Aujourd’hui je voudrais prendre le temps de revenir sur ce semi-marathon de New-York. Pas sur la course, plutôt sur le cheminement qui m’a amené à descendre de 3′ mon record établi l’an passé. En course à pied, rien est dû au hasard. Si je visais 1h18 et que je pensais pouvoir atteindre les 1h17 dans un bon jour, c’est que l’entraînement réalisé montrait que c’était possible.

Une réflexion sur le long terme

Depuis le 26 Avril 2015 et mes 1h20’10, je me suis beaucoup entraîné. Beaucoup d’améliorations, dans ma technique de course avec la quête de ces 180 pas par minute. Dans mon endurance générale aussi. Tout ça pour vous dire qu’une bonne performance, ce n’est pas simplement dû à tel ou tel préparation semi de quelques semaines. Non, une bonne performance, c’est dû à une constance dans l’entraînement. Je vois le plan d’entraînement comme quelque chose d’annuel. Pour les grandes lignes en tout cas, comme je vous l’expliquais ici dans l’article sur comment construire le votre.

Une remise en question constante

Toujours se remettre en question est aussi un élément majeur. Se questionner sur les bons et les mauvais côtés de ce qu’on fait au quotidien et primordial. Rien n’est figé dans mon plan d’entraînement. Écouter ses sensations et s’adapter, c’est pour moi le meilleur moyen de progresser tout en se faisant plaisir. Ce n’est pas parce que mon plan dit blanc qu’au moment venu, c’est toujours valable. Le plan d’entraînement est une ligne directrice, rien de plus.

Tout vient à point à qui sait attendre

La patience est sûrement la meilleure des qualités pour le coureur. Si la travail paye toujours lorsqu’il est bien effectué, ce n’est pas forcément immédiat et ce n’est pas forcément linéaire. On peut progresser beaucoup à certains moments et stagner à d’autres, avec un même entraînement, sans qu’il n’y ai d’explications. Il faut l’accepter, ça fait partie du jeu. En persévérant, en s’entraînant régulièrement, soyez-en convaincu ça finit toujours par payer, foi de Running Addict ! 🙂

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

19 COMMENTS

  1. Merci pour ce récit perso ça me serts énormément! et me remonte se morale qui reflete ma stagnation du moment… s ‘accrocher et y croire….

    • @ernoult-renault C’est exactement le but, content que ça t’aide ! 🙂
      Ne lâche pas, continue de suivre les conseils de base que je donne et persévère, ça payera à un moment donné! Je ne peux pas te dire quand, le corps est imprévisible mais en respectant les phases de repos… le travail paye toujours ! 🙂

  2. J’adore tes articles qui sont très instructifs et qui me permettent aussi d’en apprendre plus sur la course à pieds. Ne jamais rien lâcher…

    • Merci @accro-runner !!
      Ne jamais rien lâcher est dans mon caractère de base mais c’est clairement un gros plus pour qui veut progresser en course à pied ! 🙂

    • @dreyliciouss c’est toi qui déchires tu as fait progresser ton endurance de belle manière depuis Janvier ! Avec quelqu’un de motivé c’est toujours plus facile !! J’adore ça en tous cas moi ! ^^

  3. Oui, le travail paie toujours. Merci des conseils distillés sur ton blog. Depuis un an où je travaille mon EF, que j’inclue du fractionné, etc, j’ai vu les effets sur mon niveau. Pour preuve, une même course faite ce week-end. J’ai gagné 15 minutes par rapport à l’an dernier ! Ça donne une pêche énorme pour les objectifs à suivre.

    • Wouh ça c’est top @dom !!!
      Bravo pour ton sérieux sur l’EF, sur le long terme ça avec un peu de tout le reste en plus c’est des progrès garantis, tu en es la preuve ! 🙂

  4. Merci pour cet article. Je me rends compte que j’essaie tellement de respecter mon programme que j’en perds mes sensations. La semaine prochaine j’ai une course de 20 km mais en même temps je prépare un marathon qui me dit que je dois donc faire 30 km dimanche et 10 demain. Je pense que je dois revoir ce programme non? et être plus souple ce week-end et la semaine prochaine. Qu’est ce que tu penses? merci

    • Salut @sarah !
      Oui, il faut s’écouter, ne pas en faire trop coute que coute, mieux vaut en faire un peu moins à certains moments ou tu vas dans le mur en gardant ton programme. L’exemple de ton 20km est flagrant. Pour moi il faut faire un choix. C’est quoi ta priorité ? Si c’est le marathon alors respecte ton plan et fait ton 20km à allure marathon pour travailler cette allure en conditions de compétition en faisant tes ravitaillements comme le jour J ! Si non tu peux aussi réduire ta sortie longue de dimanche à quelque chose de moins fatigant entre 22 et 25km et choisir de garder du jus pour faire ton 20km à fond. c’est toi qui vois mais voilà les deux choix que tu as pour ne pas prendre de risque de blessure je pense. 🙂

  5. 4 mois avant le marathon de Paris grosse entorse à la cheville droite .. 6 semaines sans courir …j’ai repris …je m’accroche bien perdu en rythme mais j’y crois !

    • Salut @fred !
      En performance pure je ne sais pas, j’ai pas mal amélioré mon endurance par l’entrainement sur la même période donc difficile à dire. Par contre je pense que l’amélioration de ma foulée a été très, très utile pour mon économie de course. J’avais une foulée très énergivore avant et pour progresser sur semi et maintenant marathon j’avais besoin d’une foulée plus économique.

  6. 100% d’accord avec toi, c’est un travail de patience. La course a pied est mon nouvel amour et je sais tres bien que c’est sur le long terme que je progresserais apres avoir progressé rapidement au départ. A la lecture de ton blog j’ai réfléchi et me suis fixé des objectifs par année => 2017 : nouvelle foulée + descendre de 3 min mon temps sur 10 km + preparation physique spécifique et assouplissement des muscles clés / 2018 : semi-marathon a l’automne et consolidation des acquis sur 10 km / 2019 : 1er marathon en fin d’année. Je veux m’armer de patience, ne pas me blesser et ne pas tomber dans le ‘tout faire tout avoir tout de suite’ qui nous caractérise tant. Et surtout je veux avancer prudemment car lors de la course a laquelle j’ai participé la semaine derniere, un homme de 36 ans est mort a 500 metres de l’arrivée du marathon, alors que c’était son 3eme marathon. Bref tout donner mais dans certaines limites, etre patient et planifier de maniere cohérente. Continue a nous inspirer !!

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.