Salut les Addict ! Run Commute ? Coureur voyageur ? Aujourd’hui je vais en fait vous parler d’un nouveau mode de vie que je suis en train de mettre en place. Supprimer les transports en commun de ma journée de travail en changeant de moyen de transport. Et en utilisant les modes les plus écologiques qu’il puisse exister : la course à pied et le vélo. Mon inspiration vient de Joan Roch. Un coureur bien connu des spécialistes au Québec pour aller travailler en courant et en revenir tous les jours de la semaine !

Les transports en commun, ma passion…

45mn quand tout va bien, jusqu’à 1h15 quand tout se passe mal. C’est mon quotidien dans les transports en commun, et celui de beaucoup. Je ne me plains pas de cette situation. Mais s’il y a moyen de l’améliorer, pourquoi se priver ? Je ne suis pas spécialement patient. Louper mon bus pour un retard du précédent m’énerve particulièrement. Les transports en commun c’est le meilleur moyen pour moi de faire monter mon stress pour pas grand chose… Quand ça va bien, je ne perds pas mon temps dans les transports car c’est devenu un de mes lieux privilégiés d’écriture pour le blog. Mais je n’aurai pas de mal à trouver d’autres moment pour écrire ne vous inquiétez pas ! 😉

Aller travailler en courant, l’antistress du quotidien

Le stress lié aux transports en commun : évacué. Parlons maintenant du stress lié à notre travail. Quoi de mieux après une journée de boulot que de se détendre avec un bon run ? Le faire directement après sa journée est tellement bon pour cela. Partir sur les premiers kilomètres en oubliant petit à petit les soucis du boulot, penser au fait qu’on pourrait être tassé comme une sardine en boîte dans un bus… Et doubler le bus qu’on aurait dû prendre en souriant. Elle est pas belle la vie ? Aller travailler en courant, c’est jouissif !

run-commute-aller-travailler-en-courant-2

Débuter le run commute avec un mix vélo-course pour être réaliste

Je vous ai parlé de Joan Roch, il va travailler en courant presque tous les jours. Il a environ 11km jusqu’à son travail. Ça lui fait des belles semaines de 110km et 10 sorties lorsqu’il n’a pas d’impératif et toute une logistique à organiser. Pour en avoir discuté avec lui, ce ne serait pas un problème, avec quelques astuces dont il a le secret c’est facilement réalisable. Non, pour moi le problème vient plutôt de l’entraînement biquotidien que cela engendre. Son plan d’entrainement c’est 10 courses dans la semaine, sachant que j’en fait 5 actuellement, ce n’est pas une option. Attention donc si on est débutant en course à pied à utiliser le Run Commute de manière intelligente, n’est pas Joan Roch qui veut! D’où le fait d’inclure le vélo pour mes voyages restants, en plus c’est un bon entrainement croisé ! Voilà, vous savez tout, la boucle est bouclée ! Pour ceux qui habitent assez proche de leur boulot, tenté à passer en mode Run Commute et à aller travailler en courant ? 🙂

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

28 COMMENTS

  1. Ouaip, je m’y également, et moi aussi après avoir lu les billets de Joan Roch 😀
    Mais je préfère l’aller par rapport au retour. Courir dans les collines alors que le soleil se lève ça permet de bien démarrer la journée et d’arriver au boulot heureux et détendu.
  2. C’est certain que c’est bien plus sympa pour aller au travail que via un bus/tramway. Personnellement je me déplace en vélo, après la course pourquoi pas, mais il faut trouver un bon équilibre entre vitesse de déplacement et habillement en fonction des conditions météos pour ne pas arriver au travail avec 2L de sueurs sur l’ensemble du corps :p
  3. Pendant un an je suis allé en vélo au boulot (6km), je relève plusieurs inconvénients :
    – dangereux : j’ai fini une fois sur le capot d’une voiture, failli passer sous un tram (ma faute) et je ne calcul pas le nombre de fois ou j’ai du esquiver une voiture au dernier moment
    – usant : au début c’est cool, puis comme c’est tout de même une contrainte ça deviens fatiguant. Et ce n’est plus du loisir mais bien un moyen de locomotion, l’esprit n’est plus le même.
    – dépendant du temps : l’été au top … l’hiver et l’automne beaucoup moins

    Après il faut trouver un bon équilibre. vers la fin je ne m’obligeais plus a sortir en vélo par mauvais temps. et ç’étais mieux. Le point le plus pénible étant la dangeureusité lié à la circulation.
    A OUI j’oublié. Les flics aiment te mettre des amendes quand tu roule sur la voie de tram au lieu de s’occuper des enfoirés qui grillent des feux rouges (ont est beaucoup plus dangereux vous comprenez on dérange au plus haut point la société par nos pratiques). Si encore il y avait des pistes cyclable je dis pas …

    Good luck 😉
    surtout reste bien visible sur la route!

    Romain
    Auteur du blog : http://runconnect.blogspot.fr

    • L’avantage c’est que je n’aurai pas les problemes de l’hiver avec le velo (nuit/temps degueu..) car je le mettrais au placard en Novembre! Les pistes cyclables ferment pour l’hiver à Montreal! 🙂
      Reste la course, mais je ne pense pas passer à un entrainement 10xsem pour autant.
      Merci pour tes conseils! 😉
  4. Personnellement, ce serait plutôt le retour que l’aller car il n’y a pas de douches à mon travail. En revanche, j’habite tellem-ent prés de mon travail, que ça ne me ferait pas plus de 10 minutes en courant même en trainant la patte. Mais du coup, j’évite le stress des transports, je marche à pied ;-
  5. Javais testé de faire un bout de chemin en train et de finir en courant mais la logistique etait pas facile a gérer. Dans mon nouveau boulot je veux voir si il est possible de faire le trajet de temps en temps en velo…mais la réflexion est en cours.
    je te souhaite bien du courage en tout cas.
    Par contre une question me vient: si tu as 1h15 de transport tu vas mettre combien de temps en courant???
    • Non j’ai de la chance de mon côté le Run Commute est vraiment simple. Moins de 8km entre chez moi et le boulot! C’est juste que c’est parfois interminable en transports en commun!! Toi c’est sur que c’est beaucoup plus compliqué en terme de logistique!
  6. Merci pour ce billet.
    Les transports en commun c est fini depuis bientot 1 an et l achat d un velo.
    Je ne prends les transports vraiment en cas de mauvais temps (neige en particulier).
    Je suis à moins de 5k de mon travail.
    En velo c est rapide…mais aussi dangereux. Piste cyclable ou pas, à Montreal, pour une voiture tu n’existes pas.
    Mais c est un risque qui vaut le coup d’etre pris.
    J’ai aussi par le passé couru pour aller ou revenir du travail. Je prenais certains detours pour allonger un peu la sortie. Effectivement, ca demande de l organisation mais ca allege ton planning.
    Donc je suis pour le Run/Bike commute!
  7. Super article, merci ! C’est justement mon projet à compter du mois de mai : rentrer du bureau en courant 2 soirs/semaine. Je suis aussi à Montréal et Google Map me calcule 5 km entre mon bureau et chez moi donc facile. Le trajet se sera Vieux Montréal-Vieux Port-Canal Lachine-Verdun, pas pire comme terrain de jeu 😉
    Je n’ai pas (encore) le niveau pour le faire tous les soirs sans risquer le surentraînement ou les blessures mais ce sera mardi+jeudi (modulable selon contraintes mais 2 soirs/semaine obligé), beau temps-mauvais temps et ce jusqu’à ce que la météo m’oblige à arrêter à l’automne prochain. Voilà mon nouvel objectif !
    (et je comprends ton allergie aux transports en commun, après avoir vécu en région parisienne et bosser dans Paname intra-muras pendant des années … je suis vaccinée !).
    Bon Run Commute et Bravo pour ton record sur Semi !
  8. Ça fait une 15aine d’années que je me rends au travail à vélo d’avril à décembre (plus ou moins en fonction de la neige). Parfois j’intégrais 1 ou 2 retours en courant (aller en bus) mais ça me tannait, la logistique n’était pas super et je préferrais revenir à vélo pour aller courir sur les sentiers en arrivant. Quand je me suis mis à courir des trail > 50 miles la question du volume de course s’est posée et surtout (comme Joan) la conciliation famille/boulot/entrainement.

    Comme je continue à faire des sorties le weekend en sentier, ma semaine de transport ressemble à ça: lundi bus (journée de repos), mardi et jeudi run commute (un trajet = 12 km donc 48 km), mercredi et vendredi vélo. Après quelques mois, je dois dire que ça fonctionne bien pour moi, je ne ressens plus la lassitude du vélo qui me prennait aussi comme l’a mentionné Tami, le vélo aide à la récup des journées de run commute, je sens moins de fatigue musculaire que quand je faisais du vélo-boulot 4 à 5 fois par semaine + 2 sorties de course les mardis/jeudis et mes sorties du week end s’en portent mieux.

    Je suis d’accord que ça prend un minimum d’entrainement pour commencer ce genre de routine surtout quand la distance est assez longue, jy suis allé progressivement notamment en mettant un aller/retour course l’hiver pour mettre au point ma logistique et voir comment le corps réagissait (Je cours peu l’hiver, mais je carbure à 5-6 sorties de ski de fond donc le volume horaire d’entrainement est comparable et la fatigue aussi). Il ne faut pas non plus que ça deviennent une obligation, il faut pouvoir s’adapter pour garder l’envie intacte.

    • Progressivement j’y vais, je suis plutôt Velo Commute que Run Commute en ce moment puisqu’en période creuse d’entrainement, mais èa cette période le vélo est bien agréable!! Il le serait encore plus si les route de Montréal n’était pas aussi défoncées… Mais ceci est une autre histoire!

      C’est aussi dans l’optique de trail plus long que cette méthode me semble adaptée. Dans les prochaines semaines je vais utiliser le Run Commute pour courir plus, sûrement passer à 5-6 entrainement semaine, avec le vélo en plus ca fera un beau volume!

      Une chose est sûre, comme toi je pense que ca doit se faire par plaisir et non par obligation! Pour l’instant j’aime ca, mais si un jour je n’en ai plus envie, comme ce n’est pas une nécessité pour moi, j’arrêterai! 🙂

  9. Jamais pris la voiture pour aller travailler ou étudier. 35 ans de vélo, 26 kms aller/retour pour aller au bureau actuellement, chouettes pistes cyclables sur Munich, mets des pneus cloutés l’hiver. Ai découvert la course à pieds il y a quelques années et fais le trajet parfois en courant, bref je m’éclate.
    • Top ça !
      L’hiver est pas vraiment propice au vélo au Québec, par -10 et moins ça devient vraiment désagréable de rouler et les pistes cyclables sont officiellement fermées donc à nos risques et périls ! Bref pas idéal pour le vélo! 😀
      Là j’y reviens avec grand plaisir !!
      • J’imagine assez bien car je suis né à Montréal et ai habité un temps sur la rue Aylmer, tu dois passer pas loin 🙂 Étudiant, je bossais à La Ronde et passais mes soirées aux Foufounes.
        • évidemment de ce point de vue… tu connais mieux Montréal que moi je suis là de puis 1 an et demi, je ne vais donc rien t’apprendre ! 😀
  10. Bonsoir,
    Je pense à aller travailler en courant plusieurs fois dans la semaine mais je me demande comment transporter
    sont change car je n’aime pas trop m’encombrer quand je cours . Alors l’idée d’un sac à dos qui se balance dans le dos, je ne sais pas si je vais apprécier.
    Comment faites vous quels sont vos astuces pour transporter votre change ?
  11. Hello,

    Avant j’habitais à 7 km donc je venais en vélo, mais je rentrai en courant 2 soirs par semaine, en rallongeant à 10 km. Dans ce cas je venais en vélo publique style “Vélib” et je laissais mes affaires au bureau que je récupérais le lendemain. Pas de souci pour la douche dans ce cas là.

    Maintenant , j’habite à 4 km du travail donc c’est très court en vélo, et je préfère courir soit le midi, soit le soir mais une fois rentré à la maison. Une fois par semaine je cours le matin, mais à jeun et je rentre à la maison prendre mon petit dèj’ et ma douche avant d’enfourcher mon vélo. J’adore ça, courir le long des vignobles (j’habite à Bordeaux) au lever du soleil c’est fantastique.

    En résumé il n’y a pas de formule miracle pour moi, mais dans tous les cas c’est ni voiture, ni bus, ni tram !

    • Salut !
      C’est un luxe tellement appréciable que de se bouger plutôt que de rester assis pour aller au travail, je ne peux plus m’en passer ! (au moins l’été, l’hiver c’est plus compliqué de le faire tous les jours ! 🙂
  12. Salut Niko, tu prend un ordi portable avec toi dans le dos, j’ai lu le bouquin du pote canadien, et comme je continus mes entraînement d’ultra, ça me tente bien d’enchaîner entre le run et le vélo (13km entre le bateau et le taf) mais de mémoire lui le fait sans sac, non ? Quand tu le fait tu as une idée du poids de ton sac ? (J’en peut plus de la bagnole)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.