Parmi les coureurs, il y a plusieurs types. Ceux qui courent très souvent en compétition et ceux qui préfèrent se concentrer sur l’entraînement et ne se présenter sur une ligne de départ qu’occasionnellement, pour leurs objectifs majeurs ou pour des compétitions intermédiaires, pour tester leur forme. Les deux profils sont tout à fait respectables, tant qu’on y trouve son plaisir, là est bien le principal non ? Une chose est sûre, l’entraînement et la compétition sont deux choses bien différentes !

0 compétitions : Pas une fin en soi.

Combien de compétition faites vous par an ?

Courir c’est avant tout une liberté individuelle, une liberté d’y aller quand on veut, sans se soucier d’un chrono, d’un dossard, etc. Le plaisir de courir ne passe pas forcément par la compétition ! 🙂

Moins de 5 compétitions par an : Par petites touches !

La compétition, pourquoi pas à l’occasion mais point trop n’en faut ? Quelques fois par an histoire de voir ce que l’on vaut, de casser la routine de la course en solo ? Ça fait du bien de mettre un dossard pour juste profiter de l’ambiance des courses ! 🙂

5 à 10 par an : Un programme ciblé !

Quand on vise l’efficacité, la performance, on ne peut pas mettre plus de 2 à 3 compétitions objectifs par an. En ajoutant les compétitions de préparation (que tout le monde ne ressent pas le besoin de faire !), on tombe souvent sur 5 à 10 compétitions par an. On peut même être un compétiteur pur et dur en ne faisant même pas 5 compétitions par an !

De 10 à 20 par an : joli programme !

Avec une compétition par mois en moyenne ou plus, c’est au cœur de votre programme. Les compétitions sont placées régulièrement, elles font partie de votre entraînement. Pas possible d’être au top de la forme sur chacune d’elles mais pas grave, c’est toujours bon d’en profiter ! Et savoir où on en est en terme de forme permet de bien ajuster son entraînement, que des avantages ! 😉

Combien de compétition faites vous par an ?

Plus de 20 par an : Addict aux compétitions !

Si votre plaisir c’est d’abord d’accrocher un dossard dès que possible, de profiter de l’ambiance des courses pour décupler votre envie de courir, de courir avec plein de gens autour de vous, des gens pour vous encourager sur le bord de la route… Pas besoin d’aller chercher plus loin vous avez le profil du compétiteur pur et dur ! Regardez les Lapins Runners, ils sont quasiment tous les weekends au départ d’une course et ils semblent heureux comme jamais (le type de course qu’ils enchaînement, notamment Carole en ce moment n’est pas à recommander à tout le monde tout de même ne vous méprenez pas dans mon propos, il faut être un peu extra-terrestre comme eux pour faire ça ! :D)

Mon profil ? Mixte à tendance Entraînement !

Avec 6 compétitions seulement en 2015 et une estimation de 9 ou 10 pour 2016 je suis clairement dans la catégorie du programme ciblé ! Plutôt profil entraînement que compétition. Je peux passer plusieurs semaines/mois sans voir un dossard, l’important est d’avoir un objectif qui me motive à aller m’entraîner jour après jour, semaine après semaine. C’est d’ailleurs le bon profil quand on habite au Québec ! Là où en France, les compétitions se déroulent 52 semaines par an, ici on a l’hiver ! De Novembre à Mars, le calendrier est donc vide (ou presque) et il faut ronger son frein en pensant aux premières échéances de Printemps.

Personnellement ça me convient, l’entraînement est une forme de compétition en soi, une compétition avec soi-même ! S’entraîner régulièrement, progresser, c’est un fil rouge qui suffit à mon plaisir au quotidien… Je suis quelqu’un d’assez solitaire dans la vie, qui a besoin de ce genre de moments où tu es en osmose avec toi-même, focus à 100% sur tes sensations, à juste profiter de la course…

Et vous, vous vous mettriez plutôt dans quelle catégorie ? 🙂

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

18 COMMENTS

  1. J aime te lire! Et me retrouve dans tes dires pas compétitrice mais un besoin viscéral de me dépasser ! Solitaire les compètes la foule m engendre plus de stress donc je modére! Merci de prendre le temps d écrire tout ces petites analyses et conseils.
  2. Salut Nico !

    Je me situerais dans la catégorie “par petites touches”. J’ai besoin de plusieurs semaines, voire de plusieurs mois pour me préparer.

    En même temps, j’ai accroché mon premier dossard l’an dernier en octobre, donc……

    J’avais un 10 prévu le 12 juin, mais je renonce car je viens de commencer à courir avec des semelles ortho pour voir si ça règle mon souci de gêne au pied droit. Du coup, le 10 ce sera le 3 septembre, en course intermédiaire de préparation des foulées du TRAM en octobre (objectif 1h15). Et l’objectif de l’année prochaine ce sera de courir un premier semi (autour de 1h50, ce serait pas mal).

    Ca me parait déjà bien suffisant ;o)

    Au fait, j’ai pas trouvé de moyen de mettre une photo en T-shirt RA sur ton profil facebook, alors j’en ai mis une sur le mien ;o)

    @+
    Jérôme

      • Hi !

        Sinon, on peut poster des photos sur le profile FC de RA ?

        Tiens, tu t’es payé des DS Trainer Asics ? Très bonnes chaussures ;o) Perso, je lorgne sur des New Balance 1500v2. Et le semelles ortho……comment dire, je crois qu’elles vont vite rester dans un placard (mal aux genoux depuis que je les porte alors que j’avais plus eu mal depuis deux ans au moins, cloques sous les pieds parce qu’elles sont plus petites que mon avant pied, aucune amélioration ailleurs……bref, pas une réussite. J’attends de voir ce que va dire le podo après un mois).

        @+
        Jérôme

  3. Bonjour moi je suis Fred un coureur de grande distance,
    ( je cours depuis 19 ans)
    J’ai découvert ce site par hasard mais j’avoue qu’il est très intéressant
    Pour ma part je suis en train de préparer la course des crêtes d’Espelette (26 km)
    Et ensuite les 100 km de Millau.
    Je me suis préparé un plan personnalisé sur une durée de 13 semaines
    Voila c’est pour cela que je regarde divers site de conseil
    Je reste à l’écoute des personnes qui aime la course à pieds sur route ou nature
    Merci
  4. Avant tout compétiteur, et pourtant moins de 5 compétitions par an. Seulement 3 de programmées en 2016 !

    Je mise avant tout sur de longues semaines de préparation pour être au top le jour J. Mon objectif de l’année c’est le Trialong Ile de France en septembre, un triathlon half-ironman. Je prévois 8 semaines de préparation spécifique, et autant avant une course que l’on peut voir comme préparatoire en juin (triathlon courte distance). En rajoutant à ça quelques de semaines calmes après ces deux courses, et la préparation générale au début de l’année, la saison est déjà bien remplie !

    • Salut !
      Compétiteur donc mais qui prend son plaisir dans l’entraînement, tu peux t’en passer pendant longtemps sans problème ! 😀
      J,aime bien en avoir quelques unes un peu pour le fun aussi ou tu regardes moins la perf à tout prix !
  5. Moi, clairement par “petites touches”. Comme toi, l’entrainement suffit à me motiver et c’est ma compétition personnelle. Quand je regarde en arrière, je n’ai, en général, que 2 courses objectif par an. Et, de plus en plus, je ne fais même pas d’autres courses entre. Parfois, je me demande si je ne devrais pas revoir ça et tenter de faire plus de courses… mais je sais pas… je ne suis pas forte pour faire une course “sans forcer”. Je ne sais pas comment font les autres pour enchainer plusieurs marathons par exemple.
    BREF, je me pose pas mal de questions à ce sujet, en ce moment (raison première : mon RDV manqué avec Boston). Faire plus de courses… peut-être… mais comment bien gérer la récupération entre elles ? Comment bien capitaliser sur un entrainement ? … etc, etc… ce sont mes questionnements du moment 😉
    • Je ne sais pas si ça pourra t’aider mais j’ai aussi du mal à faire des courses sans me donner à fond car… c’est une course ! 🙂
      Du coup j’essaye de planifie les courses non objectif comme des entraînements. C’est à dire que je mm”inscris à des courses qui font officiellement partie de mon plan vers mon objectif. Genre un 5km quand je prépare un 10km ou un 10km quand je prépare un semi… Mais je garde ma grosse semaine d’entraînement avant, donc forcément avec la fatigue les conditions ne sont pas optimales mais… ça fait du bien d’en faire quelques unes en plus !
      Et je me garde des périodes funs ! Exemple : Objectif 10km le 29 Mai, coupure de mi-année le 24 Juin… Entre les deux j’ai plusieurs compets ou j’irai sans entraînement spécifique pour, juste jouer sur la forme et profiter ! 😀
      Je suis vraiment motivé par cette programmation en tous cas donc on verra comment â se passe !
  6. Entre 5 et un peu plus selon les années. J’aime bien découvrir une course. La refaire pour m’améliorer. Et rarement faire la même une troisième année. Sauf une course précise qui me tient à cœur à côté de chez moi. D’ailleurs je reste local. Sauf pour semi parce qu’il n’y en a plus en local ou marathon là faut que je bouge mais c’est galère (hébergement, gestion de mes enfants, convaincre ma femme : )
    J’aime les courses pour la foule. J’aime pour découvrir de nouveaux parcours. J’aime pour me depasser.
    J’en suis à deux depuis le debut de l’année. Je me tâte pour 2 trails dans 15 jours et un mois.
    Mes courses, sauf marathon, je ne les prépare pas, elles arrivent et je les intègre à ma semaine.
  7. Bonjour Nicolas,

    J’adore te lire, merci beaucoup pour tes conseils et tes comptes-rendus. Je vis un peu par procuration. En tout cas, j’ai une grande admiration.

    Alors comme , 0 entrainement et que des compètes 🙂 10 en 2015 et pour 2016, 21 au compteur (faites et à venir).
    Pourquoi ? Parce que je ne peux courir que le dimanche (pardon, je préfère courir le dimanche, le matin et le soir en semaine, la motivation est moindre). Et le dimanche, je m’inscris à toutes les compètes accessibles : du 5km, du 10 km (j’aime moins, trop long, trop vite), du 20, du semi et même un marathon (sans entrainement et pris un dossard la veille sur le net, ca pique les yeux et les jambes – 5h11 et sans marcher jusqu’au 39e km) et du trail (moins de 20km).

    J’adooore les courses, l’ambiance, voir les coureurs me doubler, doubler les coureurs, le ravitaillement… Ca me donne la pêche et je suis contente de franchir la ligne d’arrivée.
    La contrepartie, c’est que je ne progresse presque pas. En revanche, après avoir couru un 20, un semi puis un marathon, je sais que j’ai de l’endurance et que je peux le faire. Donc au programme des courses qui vont suivre, refaire les mêmes compètes que j’ai aimées en 2015-2016 et améliorer mon temps. Je ne serai jamais une reine de la performance, peu d’entraînements, trop de calories ingurgitées, pas assez de sommeil, mais l’essentiel pour moi est le plaisir et jusqu’à présent j’en ai toujours eu (enfin, surtout à la fin d’une course).

    Merci pour tous tes articles, je te suis avec plaisir.

    ps : rien à voir avec le sujet, désolée, grâce à ton test, j’ai acheté des sketchers goRun 4 et elles sont super, je les prends à toutes mes courses sur route.
    En revanche, pour faire mes trails, je n’ai pas de chaussures spécifiques, tu me conseillerais quoi en mode runneuse trail ?

  8. Reprise de la course en fevrier, et je devrais finir l’annee avec 5 competitions.
    Je n’ai pas pu participer a une course a laquelle j’etais inscrite en juillet pour cause de blessure. Sinon j’aurais ete a 6 🙂
    Je me considere comme competitrice mais par petites touches. J’apprecie le fait d’en baver a l’entrainement, et de me tester le jour J, et voir les progres, le chemin parcouru !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.