10km de Québec : quand l’imprévu sourit !

43
3256
10km de Québec : quand l'imprévu sourit !
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il y a des fois où il faut laisser parler ses envies. Oublier le plan de match. Prendre des risques. Et ne regarder qu’à la fin si ce fût une bonne idée ou pas. C’est en quelques mots le résumé de mon 10km de Québec. J’avais prévu de venir depuis longtemps en réponse à une proposition d’être l’un des ambassadeurs de la course. Je devais courir le semi-marathon et le prendre comme une sortie longue, une agréable balade le long du Saint-Laurent… Et puis tout a basculé à quelques jours de l’épreuve…

La fin de saison approche… parfait pour tenter !


Au moment de valider mon inscription j’ai finalement opté pour le 10km… Plus simple en terme de logistique que le 21km où il fallait se lever très tôt pour prendre une navette. Et puis lors de la séance de fractionné le mercredi, de fil en aiguille, en discutant avec les autres… j’ai lancé que j’allais essayer de courir ce 10km à fond… malgré la semaine d’entraînement intense que j’étais en train de m’infliger (et que je vous raconte demain sur www.triathlon-addict.fr). Bref, sur un coup de tête, ma venue à Québec venait de prendre une autre dimension…

Et je n’ai pas triché. La séance de fractionné du mercredi a été faite à fond, et j’ai enchaîné jusqu’au dimanche un entraînement de piscine, deux de vélo et un autre de course. Ajoutez à ça une bonne marche dans le Vieux-Québec samedi… Les jambes tiraient au réveil ce dimanche matin. Mais la tête avait envie de voir ce que j’étais capable de faire dans ces conditions. Je sens que le mental de guerrier est là aujourd’hui.

10km de Québec : quand l'imprévu sourit !

Course à la performance sans pression !

Échauffement, gammes, accélérations… le timing est parfait, le temps aussi avec 13 degrés, ensoleillé et aucun vent… J’attends le départ avec impatience… Départ que je veux prudent… Si je prône le Negative Split, j’ai toujours du mal à l’appliquer sur un 10km. Je mets donc le frein à main pour ne pas me laisser porter par l’adrénaline. Bonne idée, car même comme ça je passe quand même en 3’31 au 1er km.

J’ai laissé partir un petit groupe et je cours donc seul. Sans vent aucun souci. Je continue ma stratégie conservatrice et passe le kilomètre 2 en 3’35 puis le 3ème en 3’38… Je regarde le Saint-Laurent, c’est beau… Je m’endors un peu là en fait ! Vient le passage d’une côte : une belle sensation de jambes lourdes, je vois le rythme diminuer… C’est pas bon !

Et d’un coup, mon 10km de Québec explose…

Des fois les circonstances de courses sont avec toi… Au moment où je commence à me dire que je pourrais simplement prendre ça relax jusqu’au bout… je prends un courant d’air en me faisant doubler… Ni une ni deux, je prends la foulée du gars, sans réfléchir. 500m plus loin je comprendrai que ça ne peut pas le faire à ce rythme et je le laisse donc partir. Mais mine de rien je vais passer un km en 3’29 grâce à ça ! Ce qui donne un passage au 5km autour de 17’50… Sortez les calculettes, mon record actuel au 10km est à 35’53…

10km de Québec : quand l'imprévu sourit !

Ne plus se poser de questions et foncer !

Je décide alors de tenter une nouvelle stratégie de course. Interdiction absolue de regarder ma montre jusqu’à l’arrivée ! Le but est de donner tout ce que j’ai, tout simplement. Alors je me lance. Je remonte sur un groupe de 3, et au lieu de me caler avec eux, je double et relance le groupe. Et à chaque fois qu’il y en a un qui revient et se met à côté, je relance à nouveau. Je sens que je n’ai pas beaucoup de jus parce que je dois constamment relancer l’allure pour ne pas ralentir…

Relancer, relancer et encore relancer !

La 2ème côte du parcours est dure à passer mais je me dis qu’ensuite c’est tout plat ! Je continue à relancer régulièrement et il reste un des membres du petit groupe accroché à mes bask’. Parfait pour me motiver ! Honnêtement, la suite est répétitive. Je suis dans le dur, et à chaque fois que je sens que je ralentis je me force à repartir. Jusqu’au moment où on arrive dans le Vieux-Québec. Environ 8,5km de course et une pensée qui dynamite ma course.

La course c’est facile, c’est comme à l’entraînement…

J’entends mon souffle. Il est court, sacadé, je souffre… Mais je repense au souffle que j’avais à la fin de la séance de fractionné du mercredi… Un 5′ où j’ai donné tout ce que j’avais dans le ventre pour maintenir le rythme de 3’20/km recherché… Instantanément je pose une mine et me mets clairement dans le rouge complet. Maintenant il faut tenir. Mais les spectateurs sont bruyants, ça aide ! Je croise Élodie à 750m de la ligne, ça me booste toujours !

RP ou pas RP je m’en fous j’aurai tout donné !

Et puis un dernier virage, 500m interminables à faire en voyant l’arche d’arrivée… Les gens sont fous autour, j’adore cette ambiance !! À un moment j’entends le speaker annoncer la 1ère féminine en 34’27… Je suis encore loin mais je sais que ça ne sera pas dégueu dans tous les cas ! Je lâche les derniers soupçons d’énergie qui me restent et voit le chrono se dessiner… Yes ça va le faire ! Un dernier sprint pour finir au bord de la syncope en 35’40 ! Quelle course !

Battre son RP sur une course où ce n’était clairement pas prévu, c’est une sensation vraiment top ! Partir avec un handicap et réussir à descendre ce chrono c’est surtout génial pour la confiance. Même si je sais que je vaux mieux que ça, le 10km est une distance qui me résiste, que je n’apprivoise pas comme je le voudrais. Aujourd’hui le chrono n’est pas le plus important. Je retiens surtout que j’ai réussi à me rentrer dedans sur cette distance, sans me poser de question… Bref, j’ai joué. je n’ai pas regretté…

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

43 COMMENTS

  1. Salut Niko.
    Ça fait plaisir de poser le cerveau parfois.
    En tout cas bravo pour cette belle performance.
    Au plaisir de lire une de tes aventures.
  2. Hello hello!
    Sans se prendre au sérieux nous disait quelqu’un… Appliquer ses bons conseils à soi-même peut aider parfois on dirait…
    Félicitations pour ce nouveau record. Je reprends depuis peu, débutante chez les débutants mais tous ces récits de course m’inspirent.

    Merci pour le partage!

  3. Et il t’a fallu combien de mois /années pour atteindre ce niveau ?
    Je débute aussi et j’ai mon premier 10km dans 3 semaines…
  4. Salut Niko !

    Bien joué !

    Parfois, le fait de ne pas de poser de questions est bénéfique. C’est comme ça que j’ai couru mon dernier 10 kilomètres, en retour de claquage après 6 semaines d’arrêt. J’étais plein de jus et j’ai mis 3 minutes à mon précédent RP. Parfois rien ne se passe comme prévu 🙂

    Bon, par contre j’ai pas fait 35’40, aucune chance d’y arriver un jour. L’objectif c’est de passer sous la barre des 45 minutes. Avec une vraie préparation faite entièrement et sans coupure forcée, ça doit être possible avec un RP à 46’40 sans avoir fait la prépa.

    Prochaine étape, le premier semi…….qui se fait toujours attendre et qui s’annonce difficile au final. Et oui, j’ai eu la bonne idée d’entreprendre de très gros travaux chez moi qui m’ont explosé les genoux. Du coup, pause forcée à nouveau avec une course prévue le 17 septembre. J’ai changé de philosophie : je vais y aller quand-même et on verra bien ce qui se passera 🙂

    Allez, assez parlé de moi, encore bravo Niko !

    • Tu fais bien pour ta course ! Vas-y, évalue tes jambes et court en fonction de tes sensations ! dans le pire des cas tu te promènes tu observes, tu prends du plaisir ! 😀
  5. Parfois il faut innover, et courir sans se prendre la tête ! C’est sûr qu’avec une semaine plus light, tu peux faire mieux, mais tu as surement d’autres objectifs !
    Mais faire un 10km à fond, en arrivant fatigué… Je pense que ça peut t’aider en triathlon, quand tu commence la course à pied fatigué !
    Encore bravo, joli chrono !
    • 100% d’Accord ! C’est un peu l’idée qui est derrière ! Se confronter à ce genre de sensation aidera lorsque je serais dans le dernier 10km de mon triathlon l’an prochain !
  6. cool le récit! on s’y croirait….félicitation…respect…je suis admirative…mais j’aime bien cette approche “ne pas se laisser dépasser”..pour y arriver!!
    • Peut-être que sans ce gars qui m’a poussé à relancer è chaque fois je n’aurai pas réussi au final ! 😉
      Je l’ai remercié pour ça après la course en tous cas ! Se pousser mutuellement ça aide à se dépasser !!
  7. Bravo, ce qui m’impressionne le plus c’est que tu es passé en 17mn50 à mi course et que tu finis en 35mn40, ça veut dire que tu as super bien géré ta course. Avec un peu plus de jus, tu aurais sûrement gagner quelques dizaines de secondes.
    • Oui je suis d’accord! J’avais beau relancer, ça ralentissait tout seul dû aux jambes fatiguées… Je suis convaincu qu’une trentaine de secondes sont gagnables avec une prepa 10km et une phase de repos avant la course ! 🙂
      Mais aujourd’hui je suis très satisfait de cette course “bonus” !
  8. Waou ! Quand je pense qu’il me faut 2 fois plus de temps (et 10′ de rab :P) pour faire la même distance ! Mon futur challenge c’est de ne plus être la fille suivie par les vélos signalant la fin de course… Et juste avant, un 10km en contre la montre, comme les cycliste, probablement dans les premières à partir du coup, ça me changera 😀
  9. Salut Nico .
    Félicitation pour ta perf. Et comme quoi des fois laissé tomber sa montre et courir à l instinct c est pas mal aussi.
    Et bravo pour ce mental, ça aussi ça ce travaille.
  10. Super Niko!

    Bravo!
    C’est certainement la meilleure façon d’aborder une course : tout donner oui, mais sans se prendre la tête…et ‘âcher un peu la montre un peu bon Dieu!

    Je retiens pour l’avenir! 🙂

    • quand j’ai commencé à courir c’était sans montre… Les montres GPS n’existaient pas et on n’avait pour beaucoup même pas de cardio… Ça n’empêchaient pas les coureurs d’aller au moins aussi vite qu’aujourd’hui ! 😉
  11. Bien joué! Et le récit es très sympa. Deux choses m’ont frappé: la première, c’est d’avoir réussi à ne pas regarder ta montre pendant toute la seconde partie de la course. Autant le cardio, j’essaye de ne pas le regarder pendant la course, sinon je flippe, autant le chrono, je n’arrive pas à m’en passer parce que j’ai l’impression que ça m’aide à décomposer l’effort (chaque km, fait au temps cible ou en-dessous est une satisfaction et j’essaye de ne pas regarder au-delà). Mais c’est intéressant, à essayer! L’autre c’est ta régularité. Moi qui suis toujours en positive split, j’admire..
    Félicitations!
    • Salut ! Arrive un moment ou le 10km c’est à fond donc… regarder la montre c’est se poser des questions, se dire qu’on ne va jamais arriver, voir si on ralentit… Je me suis senti libéré de ne pas le regarder au final ! Et même si le chrono n’avait pas été à la hauteur… j’aurai terminé cette course avec un état d’esprit de “je ne lâche rien” ! 🙂
  12. Salut Niko,
    Quand je regarde les détails concernant tes sorties fractionnées en course à pied, je suis surpris que tes chronos sur 10km ne se situent pas 1 bonne minute en dessous :$
    Il y a certes une multitude de facteur à prendre à compte mais si je prends mon cas, je tourne à peu près comme toi en fractionné entre 18 et 21km/h sur des séries de 200 à 800m (et de 800 à 3000m pour de l’AS) et pourtant mon RP sur 10km est de 33’50 et je n’explique cet écart de près de 2min entre nos 2 RPs. Une idée?
    • Salut !
      Très intéressant et je vais te donner une partie de la réponse (si je l’avais en entier j’aurai sûrement un record au 10km meilleur que ça ! ;))
      Tu situes très bien là ou je pense être ma valeur réelle au 10km (34’45). Mais pour atteindre ce temps il faudrait que je privilégie beaucoup plus cette distance ce qui n’est clairement pas le cas ! Oui je suis capable d’aligner des séances rapides car j’ai une vitesse de base élevé (ancien pistard) mais je ne suis pas capable de la tenir pendant 10km.
      Deuxième raison, ce 35’40 est réalisé en pleine prépa duathlon ou je cherche à tenir du 3’40/km environ donc j’ai peu d’entraînent spé 10km + la fatigue de la semaine, à l’échauffement j’avais déjà les jambes lourdes !
      Ma dernière vrai prépa 10km, c’était en 2016… Je l’ai toujours mauvaise car après une séance 3000-2000-1000 à 3’28 de moyenne… J’ai chopé jour de canicule pour ma course et tenu 6km à ce rythme avant d’exploser !
      Voilà pour l’article dans l’article ! Le 10km c’est pas du tout une priorité pour le moment mais j’irais chercher ce sub 35′ un jour c’est clair ! 😉
  13. Bien joué Niko, sa fais drôle de lire ton récit. j’étais dans le groupe de 3 que tu mentionne. Nous sommes partis plus rapidement au début mais le groupe as ralentis dans le faux plat montant du km 3.5 a 5 ce qui ma permis de récupérer un peu. je n’osais pas prendre les devants trop rapidement mais lorsque tu nous as doubler au km 5 je me suis accroché à tes bask pour maintenir l’allure jusqu’au km 8.5 lorsque tu as accélérer j’étais cuit!! bravo belle perf
  14. J’y étais mais sur le semi que j’ai couru en mode tortue . Tu m’as probablement rattrapée à la vitesse où tu allais en mode avion et je t’ai donc vu passer ! Quelle ambiance ….l’organisation était parfaite avec un superbe parcours le long du ST Laurent et un temps idéal . Nous , nous sommes partis de Levis et sommes passés sur le pont qui franchit le fleuve . Les québécois nous portaient avec leurs acclamations et leurs encouragements . Les bénévoles eux nous galvanisaient ! Jamais je n’ai été encouragée par les coureurs que sur cette course . C’était super ! Rien que du bonheur ….
    Félicitations à toi pour ton super chrono ! Bravo+++
  15. Salut Niko!

    Ton article m’a inspirée! J’ai décidé de suivre ton exemple dans ma course de 5 km ce matin.
    Moi qui suis accro à ma montre et la consulte habituellement aux deux minutes, j’ai choisi de courir au feeling (un seul coup d’oeil à ma montre!)

    Et…j’ai fait ma meilleure perfo à vie, toutes distances confondues! 🙂
    En plus, je me suis amusée beaucoup plus!

    Merci pour ce résultat, tu y es vraiment pour qq chose! 🙂

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here