Semi-Marathon paris logo

Le jour J est arrivé, tous à Vincennes pour le semi-marathon de Paris 2014. Tous? Oui tous cas j’ai l’impression que toute la twitosphère s’est donné rendez-vous à Vincennes! Un déplacement sans encombres, et une première image qui fait peur, une belle gelée matinale à Vincennes! Heureusement, aujourd’hui c’est sous les couleurs de TomTom que je cours. Et chez TomTom on ne rigole pas quand on parle de sa team, c’est dans le village entreprise, au chaud qu’on pourra se préparer.

Rencontre avec les runners de la team pour ce semi-marathon, c’est vraiment sympa de discuter autrement que par avatar interposé! Un mini échauffement collectif, un cri de guerre, une photo et c’est déjà l’heure d’entrer dans le sas rouge. J’y suis avec Ali et Ludo. Finalement il fait un temps idéal avec un beau soleil, l’attente est donc des plus agréable! Un premier coup de pistolet remet les choses en place, je n’ai désormais de pensées que pour les 1h25 de l’objectif ! Je n’ai pas suivi scrupuleusement un plan d’entrainement semi-marathon mais je suis confiant sur ma forme tout de même !

ASO - Crédit photo Maindru
ASO – Crédit photo Maindru

Un début de course passé à profiter de l’instant

Les élites de ce semi-marathon de Paris 2014 sont partis, 2′ plus tard c’est à nous d’entrer en jeu! Pas de folies dans les premiers kilomètres, ça serait dommage de se griller. Quelques mots échangés avec Ludo, la balade dans le Bois de Vincennes passe vite. Autant tout seul sur une piste ce rythme pouvait paraître rapide, autant au milieu de ce peloton, c’est un vrai plaisir!

Les jambes appellent la tête je répète les jambes appellent la tête…

Elles m’envoient à ce moment le signal qui fait fantasmer tout coureur qui se respecte : elles sont super facile!! Tous les voyants sont au vert pour atteindre l’objectif, le moral comme le ciel est au beau fixe! Une descente se présente, je m’autorise donc à dérouler pour descendre largement sous les 4′ au km! Trois kilomètres à ce rythme, vais-je le regretter plus tard? Je prend le risque, j’ai envie de profiter de ce semi comme je l’entend. Car oui à ce moment de la course je prend un pied monstre. Quand un groupe de musicien est sur le bord de la route, j’ai le sourire, je leur fait un signe leur glisse un “merci”, je perd peut-être un peu d’énergie mais tant pis, je vis la course et je suis venu pour ça.

Première belle côte au 8ème km, je me rappelle les conseils de prudence reçus en préparation de l’EcoTrail et décide de les appliquer. Je me laisse doubler dans la montée pour ne pas risquer le sur-régime. C’est au final pour mieux relancer au virage suivant en amorçant une descente! J’ai 39’45 au passage au 10km. Le sub40 qui me faisait peur au sein d’un semi est passé sans encombres, c’est maintenant qu’on va voir si le mental est prêt à suivre les jambes.

Savoir se ravitailler c’est un métier!

10km sont passés c’est le bon moment pour penser au ravitaillement. Du Powerade? En gobelet? Super ça me dit bien! Attrapage de gobelet au vol, facile, quel talent! Et là c’est le drame… Le Powerade finira à peu près partout sauf dans ma bouche… Une bouteille d’eau? C’est un peu plus de mon niveau, j’arriverai à boire quelques gorgées, mais avec tout ça le cardio est monté en flèche alors que la vitesse a subit la courbe inverse… C’est pas gagné! La suite du ravitaillement se fera quelques kilomètres plus loin avec mon joker, un abricot sec gardé dans la poche du short. Erreur de penser que c’est plus facile à manger, j’ai mis 1km à m’en dépêtrer! Mais comment faîtes-vous pour manger alors que le cœur bat la chamade??

ASO - Crédit photo Maindru
ASO – Crédit photo Maindru

Le Semi-marathon de Paris 2014 se finira dans la douleur

Avec ces histoires de ravitaillement, le 15ème se profile déjà! Un peu plus d’une heure au compteur, les 1h25 sont donc toujours dans le viseur, même si le rythme a un peu faibli. Pas spécialement de difficulté jusqu’à la rue de Reuilly… J’étais prévenu que la côte qui s’y trouve serait la principale difficulté du parcours mais sa longueur aura pour effet de supprimer toute la lucidité qui pouvait subsister à ce moment. C’est avec une dizaine de seconde de retard que je bascule vers le Bois de Vincennes.

Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance

A fond, je suis à fond! Et les forces manquent… 19ème, plus lucide pour un sous je m’accroche… 20ème je ne vous en parle même pas (de toute façon je ne m’en rappelle pas donc je vais avoir du mal à vous en parler!). La dernière ligne droite se profile enfin. Le chrono est largement visible, j’y lis 1h26’35! On est parti 2′ après les élites, je comprend que c’est jouable, c’est donc parti pour un sprint désespéré qui permettra… De mourir sur la ligne en 1h25’00!! Mais pas le temps d’en profiter, une crampe dans chaque quadriceps en guise de récompense, les mollets ayant plus ou moins résisté (le lendemain sera tout de même très difficile !) grâce à mes manchons de compression. Le sourire sincère des bénévoles me remettant médaille, poncho, boissons me remettra vite d’aplomb! Merci à eux pour avoir rendu la course aussi sympathique!

Le parcours, les chronos... Finisher du Semi-marathon de Paris 2014 !
Le parcours, les chronos… Finisher du Semi-marathon de Paris 2014 !

On refait la course avec la Team TomTom

Retrouvailles avec Ali et Ludo, chacun ayant atteint son objectif, c’est donc un plaisir partagé! Direction le village entreprise pour la récup avec des stands invitant à tester la cryothérapie et son bain à 10 degrés et l’électro-stimulation chez compex. Après s’être fait chouchouter de la sorte, c’est détendu qu’on peut échanger avec Fred qui a parfaitement organisé l’évènement TomTom. Après avoir discuté (plus ou moins longuement) avec chaque membre de la team, il est déjà l’heure de rentrer…

Une joie partagée avec les copains
Une joie partagée avec les copains

En bonne compagnie le temps passe toujours vite…
Merci à vous Bénédicte, Melody, Perrine, Olivia, Ali, David, David, Ludo, Benjamin , Marvin, Rodrigue, Julien, Jessy, Fred d’avoir rendu cette journée mémorable.
Et au plaisir de rencontrer tous ceux que je n’ai malheureusement pas pu croiser ce dimanche.

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

25 COMMENTS

  1. Ça a l’air tellement facile quand on te lit… on oublierait presque que pour faire 1h25 il faut forcer un peu 🙂 je dis un peu parce que tu n’as forcé que les 2 derniers kilomètres, le reste c’était de la promenade 😉
    Très belle perf et beau CR

  2. Bravo encore pour ta performance et content d’avoir pu faire ta connaisssance.
    Au plaisir de te croiser sur l’Ecotrail!

  3. Je suis très très loin de ton niveau et je ne l’atteindrais probablement jamais mais je sais boulotter des abricots en courant: 80g abricots secs, 30g de noix de cajou, 20g de flocons d’avoine, 1Cs de noix de coco rapée,, tu mixes le tout, tu rajoutes environ 1CS de jus de citron et tu formes une boule que tu laisses reposer une nuit au frigo, tu façonnes des petites balles et tu en fais des papillotes avec du papier cuisson, c’est tout… en course ça le fait bien et ça ne se mâche même pas, ça fond tout seul ;o))

    voilà, je repars dans mon sas à moi…

  4. Joli joli joli !!! Le temps prévu à la seconde, c’est beau ! 🙂

    Ravito : jamais de solide, c’est trop galère à manger, sauf sur de l’ultra je pense. Gel oui, ils sont bien liquides si on les porte près du corps, ça descend tout seul. Liquide : bouteille exclusivement, sinon c’est mission impossible ! Un verre sur un semi (sur 10 je prends rien), ça impose de MARCHER pour boire suffisamment sans en foutre partout non ?

    La bouteille reste l’idéal : tu prends une vraie aspiration complète dedans, faut pas essayer de boire de manière normale. J’avais fait pas mal d’essai pour mon marathon où j’ai tout fait à la bouteille, donc la technique est acquise. Mais les courses avec des bouteilles sont rares hélas ! Je trouve ça bien pourtant, surtout en gardant la bouteille à la main… Sinon il faut porter un bidon, mais je me vois pas faire ça sauf en trail, j’aime courir léger.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.