La progression du coureur est offerte à celui qui donnera sa sueur, mais pas que ! Il est bien connu qu’en s’entrainant n’importe comment on a plus de chance de régresser que de progresser. Pour développer ses capacités physiques, un entrainement structuré semble en effet un basique. Cela en devient même militaire pour certains pour lesquels le running devient l’élément central de leur vie. Thèse et anti-thèse au programme!

La progression du coureur est impossible sans contraintes !

Sur ce point je pense que l’on tombera d’accord, pour espérer progresser en running, et progresser dans n’importe quel sport en général ne se fait pas sans quelques contraintes. La progression correspond en fait à l’adaptation de notre corps au programme que l’on lui impose.

Il cherche tout simplement à pouvoir reproduire un effort qui lui est imposé de manière moins couteuse. Pour ça il faut se donner, repousser certaines limites pour que le corps s’adapte plus vite et devienne plus fort! En gros “il faudrait se faire mal si on veut progresser” ! Contrainte vous dîtes? Le Running-Addict, maso vous dira qu’il aime ça, mais c’est une autre histoire…

Contrainte dans le sport, ok mais contrainte dans la vie alors? Évidemment car les facultés d’adaptation de notre corps seront plus ou moins fortes selon notre mode de vie. Sommeil, Alimentation, Stress, Alcool, Etc… Vous voyez bien ou je veux en venir. La meilleure des progressions ne se fera que dans des conditions idéales, telles celles des sportifs de haut niveau!

Oui mais il faut profiter de la vie pour ne pas la regretter

Tout est dit. Êtes-vous sportif de haut niveau? Si oui je suis flatté de te compter parmi mes lecteurs, cet article n’est donc pas pour vous ! Mais pour nous autres Running-Addict lambda, quel intérêt ? On court pour notre plaisir uniquement, alors pourquoi se prendre la tête avec tout ça ?


On court, mais on fait aussi la fête tous les soirs, sans regarder ce qu’on mange, ne dormant que quelques heures avant de retourner au boulot totalement déphasé par un week-end de folie? Ceci ressemble étrangement au week-end que je viens de passer… Alors suis-je condamné à régresser?

En course aussi on profite de la vie !
la progression du coureur n’empêche pas de profiter de la vie !

La progression du coureur est affaire de compromis

Comme toujours ! Le compromis est quelque chose qu’il faut toujours recherché, quel que soit le sujet et c’est encore valable ici! Bien sûr qu’on aspire à progresser, à courir mieux, plus vite. Et c’est légitime, c’est même très agréable! Qui n’a pas eu le sourire en voyant un nouveau record perso au chrono ? Ou tout simplement en faisant une sortie au profil complexe sans difficulté? C’est aussi ça profiter de la course!

Mais profiter de la vie, c’est vivre! Il serait dommage de ressasser le passé dix ans après en se disant “Mince, j’ai oublié de vivre…”

Alors oui le week-end dernier j’ai profité de mes amis, sans aucune limite! Couché à 7h après la soirée du samedi puis 6h après la soirée du dimanche. Et oui j’ai encore le sourire en repensant à ce week-end génial! Et donc non je ne regrette pas! Il faut se lâcher de temps en temps c’est aussi important pour couper psychologiquement !

Mais est-ce que je fais cela toute l’année ?

Non ! La coupure permet de se lâcher totalement ! Le reste de l’année c’est plus sérieux, quand je prépare un objectif majeure je fais attention à tout! Sans excès non plus dans ce sens, je ne refuse jamais une sortie si ça me motive! Tout est question de compromis je vous dis, à vous de trouver le niveau qui vous rend heureux !

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.