Je dois vous le dire, je suis un peu embêté avec ce sujet. Vouloir améliorer la foulée pour progresser, c’est bien, mais il ne faut pas prendre les choses à l’envers. Si j’essaye de parler de certains points techniques en donnant un point de vue argumenté et soutenu par diverses études scientifiques… je voudrais réagir à un certain nombre de messages que j’ai reçu avec la publication de mes articles sur la foulée. J’étais réticent à publier sur ce sujet car, mal interprété, cela peut créer plus de mal que de bien. Je le suis tout autant aujourd’hui et par cet article je voudrais expliquer certains points plus en détails. Préciser le fond de ma pensée sur comment améliorer sa foulée sans en forcer le processus.

Forcer sa foulée c’est la détériorer ?

Forcer sa foulée, ce n'est pas l'améliorer !

La base est là. Il ne faut pas forcer un changement de foulée. En particulier si ce changement est important. On ne passe pas d’une attaque talon très prononcée à une foulée avant-pied efficace juste par la volonté. C’est impossible et ce n’est de toute manière pas souhaitable. Je vous parle en connaissance de cause, j’avais fait ça à une époque et ça n’a pas donné de bons résultats. D’ailleurs des études démontrent que travailler sa foulée intentionnellement ne fait pas progresser. Forcer sa foulée baisse les performances plus que ça ne les améliore à court terme. Pourquoi ? Simplement par le fait qu’un changement volontaire ne sera pas efficace ! (au moins au début, les études portant sur de courtes périodes, elles ne disent malheureusement pas ce qui se passe sur le long terme, ce qui pourrait faire évoluer leurs conclusions)

C’est l’habitude qui rend un geste efficace ?

Si vous avez l’habitude de courir d’une certaine manière, vous êtes efficace avec votre geste. Pas forcément optimal en terme de performance ou de blessure, ça ne veut pas dire qu’il ne faut rien changer du tout. Mais forcer un changement important induit un gros stress sur le corps. Ce stress est source de blessure et surtout d’inefficacité. On ne sait courir que d’une manière, celle qui ne nous demande pas de réfléchir. Certes, cette affirmation est contraire au travail de la foulée. Mais si on y va par petites touches, en améliorant les éléments constitutifs de la foulée… On va petit à petit se construire une foulée plus efficace. C’est un processus beaucoup plus long mais qui a le mérite de ne pas être agressif.

Je vous en reparle tout de suite mais avant ça, je voudrais vous présenter le gros travail de la chaine Courir Intelligent. Cette vidéo est assez longue mais très rythmée, très travaillée et surtout très pertinente. Regardez-la et on reparle de tout ça ensuite ! 😉

Alors par quoi passe l’amélioration de la foulée ?

Au final (et cette réflexion me vient à la fois de mon expérience à tester les choses et des nombreuses lectures et visionnements au sujet de la foulée), je suis convaincu que l’attaque du pied au sol va se modifier d’elle même si on travaille sa foulée de manière générale. En fait, la pose du pied se modifiera si elle a à se modifier car la foulée est un tout et la pose ne représente qu’une très petite partie de ce qu’est une foulée. La foulée c’est bien plus complexe qu’une pose de pied, c’est une magnifique mécanique ! Pour dire si elle est efficace ou pas, il faut prendre en compte des tas de paramètres… Et même comme cela, il y aura toujours des exceptions !

Alors oui, il y a des tendances fortes et qui vont correspondre à la très grande majorité des coureurs, c’est clair. Dire qu’il faut tendre vers une cadence de course élevée entre 170 et 190 pas par minute est vrai pour une très grande majorité de coureur. C’est toujours le changement numéro un à mon avis pour faire progresser sa foulée. C’est peut-être même le seul changement 100% volontaire qu’il est intéressant à mettre en place. Pour le reste…

Forcer sa foulée, ce n'est pas l'améliorer !

Des outils pour améliorer la foulée sans rien forcer

Mon point de vue là-dessus, c’est donc que travailler sa foulée passe par énormément de petites choses, de petites actions dans notre entraînement quotidien. Quelles sont ces petites choses ? Passer du temps, à chaque entraînement à travailler sa technique de course avec des exercices appropriés comme je le décris dans cet article. C’est un processus lent, rébarbatif diront certains… Mais on n’a rien sans rien ! Il faut être régulier dans l’application de ces différentes choses mais à long terme on s’y retrouve !

Il est très difficile, voire quasi impossible, autant à l’écrit qu’en vidéo, de donner une “recette” pour améliorer sa foulée. Ce qui sera utile pour l’un ne le sera pas pour l’autre et inversement. Et un changement qui sera bien réalisé par l’un fonctionnera, alors que sur un autre, ce même changement, forcé ne sera pas efficace. Je ne pense pas qu’il y ait une seule réponse au sujet de l’amélioration de la foulée. Comme pour l’entraînement en général… À moins d’avoir un coach qui peut poser un regard sur ce que vous faites de manière individuelle… La seule manière de s’améliorer c’est de tester des choses, d’écouter nos sensations, de voir ce qui fonctionne sur nous… Et petit à petit on peut ainsi améliorer sa foulée sur le long terme !

Dites moi si avec cet article, j’ai éclairé votre lanterne ou si je vous ai encore un peu plus embrouillé ? C’est un sujet complexe et réussir à le “vulgariser” est un sacré challenge ! 🙂

Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

11 COMMENTS

  1. Bonjour Niko,

    Il est clair que l’on ne sait rien sur la foulée, je parle en général, y compris moi-même. Ici tu remets en question la remise en question. Je veux dire que la pose-talon était remise en question par la pose plat du pied (je ne sais pas si on peut dire comme ça). Ce que tu dis est à mon avis assez clair: IL NE FAUT PAS S’EMBARQUER DANS UNE THÉORIE OU UNE AUTRE uniquement mais voir ce qui s’adapte à chacun.
    Je vais revoir la vidéo que tu publies et analyser ma foulée afin d’évaluer ce qui me convient le mieux. Je pense que c’est l’idée que tu exprimes ici.

    Tout ça pour te dire que ton article est très intéressant.

    Une question, quel est ton point de vue sur le Chi Running de Danny Dreyer?

    • Salut !
      Oui c’est un résumé intéressant de ce que je pense ! Il n’y a pas qu’une vérité… Pour certains, forcer un peu la foulée peut fonctionner si elle est vraiment “tout croche” mais pour beaucoup, faire un changement trop radical pourra amener plus de mal que de bien ! Comme pour tout, il faut s’écouter et essayer de voir ce qui NOUS convient avant tout et pas forcément suivre telle ou telle théorie ! 🙂
      Je connais de nom le chi running mais je n’ai jamais pris le temps de m’y intéresser donc pas d’avis, je regarderais ça à l’occasion ! 😉
  2. Hello Niko.
    Beaucoup de choses justes.

    Juste une phrase qui me chagrine : “On ne sait courir que d’une manière, celle qui ne nous demande pas de réfléchir.”

    De mon point de vue, on sait aussi courir en réfléchissant.
    Mon cas : quand je fais des 24H, je passe au moins la moitié du temps à réfléchir à ma foulée.
    Car, si je ne réfléchis pas, ma foulée redevient ma foulée naturelle, qui est moins performante.

    Et sur 24H, si on peut améliorer un peu sa foulée, c’est un bénéfice important au final.
    Mais, proportionnellement, c’est pareil sur toutes les courses.

    • Salut !
      En fait cette phrase aurait besoin d’être complétée et elle collerait avec ton état d’esprit je pense. “NATURELLEMENT, on ne sait courir que d’une manière, celle qui ne nous demande pas de réfléchir.” L’efficacité de tout geste vient de son automatisation par le cerveau. Ce que je veux dire c’est que tout changement de foulée ne sera réellement efficace qu’au moment ou le cerveau aura intégré le nouveau geste comme “le geste normal” et qu’il va donc l’automatiser.
  3. salut Niko
    je comprends que tu aies décidé d’écrire cet article pour éclaircir ce sujet aussi complexe qu’est la foulée. y’a de quoi s’y perdre.
    d’ailleurs la vidéo est excellente. l’auteur dit bien qu’on est tous différents! foulée médio pied ou attaque talon, oscillation, poussée, impact, terrien ou aérien. chaque technique a ses avantages et ses inconvénients. mais on peut tous s’améliorer si on le veut et pour çà il faut agir en essayant de nouvelles techniques.
    il est vrai que le travail de la cadence +/- 180 ppm semble être une bonne technique pour progresser au départ. tous les meilleurs l’a pratique ce n’est surement pas un hasard. en y allant progressivement surtout comme tu dis souvent on peut s’améliorer sur le long terme.
    sujet délicat, ton article et la vidéo sont enrichissant (mais tellement complexe…)
    • Plein de bonnes choses dans ce que tu dis ! Je ne parle pas du fait que tu aies aimé l’article mais de ta manière de répondre, on voit que tu as compris le sujet et que tu prends les choses dans le bon sens. C’est avec cet état d’esprit qu’on peut faire vraiment évoluer sa foulée dans le bon sens ! 😉
  4. Merci Niko pour cet article. Merci aussi pour la vidéo de la chaine de courir intelligent que je connaissais déjà. En effet, je me pose beaucoup de questions, ayant débuté la course à pied il y a 1 an ½ et vos contenus sont excellents.
    • Sujet complexe ! Et même si on peut y donner des approximations, des idées qui pour certains paraîtront infondées… Je pense que c’est la réfléxion qui est enrichissante ici. Le fait de comprendre et d’intégrer que chaque foulée est différente, que la notion d’efficacité n’est pas universelle… Bref qu’il n’y aura jamais une seule réponse à cette question ni de foulée parfaite pour tous ! On doit trouver “notre foulée parfaite”, celle qui fait que l’on est à l’aise, que l’on progresse et qu’on ne se blesse pas ! 🙂
  5. Superbe video que tu nous a permis de trouver. Merci beaucoup. Je te confirme que je me reconnais à 100% dans les exemples utilisés dans la vidéo d’un coureur qui se cherche une foulée. Je suis passée de Terrien a Aerien pour cause d’une blessure importante au Tenf¡don d’achille et je confirme les affirmations faite sur le rendement. Etant en période d’apprentissage avec ma nouvelle foulée plus aérienne ma vitesse en threshold en prend un coup. Mais c’est surement aussi du au fait que ma blessure n’est pas encore guérie à 100% car j’ai encore des douleurs omniprésentes dans la zone affectée. Mais de regarder cette vidéo me confirme qu’avec le temps et j’en ai a revendre, ma foulée tout comme le reste de mon corps s’adapteront. Lentement mais surement!
    • Salut !
      L’article comme la vidéo font évoluer la réflexion et je suis sûr permettent d’aller de l’avant dans la manière dont on essaye de faire évoluer positivement la foulée ! 🙂
      Pas une recette mais une certaine idée qu’il faut faire évoluer en fonction de ses sensations propres !
  6. Je trouve qu’en plus, on se focalise un peu trop sur le pied. Alors qu’il faut penser à tout le corps, comme un ensemble. La posture complète est à prendre en compte. Et bien sûr, on a tendance à faire des changements trop marqués. Je suis passé de soucis de genou avec une pose trop talon, à des soucis de tendons d’Achille avec une pose trop avant du pied… Quand on court souvent très seul comme moi, il n’y a hélas pas de meilleur solution que la vidéo pour bien comprendre son mouvement. Sinon on s’imagine plus que l’on ne sait.

    Enfin le plus important comme tu dis, si tout va bien et qu’il n’y a aucune douleur, inutile de se forcer à changer parce que telle ou telle théorie dit que c’est mieux comme ça. Ce qui va le mieux à chaque personne est légèrement différent.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.