte 165 euros. C’est cher c’est clair mais avec un cardiologue + un préparateur sportif diplômé et tout le matériel que nécessite ce test, j’ai tendance à penser que c’est correct. C’est moins cher en tous cas qu’une paire de Nike Vaporfly Elite ! 😉

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
SHARE
Previous articleSortie longue : pas que pour le marathon !
Next articleCourir tous les jours : bon ou mauvais ?

Athlète touche à tout, de l’athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon.
Autodidacte passionné des méthodes d’entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise “S’entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux” pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

17 COMMENTS

  1. Ils sont très bons ! L’équipe est très accueillante
    Après deux difficultés de mon côté :
    – baisse de forme pour cause de ralentissement des entraînements trois semaines après un 10k en 37m30
    – « émotivité » face aux capteurs, au masque et au tapis…
    => un penible 17 km/h de VMA vs 17,5-18 sur piste et un léger retrait sur la FCM sans résistance au vent…
    après c’est à faire vraiment même juste pour savoir où on en est niveau cardiaque et respiratoire !!!
    • Salut !
      Je serai curieux en effet de connaître l’effet “machineries” et observation de ton effort sur le résultat en lui même… C’est quand même assez impressionnant tout ça pour donner son maximum…
      En tous cas, même en dehors de ma période de forme, je trouve que ce test d’effort m’aura beaucoup apporté sur la compréhension de ce qui se passe dans le corps. J’ai en tête les sensations pendant le test et les courbes associés, c’est parfait ! 🙂
  2. Salut.
    Mer merci pour le partage d’expérience.
    Es que tes résultats VO2max sont cohérent avec ce que t’annonce ta montre Garmin Fenix 3?
    • Salut !
      Ils sont à mon avis cohérent. Je dis à mon avis car je suis en France en ce moment et Fénix est restée chez moi au Canada donc je ne peux pas confirmer formellement. Mais en “off season” l’an passé j’étais descendu à 61 de Vo2max donc le 61,5 ici me semble assez logique.
  3. Bonjour, merci pour ce retour d’expérience ! A partir de quel moment diriez-vous qu’il devient intéressant de réaliser ce genre de test pour mieux se connaître ?
    • Salut ! Pour moi l’idéal est de réaliser un test d’effort 2 è 3 mois avant une course que l’on veut bien préparer ! En essayant d’être un minimum en forme (contrairement à ce que j’ai fait), ça permet de donner une très bonne idée des zones de travail cardiaque que l’on va utiliser à l’entraînement et une estimation théorique du résultat (théorique car en pratique o est tous différent et deux résultats identiques en test d’effort ne donneront pas forcément le même résultat sur le terrain.
  4. Salut,

    Tout d’abord bravo pour le blog, je lis depuis un moment mais je n’avais encore jamais commenté.

    A l’arrêt de l’entrainement la VMA baisse, on le teste assez facilement … mais du coup est-ce que le VO2max varie de la même manière ? J’aurais cru que le VO2max était quelque chose de plutôt inné (avec une certaine marge liée à l’entrainement bien sûr) et que c’était la VMA qui variait plus facilement. Autrement dit, que la VMA validée sur piste était l’expression d’un potentiel (lié au VO2max) qui dépendait fortement de l’entrainement.

    Si tu refaisais un test dans un mois en étant dans de bonnes conditions tu trouverais sans aucun doute une VMA plus élevée, mais est-ce que ton VO2max augmenterait dans les mêmes proportions ?
    (si on dit que VMA*3.5 = VO2 max à la louche j’imagine que oui en fait?)

    J’avais un test à Paris (remboursé par sécu + mutuelle si prescrit par un cardiologue d’ailleurs) et j’avais eu 64 de VO2 max, ce qui semble beaucoup – vu que je suis pas du tout à ton niveau de perf haha.

    • Salut ! C’est une très bonne question ! LA vo2max comme la VMA sont des valeurs que l’on peut entrainer et qui ne sont pas totalement liées. La vo2max correspond à 100% aux caractéristiques physiologiques tandis que la VMA va aussi être liée à l’efficacité de la foulée. En arrêtant de courir cette efficacité de la foulée baisse aussi et peut diminuer la vitesse pour une même Vo2max ! Je ne sais pas si c’est clair ?
      Ma vo2max (calculé par Garmin pour le coup) en pic de forme est autour de 66. J’ai à mon avis surtout développé une bonne capacité à endurer des fort pourcentages de vo2max à force ! La vo2max est importante… Mais c’est surtout le capacité à pouvoir en tenir un haut pourcentage sur de longue durée qui est important ! 🙂
      • Merci pour la réponse, ça rejoins ce que je pensais.

        Pour ta dernière phrase ça a l’air d’être effectivement ton cas, mon SV2 était à 15 km/h pour 64 de VO2 alors que toi il est à 16 pour 61,5 – on voit clairement lequel s’entraîne depuis longtemps ! :p

        • Ahah c’est intéressant ta comparaison !
          Je ne sais pas si j’ai raison mais j’ai tendance à penser que la Vo2max baisse plus vite que le reste… Ma Garmin me donnait une Vo2max de 66 un mois plus tôt (le 61,5 est cohérent avec ma forme et mon état de fatigue du moment)… Peut-être que ça remet un peu plus en contexte pour toi ! Mais clairement c’est sur un paramètre comme le SV2 que je travaille ces dernières années donc… C’est encourageant !
    • ! Mieux vaut une paire de chaussure achetée ne soldes à disons 85 euros + un test d’effort à 165 qu’une paire de vaporfly à 250 ! Dans les deux cas le total est le même !
      Je pourrais faire d’autres parallèles aussi ! 😉
  5. Bonsoir.
    Merci infiniment pour le partage des expériences, en fait est ce que vous avez une adresse à paris pour realiser ce fameux test d’effort?
    • J’ai fait à la clinique Turin, remboursé par la sécu + mutuelle dans le cadre d’une prescription par un cardiologue.
      Ça allait mais le tapis ne vas pas au delà de 18 de VMA de mémoire et tu n’auras pas une exploitation “sportive” de tes résultats, c’est plus du point de vue validation médicale. A noter qu’il faut bien prendre l’option échange gazeux si tu veux avoir ton VO2max (et donc ta VMA)
    • Bonjour Mounir,
      MON STADE est situé à Paris, dans le 13e arrondissement près de la Bibliothèque François Mitterrand. Le remboursement de l’épreuve d’effort cardiorespiratoire par la Sécu ? Possible si le test est motivé par une raison médicale (signes, symptomes, etc.) et donc prescrit en ce sens par votre médecin. Mais autrement, c’est un acte qui n’est pas pris en charge la par la Sécu.
  6. Salut Nico !
    J’ai fait un test d’effort hier. Mes résultats sont étonnamment haut.
    VMA 17.5km/h
    VO2MAX 60
    Seuil 1 à 13km/h
    Seuil 2 à 14.5km/h

    Ces résultats ne sont pas du tout en adéquation avec mes temps : 1h42 semi par exemple. Pas de temps récent sur 10km, mais en prépa pour faire 44′.
    J’aurai une marge de progression aussi importante ? Il faut que je me fasse plus mal en course ?

  7. Salut !
    Tant mieux pour toi, ce type de test ne ment pas, on peut être au-dessus mais on peut difficilement être au-dessus (sauf mauvais calibrage du matériel évidemment mais dans les endroits sérieux peu de chance que ça arrive !)
    De ce que je peux lire de tes résultats, tu sembles en effet voir le potentiel pour mieux que ça ! Ton seuil 2 est assez bas par rapport à ta VMA, je ne sais pas si tu fais régulièrement du travail de seuil ? Regarde ici ça pourra t’aider : https://www.running-addict.fr/conseil-running/courir-au-seuil-anaerobie-ameliorer-endurance/

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here