Amis trailers, amis routards et tout Running Addict qui se reconnaîtra, je vais vous parler piste aujourd’hui! Ne partez pas en courant, le 3000m steeple c’est de la piste mais avec ses obstacles c’est un monde à part, que dis-je un trail sur piste! Description d’une course qui en 11′ d’effort vous offre autant d’émotions qu’une course beaucoup plus longue.

Contexte : 3000m steeple en mode interclubs

C’est un signe qui ne trompe pas, j’ai réalisé tous mes 3000m steeple dans le cadre de ces compétitions collectives que représentent les Interclubs. Et je n’envisage pas cette distance en dehors de ce contexte. Pourquoi? Parce que je trouve cette distance difficile et que la motivation nécessaire pour s’y dépasser ne peut m’être donnée que par la force de l’équipe, par la mise au service de ma personne pour le résultat de l’équipe. Alors le 3000m steeple c’est deux fois par an et puis s’en va. C’est dur mais c’est principalement dur dans la tête! C’est comme en cross-country, il faut être dur au mal pour se jouer du terrain.

Un 3000m steeple c’est un 3000m un peu plus difficile?

Absolument pas! Un 3000m steeple ça s’envisage comme un 3000m steeple! Car sur piste on cherche souvent la régularité, la linéarité de l’effort. Le 3000m steeple ne permet pas vraiment de raisonner ainsi. Le fait de retrouver un obstacle tous les 80m oblige à rechercher l’économie. Passer les obstacles de manière fluide, pour qu’elle soit la moins couteuse en énergie possible. J’ai d’ailleurs coutume de dire qu’il faut passer à mi-course en étant en dedans sinon le 2ème 1500m peut devenir un vrai calvaire.

La rivière : l’obstacle bonus du 3000m steeple

C’est le symbole du 3000m steeple, une barrière suivi d’une fosse remplie d’eau qu’il faut franchir. Pas question d’économie sur celle-ci, il faut être actif, attaquer l’obstacle pour mieux le dompter et ne pas retomber en plein milieu de la rivière de laquelle il deviendrait difficile de s’extraire. Moment intense car souvent rempli de spectateurs, intense car chaque passage demande un gros effort qui au fur et à mesure des passages demande de la force mentale. Imaginez vous faire un 10km et devoir faire une grosse relance pendant quelques secondes à chaque kilomètre et vous comprendrez ce qu’il en est.

La rivière de steeple, une œuvre d'art!
La rivière de steeple, une œuvre d’art!

Le mental : ingrédient indispensable de tout steepler

Imaginons ce dernier kilomètre, celui qui est toujours difficile quel que soit la course. Oui pour l’avoir vécu un certain nombre de fois on l’imagine tous bien… Sur 3000m steeple?? Alors on est à fond, avec l’impression que dans 200m on ne pourra plus passer une seule barrière alors qu’il en restera encore dix. L’arrivée face à la rivière devient épique car les forces permettant de la franchir commencent clairement à manquer… Éviter de mettre les pieds dans l’eau est devenu une utopie, c’est sauve qui peut! Bien souvent en effet un des deux derniers passages (les deux??) se fera les deux pieds dans l’eau… Mais pour autant on ne lâche pas, on est aux interclubs et l’équipe est toujours là à crier son soutient! La cloche signant le dernier tour donne d’ailleurs toujours un dernier coup de boost pour finir le travail en beauté par un sprint à 200 pulsations par minute.

Après la théorie, la pratique?

Je ne croyais pas si bien dire en écrivant cet article … Mon dernier 3000m steeple au mois de Mai dernier n’a fait que confirmer les paragraphes précédents. Pourquoi?
– C’est difficile? La forme n’était pas optimale, après avoir couru un trail de 30km, difficile de redescendre dur une distance telle que le 3000m steeple! Et pui la forme ne peut pas être bonne tous les week-end. Mais sur un 3000m steeple ça se transforme en un long chemin de croix
– La rivière? Je n’ai jamais été un grand spécialiste mais cette fois c’était carrément moche! Dès le premier passage je manque de m’étaler de tout mon long dans la rivière après m’être auto-crocheté le pied… La suite ne sera guère mieux avec des atterrissages pieds joints des plus inefficaces!
– Le mental? Sentant que la forme n’était pas au top, que les rivières ne passaient pas, bref que pas grand chose ne se passait comme prévu, c’est la seule chose à laquelle se raccrocher pour ne pas finir la course en 15′.

En bref? Un semi échec avec 11’03 sur ce 3000m steeple, 33 secondes de plus que l’objectif initial et une course à oublier… Heureusement il y a un deuxième tour pour se rattraper…

Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance
Si vous avez des achats à faire, cliquer sur une de ces bannières avant d'acheter ne vous coûte rien et vous permet de récompenser mon travail, merci d'avance

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

11 COMMENTS

  1. Bonne récupération. Je suis sûre que tu vas trouver le mental et la motivation pour le second. Merci pour cette présentation de cette disciple pas comme les autres. A bientôt.

  2. Je suis contente je vais m’endormir moins bête ce soir j’ai appris une nouvelle discipline grâce à ton blog – merci – bonne récup et bon 2ème tour !! Nadine (ps. c’est quoi déjà la course du 22 juin ? le trail de sully ou celui de morainvilliers ?)

  3. Ben écoute, bravo à toi tout de même, car je veux bien croire qu’un steeple c’est une discipline à part entière. C’est tout un art de savoir : sauter les obstacles, atterrir correctement, relancer, ralentir, gérer les obstacles qui sont différents. Bref, moi, je dis CHAPEAU.

  4. Bonjour,
    je lis ton blog car après une discussion débile, avec mon entraîneur, dans le style “j’aodre regarder le steeple mais j’en ai jamais fait dans ma jeunesse!”
    Il a trouvé un steeple pour la vétérante! Mais c’est mon premier et aucun entraînement puisqu nous faisons du hors stade (10 – 21- qqs trails…)
    Le pompom: à priori je suis la seule engagée demain!!!
    Ca va être doublement ma fête!
    😉

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.