Le volume était là ces derniers mois, les progrès aussi avec des records tout neufs du 5km au semi-marathon. Aucun signe de fatigue physique fin mai, aucune douleur à l’horizon. C’est rare et mon instinct premier aurait été d’en profiter pour surfer sur cette bonne forme. Pourtant juin a été volontairement beaucoup plus calme… Et la première partie de juillet aussi au final…

Calmer le jeu avant que le jeu ne me calme !

C’est dur de ne pas pousser plus quand tu sens que les jambes sont là. Ce fût dur de ne pas m’inscrire au premier 10km que j’ai trouvé après la “demi-déception” d’Ottawa. Mais la raison, celle que, comme beaucoup, je n’écoutais pas il y a encore peu de temps, voulait que je pense long terme. Et le long terme c’est le marathon de Toronto dans 3 mois.

L’an dernier, j’étais sur un 50km trail à cette époque. J’ai fini blessé, attristé et je n’ai jamais vraiment retrouvé mon niveau, enchaînant plutôt les petits pépins physiques, la fatigue et une prépa marathon avortée qui me reste encore en travers de la gorge.

Cette année, c’est donc tout l’inverse que j’ai programmé. Un mois de juin léger, finissant par un arrêt total de la course pendant une semaine. Une pause frustrante au début, je l’avoue car j’avais l’envie et les jambes. Mais grâce à elle je suis confiant sur le fait d’être à 100% au bon moment, en octobre et pas maintenant !

Quand la reprise est semée d’embûches

Et au fil de l’eau, au retour des vacances, la vie et ses challenges sans qui on s’ennuierait a fortement ralenti ma reprise. Presque pas de course depuis début juillet, un peu de vélo pour compenser, et une motivation qui commence à nouveau à pointer le bout de son nez. Il n’y avait pas d’urgence à remettre du gros entraînement alors j’ai laissé aller… Mais ça suffit, aujourd’hui jour de fête nationale je dis stop, je reprends les armes, mes runnings au pied, j’ai plein de défis à relever !


Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

6 COMMENTS

  1. Je cours pour le plaisir depuis trois ans, trois fois par semaine entre 7 à 10 kilomètres par séance… C’est un pure bonheur

  2. Salut Niko

    Moi je suis en vacances en famille pour 15 jours donc ca va être repos plus ou moins forcé. Je passe d’une dernière semaine à 40 bornes à une semaine à 10 bornes. Il ne me restera que 4 semaines avant mon 10 kil……en prenant soin de ne pas reprendre trop violemment pour pas me blesser ! Pour l’objectif moins de 48 ca va être tendu. Mais c’est pas grave, les vacances c’est important

    @+
    Jérôme

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.