Beat YourselfAujourd’hui nous allons parler de The Training! Je parle de cette séance que nous connaissons tous. Celle que l’on remarque à la première lecture du plan d’entrainement et qui déjà à ce moment donne des sueurs froides… Celle qui a fait sourire le coach quand il l’a écrite… Mais celle qui si elle se passe comme prévu vous donnera une confiance sans faille pour votre compétition objectif! C’est bon vous la visualisez? Alors c’est parti pour ma version de cette séance… Particulière!

La découverte du plan

C’était un mardi après-midi, au boulot, je reçois un mail du coach avec le plan d’entrainement des prochaines semaines. Programme chargé entre les deux tours d’interclubs pour améliorer le chrono du 3000m steeple, c’était prévu je ne suis pas étonné! Jusqu’à ce que je bug sur la séance du samedi… 3x1200m + 2x800m allure 3000m… Je n’imagine même pas pourvoir en faire la moitié à ce rythme… Elle est prévue dans une semaine et demi mais elle m’obsède déjà! Surtout que c’est la séance du week-end donc réalisée seul, ça risque d’être intéressant!

The Training : D-day

Il est 10h30 en ce samedi matin et les averses s’enchaînent accompagnées de sympathique rafales de vent. Bref, tout ce qu’il faut pour se rassurer avant The Training! A l’incertitude de la séance se rajoute donc le dilemme des vêtements. Il ne fait ni chaud ni froid et avec le vent et la pluie je n’ai aucune idée de ce que j’apprécierai une fois dans ma séance! Finalement habillé, le sac à pointes sur le dos, l’échauffement commence sous une pluie battante histoire d’être trempé en moins d’un kilomètre : super!

Échauffement terminé, je suis assis dans ma tribune, avec pour seul compagnon la pluie toujours battante… C’est comme avant le départ d’une course, la pression monte… On range le survêtement, on met les Booster, les pointes… Ne manque que la musique d’Era pour se croire au départ des Templiers! Une rapide analyse me force à l’évidence, je ne pourrais pas tenir la distance de cette séance avec mon niveau actuel! 5 semaines après l’Ecotrail, je ne suis pas encore totalement dans le rythme de des distances courtes comme le 3000m steeple! De plus le vent souffle vraiment fort aujourd’hui, je décide donc d’amputer chaque fraction de 200m pour passer moins souvent en plein vent! Ça sera donc 3x1000m r:2’30 + 2x600m r:2′. Cette fois le ressenti est meilleur, je sais que ça ne sera pas une partie de plaisir mais ça devrait passer.

La solitude de l'athlète avant sa séance (ancienne photo, vu le climat j'ai laissé l'iPhone à la maison!!)
La solitude de l’athlète avant sa séance (ancienne photo, vu le climat j’ai laissé l’iPhone à la maison!!)

Inside The Training : En mode robot

L’heure est venue de se mettre en mode machine. Après quelques 100m de mise en jambe, c’est parti pour 25′ de séance. Le vent oblige vraiment à puiser dans les réserves pour ne pas ralentir. Et pourtant, même comme ça il y a une différence flagrante entre la partie vent de face et la partie vent de dos. 3’18 au bout du premier 1000m pour un peu plus de 18km/h, ça tient tant bien que mal! Pendant la récup je sens les effets de la préparation longue car le rythme cardiaque redescend assez vite, c’est appréciable quand il s’agit de repartir pour la deuxième fraction! Ce deuxième 1000m sera d’ailleurs un copier-coller du premier avec un premier 200m en 38″, une partie face au vent en 40″ et ainsi de suite pour terminer à nouveau en 3’18, le métronome est en marche. La difficulté va crescendo et le dernier 1000m se fera en… 3’18 mais au pris d’un bel effort dans le dernier 400m qui ne laissera plus beaucoup d’énergie pour la suite de la séance!

L’essentiel est fait les 600m c’est une broutille! Voilà ce qui trotte dans mon cerveau pour essayer de me motiver! Oui, c’est totalement faux, mais la lucidité ayant disparu ça fait du bien de rêver! Que viser sur les 600m? Le même rythme que sur les 1000m mais en relançant très fort face au vent! C’est dur, les poumons brulent mais c’est chose faîte sur les deux 600m! Et même si je ne me rappelle pas totalement de ce qui s’est passé dans la dernière fraction le chrono parle tout de même : 1’54 soit 19km/h et une impression de travail bien fait.


Débriefing : Comme en Formule 1 devant les graphiques Garmin!
Débriefing : Comme en Formule 1 devant les graphiques Garmin!

The Training : l’After

Le sourire à la fin de la séance, l’impression jouissive de réussite. Oui ça y est cette séance tant redoutée est passée! La suite? Quand il fait le temps d’aujourd’hui ça va très vite : 200m exactement pour retourner en tribune, reconnecter à la réalité et réaliser que je suis complètement trempé! Enfiler le survêtement, filer en récup vers une douche bien méritée : le pied. Douche qui servira comme souvent de débriefing : Est-ce que j’ai réellement tout donné? Était-il possible de tenir un rythme 3000m seul et dans ces conditions? Est-ce que le fait d’avoir raccourci la séance était judicieux?

Voilà les questions du jour et je ne peux pas y répondre mais ce qui est sûr c’est qu’au moment de m’installer dans le canapé pour écrire cet article, je suis vide physiquement mais surtout mentalement. Et j’adore ça! Suis-je maso? Non simplement un Running-Addict parmi tant d’autres.

Et vous ça vous rapelle des souvenirs? 🙂

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.