Aucune méthode d’entraînement n’est parfaite !

7
2771
Aucune méthode d'entraînement n'est parfaite !
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.
Savez-vous pourquoi aucune méthode d’entraînement ne sera jamais parfaite ? Simplement par le fait que le corps humain n’est pas une machine. Vouloir contrôler le développement du corps humain n’est simplement pas possible. Bien sûr on a de nombreux moyens pour contrôler que ce que l’on fait est efficace. Mais la notion d’efficacité en course à pied est très subjective. Pourquoi croyez-vous que l’entraînement course à pied est un sujet qui fait autant débat ? Il n’y a pas qu’une seule vérité ! On dit même qu’il y a autant de méthode d’entraînement que de coach. Personnellement j’ajouterais même qu’il devrait y avoir autant de méthodes d’entraînement qu’il y a de coureurs !

Entraînement standardisé, progrès individualisés

J’ai toujours été plus ou moins sceptique devant les plans d’entraînement que l’on trouve sur internet. Des plans qui sont figés et à appliquer à la lettre. Ces plans ne prennent aucunement en compte les caractéristiques et le passé du coureur qui va le suivre. Et c’est bien là le problème. Sans doute va-t-il donner de bons résultats sur une partie des coureurs qui le suivront. À moins qu’il soit très mal construit (on en trouve…) c’est même très probable. Mais chaque coureur réagit différemment à l’entraînement auquel on le soumet. Certains vont donc trouver un même plan génial et d’autres nul.

C’est normal. C’est prouvé, nous réagissons tous différemment à l’entraînement. Regardez l’exemple du graphique ci-dessous. Il montre les pourcentages de progrès pour 65 personnes ayant suivi… exactement le même entraînement. Intéressant non ?
 

Entraînement à la FC, VMA, sensation ?

Quand on parle d’efficacité d’entraînement, on parle de fréquence cardiaque ou encore de Vitesse Maximum Aérobie. Ces moyens de contrôler l’intensité de son entraînement sont les plus précis que l’on a sous la main. Les utiliser est-il suffisant pour dire que l’on s’entraîne efficacement ? Clairement pas.

Vous pouvez le voir dans mes articles sur le seuil anaérobie ou à l’allure marathon, je n’affirme rien catégoriquement. Je donne des fourchettes de valeur, des indications. En effet, toutes les notions liées aux réactions de notre corps, à notre physiologie nous sont propres. Nos caractéristiques physiques sont liées à notre génétique, à notre mode de vie, à notre passé sportif… Impossible d’avoir une précision absolue dans les valeurs que nous utilisons pour nous entraîner.

Le test d’effort : Un must pourtant loin d’être parfait

D’ailleurs, même le moyen reconnu le plus fiable aujourd’hui pour définir ces zones d’entraînement… est loin d’être infaillible. Je vous parle du test d’effort en laboratoire. Il permet de contrôler précisément son entraînement en mesurant les paramètres cardio-respiratoires. Pourtant, les valeurs que vous allez trouver le jour de votre test d’effort définissent uniquement votre forme du jour. Fatigué ou pas, peu ou trop entraîné, bonne ou mauvaise nutrition avant le test, forme du jour… Tout un tas de critères qui feront varier le résultat. Résultat qui sera d’ailleurs de moins en moins valide au fur et à mesure que vous vous entraînez ensuite. Tout l’intérêt de l’entraînement réside dans la progression qui l’accompagne. Cette progression fait varier nos valeurs de pourcentage de VMA ou de FC pour un effort donné.

Faut-il pour autant tout jeter à la poubelle ? Arrêter de s’entraîner en utilisant la Fréquence Cardiaque ou la VMA ? Je ne pense pas. Mais il ne faut pas leur vouer un culte ultime non plus. Utiliser la vitesse comme moyen de suivi de son entraînement est alors très utile.

Aucune méthode d'entraînement n'est parfaite !

Entraînements différents, même résultat !

À l’inverse, si vous regardez les plans d’entraînement que l’on peut trouver, ils n’ont pas les mêmes séances, ne travaillent pas les même rythme. Certains sont-ils meilleurs que d’autres ? Sûrement. Mais je suis convaincu que lorsqu’on est face à un plan d’entraînement sérieux, bien construit… Les chances d’arriver à ses fins peuvent être équivalentes. Les allures utilisées peuvent être différentes, les temps de récupération aussi… Mais on travaille toujours les mêmes qualités.

Encore une fois, c’est impossible à prouver de manière certaine car il faudrait un gros panel de coureurs suivant tel ou tel plan pour le savoir. Il n’y a qu’à force d’essayer des choses, que l’on voit ce qui fonctionne le mieux pour nous. Le plus important étant de ne jamais lâcher le morceau. Plus que tel ou tel plan d’entraînement, c’est le fait de courir régulièrement, de maintenir au moins 2 à 3 sorties par semaine toute l’année qui est le plus important !

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

SHARE
Previous articleCourir tous les jours : bon ou mauvais ?
Next articleLa reprise est une période à risque !

Athlète touche à tout, de l’athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon.
Autodidacte passionné des méthodes d’entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise “S’entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux” pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

7 COMMENTS

  1. Salut
    Super article
    Mais voilà moi pour l’instant je déteste les plans d’entraînement meme si c’est moi qui le fait ,je peux pas ,je n’arrive tout simplement pas a me dire que demain ce sera ça ou ça . Déjà quand je me lève et que je me dis qu’il faut que je face ceci et que je m’y tiens c’est dur alors imagine…
    J’aime quand je part sur l’envie du jour
    Mais ca ne veux pas dir que c’est le vrac totale
    J’ai par semaine mon intensité, ma sortie bouche troup (je m’amuse la montre est la mais elle sert juste a savoir la durée et la distance le reste …) ma sortie longue et la sortie recup/endurance (55 a 70/100 fcmax)
    En fête quand je vais courir je me dis alors endurance /intencite /bouche troup et puis les jambes décide
    Voilà pour moi qu’en pensez vous
  2. C’est vrai qu’on a tendance à se focaliser sur un plan d’entrainement sans forcément écouter son corps ou ses envies. Plus je lis sur l’endurance et plus je me rends compte qu’un plan d’entrainement c’est comme pour l’alimentation : ce qui convient à certain n’est pas valable pour tout le monde. Le mieux selon moi c’est de tester pour trouver ce qui nous convient !
    • En effet !
      Même s’il y a une base qui marche avec la grande majorité, trop c’est trop ! Rare sont ceux qui peuvent augmenter rapidement le volume ou intensité sans en subir les conséquences ! 🙂
  3. Personnellement, les plans d’entraînement me lassent et sont trop contraignants.
    Que faire quand on n’a pas la forme et que le plan vous dicte une grosse séance de VMA ??
    Et donc je suis d’accord avec ta conclusion. Etre régulier et tenace.
    Moi j’aime travailler à la sensation. Si j’ai la forme, je m’impose une bonne séance et si je suis un peu en deça je me contente d’un footing. Le principal étant de faire sa sortie : tranquille ou intense 😉
    • Je suis partagé sur ton message ! Si parfois faire sauter une séance ou la reporter ne pose pas de problème (je le fais régulièrement), il faut essayer de garder de la régularité dans des efforts un peu plus “intenses” pour que le corps continue toujours de s’adapter et nous permette donc de bien progresser ! 🙂
  4. Super article, encore une fois 🙂
    Et pour apporter de l’eau à ton moulin, j’ajouterai qu’un entraînement qui fonctionne bien pour un coureur sur une ou deux saisons perdra ensuite de son efficacité. Pour un même athlète, il semble donc pertinent de varier les méthodes au fil de sa “carrière” pour garantir une progression. (les fameux phénomènes d’adaptation…)

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here