Je n’ai rien inventé, tout le monde connaît ce dicton : En Mai fait ce qu’il te plaît ! Aujourd’hui je vais vous raconter comment j’ai respecté à la lettre cet adage. Après un entraînement très sérieux en Mars et Avril, Mai sonnait l’heure de la décompression, presque du grand n’importe quoi. Presque, car je n’oublie pas mes objectifs, c’est du n’importe quoi contrôlé, ma spécialité !

bilan running mai

Partie 1 : La détente

Dois-je compter le Wings for Life dans cette partie 1 ? Oui et Non. Je l’ai couru pour partager avec les copains donc Oui. Mais j’ai quand même fait 25km donc Non. La suite par contre… Profiter des copains sur place, bière, repas gras, bière, repas gras, bière… Bref le coureur en détente dans toute sa splendeur ! Un peu de “Velo Commute” pour aller et venir du boulot en guise de sport et un ou deux runs par ci par là, à l’envie uniquement !

Partie 2 : La reprise

Au bout d’un moment, il faut bien reprendre un peu plus sérieusement, c’est pas avec 12km de run dans la semaine que je vais taper mon 50km début Juillet ! Point de plan, point même d’idée de la séance à venir en enfilant ma tenue. Plutôt le feeling intégral ! Une sortie au Mont-Royal ? En guise de dénivelé je me suis tapé la montée droit dans la pente (1,3km à 12% de moyenne). Comme c’était petit joueur je suis redescendu (au taquet, pour le fun !). Et j’ai refait la même montée, plus vite pour bien charger les cuisses.
Un autre ? De retour du boulot en Run Commute, grosse journée, pas envie de trainer… Les 5 premiers kilomètres en 19’57 avant de couper pour pas trop donner non plus, je partais pour un simple footing… Pas de vrai entraînement donc, mais des sorties qui font travailler la machine tout de même ! 😉

Partie 3 : Séance à volonté!

L’idée de se remettre au travail germe. L’envie de se construire un plan n’est toujours pas là. Tant pis je vais continuer de me baser sur mes envies en y mettant une dose de réflexion de trailer ! Je n’ai pas beaucoup de temps à consacrer à la course mais avec le Run Commute c’est assez pour caler des séances sympathiques. Souvent en rythme, à la sensation, sans en rajouter. Des côtes longues pour commencer à encaisser le dénivelé de ce futur trail, mais vraiment toujours selon les envies du moment !

Partie 4 : Le weekend choc !

Là on ne rigole plus… Enfin si en fait, c’est un vrai weekend choc dans lequel j’ai fait beaucoup d’efforts… Mais sans le prévoir, juste parce que j’avais envie de le faire ! En travaillant toutes les composantes nécessaires à ma future course : sortie longue, dénivelé, chaleur, technique… La totale ! Ce weekend choc à commencé vers 17h jeudi soir pour se terminer ver 19h dimanche soir : 72h intenses en émotion avec au programme :

– Jeudi soir : 25,5km course sur route (150m D+)
– Vendredi : 4km rando (40m D+) et 10,5km trail très technique (350mD+)
– Samedi : 10,5km rando (360m D+)
– Dimanche : 20,2km trail côtes longues (885m D+)
=> Total : 70,7km en 72h dont 56,2km de course avec la bagatelle de 1785m D+

Bref le volume de mon 50km trail en plusieurs fois… Ca va passer ce trail, je vous le dis !!

En Mai fait ce qu’il te plaît je vous disais… Et vous ? Ce fût plus sérieux que moi ? 🙂

wings-for-life-bilan-mai

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

2 COMMENTS

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.