La voilà, ma seule course sur route de l’année. Bien que pas un objectif en soit, mais j’avais bien hâte de courir ce demi-marathon (titre mensonger bonjour hein ?!), car voilà plus d’un an déjà que nous préparons ce grand voyage aux Etats-Unis avec Aurore mais pas que, et où cette course est un peu la pièce maîtresse de ce périple.

Je vous explique. Etant expats, nous voyons peu nos familles et voyager avec à l’étranger est un bon moyen de se retrouver. C’est comme cela que nous avons retrouvé la mère et le cousin d’Aurore en Floride pour deux semaines, puis ma famille et mon club d’athlétisme en France (ASSP Vergèze) à San-Francisco de suite après.

Pas d’objectif particulier

half-marathon of San-Francisco 2015

Comme je le mentionne plus haut, cette course n’était pas un réel objectif. Je sais que je suis capable de courir ces 21K sans trop de problèmes. Mais bon, en m’inscrivant j’avais bien une petite idée en tête tout de même. En sachant que j’avais réalisé 1h30 pile poil lors de mon premier demi-marathon en Octobre (le marathon des micro-brasseries) et ce après deux mois sans avoir couru, je voulais ici faire mieux et descendre sous les 1h30 et pourquoi pas accrocher les 1h25.

Et puis le vrai voyage est arrivé, je n’ai pas posé mes valises au même endroit plus de deux jours consécutifs depuis mon kilomètre vertical et avec les conditions climatiques en Floride (très chaud et très très humide), les grosses journées et une alimentation/hydratation qui laisse à désirer, le nombre de footings entre ces deux courses se comptent sur les doigts d’une main. Mais bon, je ne m’en plains pas bien au contraire !

Arrivés à San Francisco et là c’est le choc, climatique d’abord. On a perdu un bon 20°C et le vent souffle pas mal fort ici. Petit tour dans la ville et on se rend vite compte que SF n’est quasi jamais plat. Va falloir faire avec, j’ai toujours en tête de vouloir faire moins d’1h30, mais je me dis que si je n’y arrive pas ce n’est pas une fatalité, l’objectif premier sera alors de prendre un max de plaisir et de profiter de la ville. Après tout, avoir fait autant de kilomètres pour se laisser décevoir par un chrono serait bien dommage !

2nd Half-Marathon

half-marathon of San-Francisco 2015

Il a fallu faire un choix, gros dilemme quand même ! Je fais la première partie du marathon et je cours sur le Golden Gate Bridge -pont mythique de SF- ou alors je fais la deuxième partie et je profite de la ligne d’arrivée, la plus grosse et la plus belle depuis mes débuts en course à pied.
Le choix est fait, ce sera donc la deuxième partie, puisque la veille un tour de la ville est prévu en vélo et que nous allons traverser le pont. Cela a bien aidé au choix !

Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance

Le jour de la course, nous prenons la navette qui nous amène sur la ligne de départ, dans le Golden Gate Park. La navette arrive seulement à 15 minutes de mon départ et je suis un peu en panique, le temps de déposer mon sac de délestage que je retrouverai à l’arrivée et de faire un petit échauffement avec Aurore. Je me place sur la ligne de départ quand la vague 1 (celle des élites) s’élance. Je suis vague 2, je me place entre les lapins 1h25 et 1h30. Le stress m’a déjà quitté, bizarre, je regarde autour de moi, les coureurs ici sont différents de ceux en France quand même, plus de tatouages, moins de gadgets, un peu plus minimalistes et très souriants. J’aime bien cette ambiance sur la ligne de départ, nous ne sommes pas trop collés, juste assez pour ne pas avoir froid en attendant de partir. Le décompte commence, je m’attendais à me faire bousculer dans tous les sens, mais non. Les premiers mètres se déroulent sans encombre, je vois le lapin des 1h25 devant moi s’éloigner petit à petit, j’ai les jambes lourdes, très lourdes même, et au bout de même pas 500m je sais déjà que je ne pourrai pas réaliser 1h25. J’ai de la marge sur celui des 1h30, je vais essayer de la conserver le plus longtemps possible.

half-marathon of San-Francisco 2015

Nous avons 10 kilomètres à courir dans ce parc quasiment plat, la route est des fois très large et des fois très étroite. Le parc est très beau mais certaines parties sont rendues pénibles à cause des demi-tour et des virages serrés à négocier et du monde. Le plus pénible (pour nous, et je n’imagine pas pour les marathoniens) est que nous n’avons pas du tout le même rythme avec ceux du marathon. Il faut slalomer, accélérer ou ralentir et s’excuser aussi.
On sort enfin du parc, content de pouvoir enfin fouler les rues de SF. Une loooooooongue ligne droite se dresse devant nous. Jamais plate ou presque, toujours en faux plat qu’il soit montant ou descendant. Il y a du monde sur le bord de la route, certains ont des panneaux rigolos et les lire me fait un peu penser à autre chose que cette ligne droite. Je prends le temps de regarder un peu autour de moi aussi, ici la rue est très large donc pas besoin de faire attention où je pose mes pieds. J’ai toujours les jambes terriblement lourdes et l’impression de ne pas avancer, mais bon, le rythme est constant selon ma montre donc tout va bien.
Au bout de la rue on arrive dans un quartier bien moins sympa, les sans-abris ont remplacé les supporters et l’architecture est moins sympathique qu’avant. En plus ici, ils ont instauré un système de parcours de rechange pour désengorger un peu les rues en faisant prendre aux coureurs des rues parallèles. Mais 4 ou 5 fois c’est tombé pile sur moi, j’étais donc très souvent seul devant pendant ces kilomètres pas très beaux. Naturellement, à ce stade de la course la fatigue commence à se faire ressentir et le rythme baisse un peu, pas bien grave.

On arrive enfin au stade des Giants de SF, l’arrivée est proche, enfin. Plus que quelques kilomètres le long de la baie. Je vois la ligne d’arrivée au loin, j’entends une partie du groupe qui est déjà là, m’encourager, un dernier petit effort et ça y est je franchis la ligne d’arrivée !

Chrono officiel 1h30 , le sub 1h30 sera pour la prochaine fois. En attendant aucun regret, je suis content de ma course, j’ai pris du plaisir même si les jambes n’y étaient pas forcément. Je ne me suis pas fait rattraper par le lapin 1h30, il a dû avoir un petit problème.. Je vais récupérer mon sac pour me couvrir et repars encourager mon père qui en finissait avec son deuxième marathon et Aurore sur son demi !

half-marathon of San-Francisco 2015

En regardant le classement, je suis plus qu’étonné, je finis 130ème sur 3986 partants. Comme quoi, il n’était quand même pas si facile que cela !

Maintenant que c’est fait, place au bon burger, une bonne bière et que le reste du voyage commence !!

Un grand merci et bravo à ma famille (mon père sur le marathon, ma petite soeur Solène sur son 5K, Aurore sur le semi et ma deuxième soeur et ma mère pour s’être débrouillées comme des chefs), au reste du groupe sur leurs courses respectives et à Moonrakers Tours pour l’organisation du voyage 🙂

half-marathon of San-Francisco 2015

1 COMMENT

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.