Courir la nuit ça peut être dangereux si on ne met pas toutes les chances de son côté. Pourtant, pour qui veut s’entraîner efficacement et être en forme au printemps prochain, hors de question de ne pas courir juste parce qu’il fait nuit. Alors comme je vous ai donné mes astuces pour courir dans le froid, aujourd’hui je vous donne mes conseils pour courir la nuit en toute sécurité ! Il n’y a rien de sorcier mais vous verrez qu’en appliquant tout ça, courir la nuit devient bien plus agréable !

1 – Courir la nuit, c’est avant tout être visible !

Ça paraît évident mais je vois encore pas mal de gens courir la nuit en noir, sans bandes réfléchissantes… Alors oui votre meilleur atout pour être en sécurité quand vous courez la nuit, c’est votre équipement et les accessoires qui peuvent le compléter.

Personnellement lorsque je « commute » en hiver et rentre du travail en traversant la ville en courant de nuit, j’ai une veste jaune fluo. C’est un impératif pour être visible. Vous avez de nombreux choix depuis quelques années où la sécurité des coureurs est particulièrement mise en avant, par Décathlon notamment.

J’ai plusieurs vestes, fluo avec des bandes réfléchissantes partout, hyper visibles, confortables. Des avec manches et des sans manches, je cours toujours avec lorsqu’il fait nuit. Malheureusement les vestes que j’utilise ne sont plus en vente depuis longtemps puisque je les ai depuis plus de 10 ans ! Preuve qu’un investissement dans un bon textile est rentable, on ne s’en sépare plus ensuite !

Les vestes que je vous conseille pour courir la nuit

Celle que j’ai pu testé et que je trouve vraiment top : la veste Gore R3 Gore-Tex. Top car elle fait d’une pierre trois coups ! Vous serez visibles, en vous protégeant aussi du vent et de la pluie de l’automne et de l’hiver ! C’est un investissement c’est sûr mais personellement, sécurité et confort en hiver sont des critères sur lesquels je ne négocie pas (et puis à -40% en promo ça vaut le coup).

Mais au final, si vous avez un budget serré, ça peut aussi très bien se faire avec ce gilet réfléchissant. Il coûte une vingtaine d’euros et il s’ajoute sur n’importe quel vêtement ! C’est moins confo évidemment, mais on ne joue pas avec la sécurité, quel que soit le budget pas d’excuse ! (même si c’est moins dangereux que quand je croise des cyclistes de nuit sans lumière, voire sans casque… là on frise la tentative de suicide mais c’est un autre sujet !)

Les accessoires qui font la différence pour courir la nuit

Que ce soit avec des gants (voir ici), ou un bon bonnet (voir ici) ou encore une bonne lampe frontale lorsque vous souhaitez courir en forêt ou dans des endroits peu éclairés (voir ici à partir de 20€ ou encore une plus haut de gamme que j’avais testé ici avec en plus sa lumière arrière qui rend 100% visible). Un dernier object ? Un brassard lumineux comme ceux de Decathlon ici ne coute quasiment rien et est vraiment une bonne idée.

5 conseils pour courir la nuit en toute sécurité !

2 – Courir la nuit c’est redoubler d’attention !

On a beau faire le maximum pour être visible, courir la nuit restera toujours plus dangereux que le jour. Par défaut, on y voit beaucoup moins bien la nuit, c’est comme ça. Donc même un bon conducteur, attentif aura plus de mal à juger ou vous êtes, encore plus à cause du déplacement lié à la course. Ne déboulez jamais au dernier moment en pensant que le conducteur vous a vu ! Au contraire, lorsqu’on part courir la nuit on devrait assumer que personne ne nous voit et redoubler d’attention.

On oublie évidemment le fractionné en ville avec des rues à traverser. Si on peut éviter tout court d’avoir à traverser c’est évidemment l’idéal… Dans tous les cas, on court intelligemment et on met toutes les chances de son côté en faisant très attention à son environnement. Attention aussi aux vélos et piétons ! Si l’accident sera moins grave, ils sont moins visibles aussi donc attention à ce qui se passe sur les trottoirs autant que sur la route ! Le principe c’est de faire attention pour les autres. On croise toujours des gens qui ne font pas attention. Alors on essaye d’anticiper au maximum leurs faits et gestes !


5 conseils pour courir la nuit en toute sécurité !

3 – Courir la nuit sur un parcours adapté et/ou accompagné !

Pas d’improvisation donc, lorsque l’on part courir la nuit ! Cela ne veut pas dire qu’il faut oublier les sorties trail en forêt dans la nuit noire si c’est votre truc. Mais si vous faites ce genre de choses, n’oubliez pas d’avoir une bonne lampe frontale. Et assurez-vous que la batterie est chargée avant de partie. Soyez sûr aussi de connaître votre parcours sur le bout des doigts ! C’est aussi valable en ville d’ailleurs, pas trop d’improvisation la nuit ! Car on se perd beaucoup plus facilement la nuit… Pour ça, avoir un téléphone sur vous peut aussi être une bonne idée ! (ou une montre comme la Suunto Spartan Trainer et son mode petit poucet !)

Bref idéalement, la nuit vous courez sur un parcours que vous connaissez par coeur comme ça pas de stress. Quand je dis par coeur, c’est en terme de chemin d’abord qui soit connu. De sécurité ensuite en évitant de croiser une circulation importante (courez face à la circulation pour voir ce qui arrive au cas où). Et aussi de sécurité en terme de fréquentation (surtout si vous courez seul(e), un endroit sympathique le jour peut être totalement différent la nuit… pensez au Bois de Boulogne…).

Annoncez votre programme de course à un proche !

Malgré ça, n’hésitez pas à prévenir un proche de votre sortie, de votre trajet et de votre heure de retour estimée, on ne sait jamais. Et si vous pouvez courir avec un ami, ou encore mieux courir avec un groupe, c’est même conseillé, en particulier pour ces dames ! En prime, c’est souvent beaucoup de plaisir de courir à plusieurs ! Mais avant de partir…

5 conseils pour courir la nuit en toute sécurité !

4 – Il faudra bien te couvrir…

Encore un basique mais, n’oubliez pas que la nuit, la température est souvent bien inférieure à celle ressentie en journée. Pas de chauffage naturel avec le rayonnement du soleil, aucun moyen de se réchauffer. Le but est donc… de ne jamais avoir froid !

Sachant que la nuit c’est principalement l’hiver qu’on la pratique en courant alors n’hésitez pas à vous inspirer de mon article sur la course en hiver. Il vous aidera à partir avec un équipement adapté. Clairement la différence entre aimer courir la nuit / aimer courir l’hiver et ne pas aimer réside dans l’équipement ! J’adore courir l’hiver au Québec malgré des températures à ne pas mettre un coureur dehors. Bien équipé, le froid n’est plus un ennemi et on peut profiter des paysages enneigés avec plaisir !

la liberté et le plaisir d'une sortie running la nuit

5 – Profitez de votre course de nuit !

Courir de nuit, c’est courir dans un monde à part. Moins de bruit, moins de visibilité, plus de ressenti lors de la foulée. Si on court avec une lumière très faible, il faut s’assurer d’avoir une foulée courte pour s’adapter au terrain. Personnellement, j’adore cette sensation que procure la course de nuit.

Il n’y a aucun bruit dans un parc, éclairé par la lune et on court à tâtons ! Cela donne l’impression de courir bien plus vite que la réalité avec tous nos sens en éveil maximal ! Attention tout de même, si filer à travers la noirceur d’un parc est agréable… C’est comme rouler en voiture sans allumer les phares… Je le fais seulement dans un parc que je connais pr coeur pour l’avoir arpenté en long en large et en travers des centaines de fois !

Tout ça pour vous dire que courir la nuit c’est différent, certains aiment, d’autres n’aiment pas… Si je préfère courir le jour, je trouve ça aussi fun de courir de nuit, c’est différent et… c’est de la course au final donc forcément… 😉

 

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

20 COMMENTS

  1. Pas forcément d’accord sur le point « Courir la nuit sur un parcours adapté ! »

    On est pas obligé de connaître le parcours. Je dirais même surtout ne pas le connaître sera le meilleur entraînement, dans un optique trail / ultra trail.
    Avec développement de faculté de l’attention, de la proprioception, etc

    Des qualités que l’on a tendance à dévaluer sur des parcours bien connu, bien balisé et bien éclairé.

    • Oui @bob je suis d’accord si tu parles de trailer, d’ultra-trailer mais en s’adressant à la majorité je ne donnerais pas ce conseil. Pour beaucoup ce sera juste le meilleur moyen de se retrouver avec quelque chose de cassé ou perdu au milieu d’un bois… Mais je ne dis pas que courir de nuit en terrain inconnu c’est interdit de le faire, avec une bonne frontale je suis déjà allé à peu près partout en y prenant du plaisir et en travaillant clairement la proprioception !! 😉

  2. Je suis complètement en accord avec Bob car sur des parcours que l’on découvre le jour même, notre attention est beaucoup plus importante et concentrée à la bonne pose du pied sur le sol ainsi que sur le choix d’itinéraire à emprunter pour éviter tout incident.

    De nuit, il faut être équipé d’une très bonne frontale légère et efficace qui envoie un large faisceau éclairant comme L’armytek ou Ferei ou K-Lamp.
    De plus les sensations sont complètement différentes par rapport à un parcours fait le jour.
    Niko, je constate que tu coures la nuit mais avec une abondance de neige sur le sol si bien que tu n’as même pas besoin de Frontale pour courir!!

    • Même commentaire qu’au-dessus du coup @nono2765 ! 🙂
      Je suis d’accord mais pas pour tout le monde ! Et oui sur la neige si la lune est avec toi et que tu n’es pas en pleine foret, tu peux clairement laisser la frontale a la maison, courir la nuit c’est le pied dans ces conditions !! (Mais pour le rendu sur les photos la frontale est un bel accessoire LOL)

  3. Salut Nico !
    J’ai fait ma toute première course de nuit ce soir. En pleine campagne, avec une frontale. J’ai littéralement adoré !
    Et cerise sur le gâteau : la vue sur la plaine illuminée, une fois sur les hauteurs de la colline.
    Courir avec une vue comme ça … c’est … juste magique !

    • Ce sont les GROS avantages que je trouve à courir de nuit @sophie ! Quand je vais au Mont-Royal à Montréal avec ma frontale… La vue est juste énorme de nuit en haut et bien souvent tu es seul pour en profiter en plus. Courir de nuit, dans le silence… c’est top ! 😀

  4. Hey Nik! Courir la nuit selon mon avis personnel, pas de peine. Longue discussion, mais moi je crois que cette idee n »a pas beaucoup des adeptes…

  5. Malheureusement, il faudrait un point 6, ne pas courir seul(e) car on peut faire de mauvaises rencontres surtout la nuit quand on est une fille…

    • Je l’inclus dans mon point 3 @maurine je pars du principe qu’en courant sur un parcours adapté, c’est à dire qu’on sait fréquenté, illuminé et sûr, une fille seule peut courir. Après à chacun d’adapter ça à sa manière de penser je te l’accorde. Mais personnellement, même si je ne suis pas une fille, disons que si je l’étais, personne ne m’empêchera jamais d’aller courir, j,aime trop ça ! 🙂

  6. Bonjour à tous,

    Encore merci Niko pour tes précieux conseils qui collent avec la vrai vie des coureurs.
    Lorsque je cours la nuit, en plus d’une frontale, j’utilise un brassard muni d’une lampe rouge clignotante. C’est pas très cher et le clignotement a pour avantage d’éveiller un peu plus l’attention.
    Et pour vous faire partager une expérience, et même si vous êtes le roi roi de l’impro, si vous anticipez un danger, ralentissez ou arrêtez vous! Oublions le chrono, même en journée.
    Je vous raconte cela parce qu’en voulant esquiver une personne qui s’est placée au dernier moment sur mon trajet, je me suis blessé. 6 semaines sans courir et du coup mon dossard pour le semi de Paris n’a jamais servi. J’ai maudit cette personne mais à la réflexion, en stoppant, je me serais mieux protégé.
    Après, courir la nuit offre parfois de très belles récompenses. Cet été, en pleine campagne, à la fin d’un entrainement, j’ai levé les yeux au ciel. Et les longues minutes suivantes, le spectacle des étoiles, de la voie lactée, préservées de la pollution lumineuse ont été émouvantes et féeriques.
    Bonnes courses nocturnes.

    • Salut @christophe !
      Merci pour ton message car je pensais vraiment avoir mis le brassard clignotant dans l’article… Et en fait non ! Je vais rajouter ça tout de suite mais sans ton message ça serait resté ainsi !
      Pour les étoiles et la voie lactée… À chaque fois que je vais dans un coin éloigné de Montréal j’essaye d’en profiter… mais vivre à la ville rend ses moments bien rares malheureusement ! 🙁

  7. j’adore courir la nuit en campagne / forêt aussi et seule ! Je pense qu’on a largement plus de « chances » d’être agressées le jour en pleine ville et avec plein de monde autour que la nuit … mais ça reste mon avis. Je n’ai pas eu le choix lors de la préparation au marathon de Chicago … les mois de septembre et début octobre étaient nettement moins lumineux que ceux de printemps et d’été 🙂

  8. J’avais l’habitude de courir sur le Mont Royal après le boulot le soir. Malheureusement, j’ai déménagé… J’ai essayé une fois de courir vers le Métro Radisson en prenant Sherbrooke mais il y a trop de voitures. Pas sain. Je commence à déprimer (au propre et au figuré) puisque je ne trouve pas un parcours potable et sécuritaire surtout qu’il fait noir maintenant dès 16h…

  9. J’ai bien envi de courir dans le bois à côté de chez moi en canicross de nuit. Le soucis est qu’il y a des sangliers, et que les sangliers sont surtout actifs la nuit. Du coup je n’ose pas et l’hiver je cours moins avec mon chien. Vous avez déjà abordé ce sujet ? Ça se trouve c’est une peur pas trés rationnelle mais je ne trouve rien sur internet à ce sujet. Vous pourriez m’en dire plus ?
    Merci 🙂

  10. Pensez a éteindre vos putains de lampes qui aveuglent quand vous croiser des gens qui se ballade
    le dernier que j’ai rencontré s’en souviendra toute ça vie, je lui est fait avalé
    vous êtes pas seul sur les chemins

  11. Salut Niko, comment Proteges- tu tes bronches en hiver? Si je mets mon Buff sur ma bouche , je transpire… et sans rien j attrape vite des bronchites Merci !

  12. Il faut bien voir, bien être vu of course.
    Personnellement je pars toujours avec une deuxième personne pour courir la nuit, car on ne sait jamais sur qui on peut tomber, surtout la nuit.
    Pour être vu et voir, j’utilise personnellement une lampe ventrale pour ne pas être serrée au niveau de la tête, et aussi un brassard lumineux.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.