Avoir cette Kalenji Kiprun Race dans les mains, c’est se dire qu’il est loin le temps où Kalenji se battait pour rattraper les grosses marques concurrentes. Pour avoir travaillé au rayon course à pied de Décat’ pendant plusieurs années pendant mes études… Les modèles ont beaucoup évolué et cette Kalenji Kiprun Race en est une belle preuve. Visuellement, elle ne semble rien avoir à envier à ses rivales en effet… Et en terme de prix c’est toujours bien en-dessous de la concurrence avec 70 € ! Une chaussure de compétition qui semble prête à faire parler la poudre ! Voyons donc ce que ça donne sur le terrain…

Premier essayage de la Kalenji Kiprun Race

Mon test s’est fait 100% indoor, hiver neigeux et verglacé oblige. Cette chaussure est loin d’avoir l’accroche nécessaire pour l’hiver québécois, ce n’est de toute manière pas du tout ce qu’on lui demande. Le premier essayage s’est donc fait sur ma célèbre piste carrée ou je m’entraîne régulièrement l’hiver. Un tour de 193m avec 4 virages hyper prononcés qui en demandent beaucoup à la chaussure et au bonhomme qui les fait bouger ! Et comme premier test, je n’ai pas laissé de temps d’adaptation à ces Kalenji Kiprun Race. Elles sont faîtes pour aller vite, alors elles ont été tout de suite vite. Avec un 3×3000 à allure semi-marathon, j’ai enchaîné les tours à 16,5km/h en oubliant très rapidement que j’avais ce nouveau modèle au pied…. le meilleur des compliments pour une chaussure !
La semelle paraît un peu lisse et j’ai des doutes sur leur utilisation en extérieur par temps humide. Attention dans les virages mouillés ! Par contre, sur la surface synthétique intérieure, ça ne bouge pas d’un iota. Et surtout, le pied est bien positionné dans la chaussure. Car les virages serrés sont très sujets aux frottements avec de forts appuis qui, à force d’être répétés, peuvent laisser des traces. Il n’en fût rien, le pied est calé et ne glisse absolument pas.

 

Kalenji Kiprun Race : de la vitesse version Decat !

Une pure compétitrice : c’est dur mais ça envoie !

Le nom de cette Kalenji Kiprun Race ne ment pas sur son profil. À haute vitesse, elle est très à l’aise. Avec elles, j’ai travaillé à 18km/h, mais aussi à 19km/h et même à 20km/h ,cest fluide, ça renvoie super bien ! J’étais super à l’aise avec ces chaussures au pied. Par contre, évidemment comme toutes les compétitrices, ce dynamisme se paye sur un amorti assez dur. On ne peut pas tout avoir ! Si comme moi, vous êtes habitué à ce genre de chaussure où le dynamisme prime sur le confort… Elles n’ont rien de désagréable pour autant ! Sinon, il suffit de prendre le temps de s’y adapter !
J’ai testé le footing de récupération avec… C’est sûr que de courir entre 10 et 12 km/h, ce n’est pas le type d’entraînement sur lequel cette Kalenji Kiprun Race est la plus à l’aise ! Tant que l’on est porté sur la vitesse, que le pied ne se pose pas ou très peu sur le talon, que la foulée se déroule vite… Tout va bien ! Par contre sur une foulée un peu plus posée, sans forcer, ça tape. Sur ce type de sortie, je préfère une chaussure avec un peu plus de moelleux comme la Nike Pegasus.

 

Kalenji Kiprun Race : de la vitesse version Decat !

La Kalenji Kiprun Race est au niveau !

Pas de doutes, la Kalenki Kiprun Race fait partie des chaussures que je continuerais d’utiliser pour des séances d’intensité. Un dynamisme très agréable, un chaussant étroit mais sans compresser le pied et surtout un prix qui comme toujours avec Décathlon sort du lot ! À 70€, on aurait tord de s’en priver, même si on ne la garde que pour le fractionné ! Un petit détail par contre : la taille ! Je suis entre le 45 et le 46 en chaussures de running selon les marques, ici c’est un 46 sans hésiter. Si vous êtes entre deux tailles, vous pouvez passer sans problème à la taille au-dessus !
Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

9 COMMENTS

  1. Salut. Bon par contre Drop 10mm. Decathlon et le minimalisme ça fait 2 😉
    C’est pas un peu dommage de prendre ça si on est pas talonneur ? Surtout qu’elle est faite pour la vitesse…
  2. Depuis le temps que je cherchais un test sérieux sur cette chaussure .
    A part trouver des articles promo-test dans les magazines il n’y avait aucune info. Donc merci pour ce test
    • En effet, les articles soient disants tests que l’on peut lire pullulent sur la toile et induisent en erreur les achats. Donc merci pour le ressenti.
      Ensuite peut être faire un suivi des tests des chaussures après plusieurs centaines de kilomètres pour voir si le ressenti que l’on a eu au début a évolué. Ce serait très intéressant et une mine d’informations importantes.
      Par exemple, j’ai fait l’amère expérience suivante : sur des newBalance 1080V6, l’usure très voire trop prononcée du coté extérieur de la semelle alors que la chaussure n’a que 215kms. En effet le fresh foarm de la 1080V6 ne confère pas la même stabilité de la chaussure que la technologie Revlite de la 880V7 (475kml) lui octroyant pour cette dernière une usure moins prononcée.
      Si j’avais eu cette information, je serais resté sur la 880 bien mieux adapté.
  3. Salut Niko,
    Ca fait plaisir de lire ici un test de cette chaussure. Elle fait partie de mes modèles favoris depuis la génération précédente, j’en suis à ma troisième paire.
    Je fais de tout avec, même des footings. Le drop de 10 n’est au final pas un problème, alors que mes autres shoes sont plutôt autour de 6mm. Une fois que la foulée est medio, elle le reste. D’ailleurs cela va me permettre de tester enfin des Adidas Boston boost quand mes Zante3 seront mortes.
    Enfin, en extérieur sur sol mouillé elles conservent une accroche tout à fait satisfaisante.
    Autant je ne suis pas convaincu par les autres modèles Kalenji, autant j’adore ces Kiprun Race.
    A+
    Jérôme
  4. Hello , j’ai eu la chance de tester la même. J’ai eu le même ressenti , pas de temps d’adaptation sur un test VMA. Testées sur piste sous la pluie , J’avais un gros doute sur la semelle mais je n’ai pas eu de mauvaise glissade.
    Je voulais ajouter que pour une course plutôt 10-12km , c’est la kiprun Fast qui est préconisé.
  5. J’ai eu ces chaussures peu de temps avant un semi-marathon que j’ai effectué sans problème avec elles.
    Limite limite sur les sorties longues à allure endurance et accroche quasi nulle hors route sont ses défauts, je suis d’accord avec toi.
  6. Merci pour le test !

    Pour un coureur lourd (79/80kg) et pour des sessions dynamiques type fractionnées et 10km sur route, vous me recommandez le modèle Fast ou Race ?

    Merci

  7. Bonjour…J ‘ai cru lire plusieurs fois que tu chaussais du 42 ( et pied fin ), et je lis ici que tu coures avec du 45 ou 46 ???…J ‘ai du mal à comprendre…D ‘ autant que, perso, je fais un petit 41, mais je dois prendre un 40 pour mes free flyknit RN de nike …??? Tu coures avec des chaussettes de montagne, ou quoi…Hi hi…
  8. Salut Niko,

    Je viens de me racheter une paire de Kiprun Race, la quatrième. Mon modèle 2017 jaune et bleu est allé facilement à 600 kilomètres et je vais les emmener à 700, mais comme je voulais courir avec sur mon prochain semi dans une quinzaine de jours j’ai préféré les renouveler et leur faire faire une quarantaine de kilomètres avant ma course. Elles sont données pour 400/450 kilomètres par Kalenji mais pour qqun de léger avec une foulée légère elles encaissent facilement quasiment le double. Bref, j’adore. Et la couleur du modèle 2018 est très chouette.

    A+

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.