Non mais franchement pourquoi est-ce que j’ai fait ça ? Courir un semi-marathon en intérieur, sur une piste de même pas 400m, c’est 64 tours de piste ! Un vrai hamster ! Et si je vous dis que l’expérience a finalement été intéressante, vous le croirez ? Je vais en tout cas vous amener au coeur de ce semi-marathon en intérieur pour vous montrer que je n’ai pas eu le temps de m’ennuyer !

Pourquoi m’être inscrit à ce semi-marathon en intérieur ?

L’histoire est compliquée… 20 minutes avant la course j’étais encore censé courir le 10km ! Et 3 semaines avant ça je trouvais Denis, qui m’a parlé de cette course, un peu fou de vouloir courir un semi-marathon en intérieur… Je n’envisageais même pas le 10km à ce moment là ! Je suis allé voir « par hasard » l’évènement sur Facebook, et puis leur site web… Et je me suis retrouvé inscrit au 10km ! Et comme l’horaire de celui-ci a été plusieurs fois décalé, ce qui ne m’arrangeait pas… J’ai demandé à participer au semi ! Voilà pour la petite histoire… 10′ plus tard j’avais mes nouvelles Wave Shadow aux pieds !

S’en suit un moment de solitude sur la ligne de départ en mode « comment je cours ça ? ». Parce que je ne suis pas en grande forme, j’ai repris il y a 2 mois maintenant mais je suis en phase de foncier. Je ne me suis pas du tout entraîné à ce type d’allure ! Et surtout je n’ai pas encore construit une grosse base d’endurance, ma sortie la plus longue est de 1h15 ! Bref, en plein doute, j’opte pour une stratégie logiquement conservatrice !

Quelle idée de courir un semi-marathon en intérieur !Courir un semi à allure marathon !

Voilà l’objectif ! Il mérite toutefois une précision. L’objectif est de courir à allure marathon visée en période de forme ! C’est donc un cran au-dessus en terme de difficulté. Tout en restant confortable par rapport à un semi couru à fond les ballons ! Restait encore à tenir ça jusqu’au bout, n’ayant aucune idée de ce que mon endurance, encore limitée, me permettrait de faire.

C’est donc comme ça que j’ai abordé le début de course ! Partir tranquille en regardant avec des grands yeux un paquet de 5-6 coureurs partir vraiment vite devant. Avec une piste de 333m à boucler 64 fois (en fait 63 + le départ 100m avant l’arche), j’essaye de faire 2-3 calculs pour me dire que 1’20 au tour devrait donner 4’00/km. Mais les tours reviennent tellement souvent et il y a tellement d’autres choses à penser qu’après 10′ je perds déjà le fil… j’abandonne, je courrais aux sensations jusqu’au bout !

>> À LIRE : Comment calculer son allure marathon ?

64 tours, 254 virages et + de 1000 dépassements à gérer

Quand je vous dit qu’on a autre chose à penser, c’est que 75 coureurs sur une piste de 3 couloirs avec 4 virages assez serrés… ça peut faire quelques embouteillages ! Charge aux coureurs qui doublent d’éviter de transformer ça en carambolage ! Les gens respectent plutôt pas mal le fait de courir à gauche et de doubler à droite…

Mais je me suis quand même fait quelques frayeurs ! Les ravitaillements étant disponibles à l’intérieur des virages… Anticiper les mouvements des coureurs qui précèdent est parfois un poil compliqué ! Je ne compte pas les fois où j’ai dû doubler à l’extérieur pour ne pas prendre de risque… Peut-être quelques mètres en plus mais comme je ne suis pas là pour courir à 100%, ce n’est pas bien grave !

Dire que les kilomètres passent vite serait mentir. Les tours s’enchaînent bien, ça double tout le temps, je vois régulièrement du monde que je connais… Mais au bout de 30′ j’ai quand même cette petite voix qui me dit (en québécois dans le texte) : « Crisse t’es venu pour un 10k, tu serais presque rendu et là tu dois encore pousser la machine pendant 50′ « . Je m’occupe de bien gérer mon hydratation, et puis je croise Denis avec qui j’échange 2-3 mots… Et puis c’est reparti quoi ! Les hauts et les bas classiques d’une course ! 🙂

Quelle idée de courir un semi-marathon en intérieur !

Le manque de foncier se fait sentir !

Ça enchaîne bien ensuite jusqu’au moment où le chrono approche des une heure de course. Je commence à bien sentir mon manque d’entraînement à ce type d’allure. Ça a beau être de l’allure marathon, je confirme que ce ne sera pas atteignable avant quelques mois sur 42km ! J’envisage même de terminer en footing. C’est ça quand tu n’as aucun objectif, le cerveau à encore plus envie de lâcher…

Bon il faut avouer que la lassitude de tourner en rond et mon mental de compétiteur qui est en hibernation n’ont pas aidé. Mais si je ne me mens pas à moi-même, je sens que je suis loin d’être à la rue. Je me décide à regarder le chrono sur un tour pour voir où j’en suis et… 1’21 au tour soit le temps visé à 1″ près… Ok j’avais donc juste accéléré un peu avant, ça explique aussi un peu que le niveau de difficulté ressenti était monté !

>> À LIRE : En compétition, une grosse partie se joue dans la tête

Mais au fait, ou j’en suis ?

Au passage des 1h, je prends un gel, couplé à une boisson riche en électrolytes. Autant profiter d’être là pour travailler le ravitaillement ! Et je me mets un coup de pied au cul pour garder le rythme aussi ! Ce qui me fait suivre Pierre, un coureur montréalais qui enchaîne du gros volume (des semaines entre 120 et 140km !) et qui a un beau rythme en cette fin de course ! Je le suis, jusqu’à voir marqué 1h15 sur le tableau affichage… je ne devrais plus être si loin que ça du bout ! Alors je repasse devant et me concentre pour courir avec une meilleure posture, ça semble marcher !

Dans tout ça, je n’ai aucune idée d’où j’en suis. À ce moment je pense même que la course est de 63 tours quand en fait c’est 64 avec le petit surplus du départ… Un peu fatigué, un peu perdu, je garde mon rythme sans jamais m’exciter même dans ce qui est censé être mon dernier tour. Quand j’entends « Nicolas est dans sa dernière ligne droite » je sais que c’est fini. Ouf, je commençais à avoir les adducteurs qui ne voulaient plus « courir en carré » avec tous ces virages !

Quelle idée de courir un semi-marathon en intérieur !

Pas mal pour une compétition imprévue et hors saison !

J’arrête la montre et voit 1h23’37, yes ! Même sans suivre l’allure je suis largement dans l’objectif, c’est top ! Dire que le dimanche précédent, j’ai couru 3km à 3’55/km en trouvant ça long… là ça fait 21,1km à 3’58/km ! Tout ça pour conclure une belle semaine d’entraînement… Comme quoi, un bon dossard, de temps en temps, ça fait une belle séance ! Reste à prendre le repos nécessaire pour l’encaisser maintenant ! 😉

Et je commence tout de suite après avec 3 petits tours supplémentaires en trottinant puis 10′ de spinning sur les vélos mis à disposition par l’organisation ! En réfléchissant un peu, je me dis que je dois finir 2 ou 3ème et au final c’est 2ème. Si ça n’est pas le but recherché, un petit podium est toujours bon à prendre ! Avec une séance de physio gratuite empochée au passage, c’était tout bénef’ cette course !

Crédits photo : Demi-Marathon intérieur de Terrebonne
Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

6 COMMENTS

  1. Mais c’est énorme cette course ? ! ?

    La classe de finir 2ème sans rien calculer !

    comment font-ils pour savoir où tu en es ? Il y a des juges qui comptent tes tours ?

  2. quelle idée farfelue! faut avoir du courage. bravo

    belle perf en +. (je comprends mieux ton temps t’avais mis les chaussures qui « court vite »…lol)

  3. Salut coach !

    C’est la première fois que j’entends parler de ce genre de course… ça doit être vraiment déroutant de tourner en rond 🙂
    Mais bien joué pour cette belle deuxième place !

  4. Hello Niko, marrant cette course en boucle ! Ca doit etre long !!!! Bravo pour la perf !
    Oui, je suis aussi curieuse de savoir comment ils font pour suivre ou tu en es pendant la course ?
    Bonne recup !

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.