#S19 : Entre morosité et motivation

1
631
10km d'Ottawa : Peut-on être déçu d'un RP ?
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Salut les Addicts ! C’est un fait reconnu, le temps qu’il fait joue sur le moral. Et le printemps au Québec est vraiment des plus déprimant cette année. Et encore, je ne me plains pas, certaines zones sont inondées depuis plusieurs semaines. Personnellement, j’oscille entre morosité et motivation, du jour au lendemain au gré du vent. Un lunatisme avec lequel je tente de jouer en gardant un semblant d’efficacité en vue des échéances qui arrivent.

Des compétitions avec encore tout à construire !

Car mine de rien, je cours un 5km dans 6 jours et une semaine plus tard c’est déjà mon objectif au 10km d’Ottawa qui se profile. Suis-je prêt à l’affronter ? Clairement pas. Mais, j’ai la conviction que quelques entraînements bien exécutés peuvent tout changer. Peut-être suis-je naïf mais j’ai l’intuition que le déclic va arriver. Que la transition difficile du marathon aux courtes distances va bientôt s’effacer et me laisser avancer à ma pleine mesure. L’intuition, les convictions, c’est bien, mais rassurez-vous il n’y a pas que cela. L’entraînement donne quand même des signes encourageants. Si mon 10km d’il y a une semaine fût dur, il fût certainement utile pour me remettre d’aplomb. Pour être franc j’ai vraiment l’impression d’avoir subit la course. Ce n’est pas dans mes habitudes et j’ai réussi à me faire violence à l’entraînement dimanche pour efface cette « déconvenue »

entrainement strava

Envoyer du gros à l’entraînement !

Une grosse séance qui commence par un tour de parc soit 3,2km à allure 10km (avec sa petite côte cassante !). Ajoutez à cela 2x1km allure 5km pour aller chercher et dépasser cette barrière psychologique du « je n’arrive plus à courir vite ». Au final on obtient 3’29/km de moyenne sur le 3,2km et 3’19 et 3’16 sur les 1000m. Les chronos sont à la hauteur de mes espérances… Mais, loin d’être à l’aise à ces allures pour le moment, l’impression d’être toujours à fond ne veut pas s’en aller ! Peut-être ai-je juste oublié le principe de ces deux distances au final ? Quand je relis les compte-rendus de mes courses record au 5km ici et au 10km ici, c’était pas de la tarte ! 😀

En terme de volume, j’ai aussi remis du vélo plus intense au cœur de l’entraînement pour préparer gentiment les futurs duathlons… Un nombre d’entraînements qui reste conséquent mais la priorité est à l’intensité, pas de run de plus de 55’ au programme. La semaine prochaine devrait avoir le même profil pour continuer cette transition vers les vitesses rapides et j’espère vous parler d’un RP au 5km lundi prochain ! 😉

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.
SHARE
Previous articlePlan d’entraînement Marathon de Paris : Le décryptage
Next articlePlan d’entraînement marathon : guide pratique
Athlète touche à tout, de l'athlétisme à la route en passant par le trail et même le duathlon. Autodidacte passionné des méthodes d'entraînement, je suis mon propre coach depuis 6 ans et applique ma devise "S'entraîner sérieusement sans se prendre au sérieux" pour progresser tout en prenant un maximum de plaisir !

1 COMMENT

  1. Salut Niko,

    Ca fait quelques temps que je suis ton blog étant coureur à pied moi-même.
    Je le trouve très agréable à lire et visuellement très réussi. Bravo pour ton travail!

    Je suis moi-même coureur (et traileur) à la recherche de la performance et je te comprends lorsque tu parles de trou de motivation après un grosse échéance (ton marathon à Paris). Pour retrouver la motiv’, j’applique la stratégie qui consiste à m’niscrire, comme tu l’as fait, à des compétitions plus courtes. Ceci a pour effet de :
    + Garder la motiv’ pour des objectifs “plus faciles” à préparer,
    + Tu te forces à (re)travailler ton tempo
    + Tu parfais ta récupération puisqu’il faut naturellement se reposer avant et après ce courses.

    A la lecture de tes derniers articles, je me suis également posé la question suivante:
    Pratiques-tu également la course à pied dans une structure (club d’athlé)?
    Pour ma part, j’ai longtemps fait tout tout seul et je me suis décidé à pousser les portes d’un club lorsque j’étais expatrié un Allemagne. C’est grâce à cela que j’ai énormément pu progresser. Cela m’a aussi permis de m’intégrer encore plus.

    Un club a l’avantage de te fournir l’avis d’un entraîneur, ce qui est toujours intéressant.
    De plus, trouver un club avec des coureurs supérieurs à toi te permet également de te pousser un peu plus et ca motive encore plus! 🙂 Même s’il faut se motiver et se préparer à souffrir pour les séances 😉

    En tout cas je te souhaite de battre tes temps…

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here